Archives de catégorie : Actualités

journées d’études en ligne: « L’Asie à l’ère de l’anthrpocène » vendredi 20 novembre 2020

Programme des journées d’études en ligne « L’Asie à l’ère de l’anthrpocène » (vendredi 20 novembre 2020)

Les  journées d’études en ligne « L’Asie à l’ère de l’anthrpocène »  auront lieu les 19-20 novembre 2020.

L’objectif des journées est de discuter les articles en cours de rédaction des jeunes chercheurs ayant comme objet d’étude les problématiques de l’anthropocène en Asie.
Les 5 disciplines (anthropologie, sociologie, sciences politiques, littérature, géographie), les 9 pays (Mongolie, Vietnam, Chine, Indonésie, Inde, Taiwan, Japon, Corée, Népal), des chercheurs de différents niveaux (des jeunes doctorants aux jeunes docteurs) y sont représentés.

Le jeudi 19 novembre au soir, Stéphane Grumbach donnera une conférence inaugurale intitulée « L’anthropocène, ère de dissonance ».
La discussion de la journée du vendredi 20 novembre sera basée sur la lecture des articles soumis préalablement. Nous ferons également circuler les articles parmi les participants et invitons chacun à les lire pour préparer les discussions.

Compte tenu de la situation sanitaire française liée à la COVID 19, et des évolutions diverses s’y rapportant, le comité d’organisation a décidé de passer intégralement au distanciel. L’inscription est obligatoire via le lien ci-dessous :
https://framaforms.org/inscription-journee-detude-lasie-a-lere-de-lanthropocene-2011-1602851281

L’évenement est organisé par le bureau des jeunes chercheurs du GIS Asie avec le soutien du GIS Asie et de l’ENS Lyon.

 

The Backlash against Chinese-Canadians amid the COVID-19 pandemic

By: Connie Phung

Bio: Connie Phung is a Ph.D. student in sociology at Concordia University, Montréal, Canada. Her main research fields are cultural sociology, intellectual reputation, and the sociology of knowledge. Her doctorate research dissertation seeks to understand the circulation and reception of Pierre Bourdieu’s books in Hong Kong, as the former British colony attempts to articulate a new social vision. Her Master’s thesis “Bourdieu in China: A study of the Migration, Reception, and Adaptation of Sociological Concepts” offers a preliminary analysis of the above themes.

The anti-Chinese racism that were amplified by the Coronavirus crisis deserves a fair amount of attention. The Trump administration pushing aggressive US foreign policy against China and the rest of Asia has heightened xenophobia across North America, and ‘peace-keeping’ Canada is no exception. The “kung flu,” as President Trump called it, has made all the more apparent the identity politics that Chinese-Americans and Canadians continue to face today. Membership into the Canadian nation is at the heart of public debate where Chinese-Canadians are supposed to pose as a threat to the nation’s health. The virus has become part of our society’s exclusionary practices where we have become “outsiders-to-the-nation” (Thobani, 2000). The virus becomes an additional marker of difference used to discriminate against Chinese-Canadians, which is reminiscent of the SARS outbreak in 2003 (Heng, 2020).

As an Asian scholar in Canada, I am living as a racialized minority. Asian-Canadians are the largest visible minority group in Canada, with South Asians and Chinese as the largest ethnic minority populations. As a Canadian of Vietnamese-Chinese origin, and a doctorate student myself, I am not immune to the microaggressions and internal racism. My family also faced discrimination as Chinese minorities in Vietnam, which they have carried with them through the generations. However, my family’s members, such as my parents, aunts and uncles, have asserted themselves as minorities from Vietnam who immigrated to Canada, thus promoting an atmosphere of suspicion and distrust against the Chinese migrants from China during the pandemic. The effect of anti-Chinese racism on the emotional psyche heavily affects our social relationships with minority groups as well as our intellectual work.

Racialized minorities are confronted with navigating the boundaries of inclusion and exclusion in the field of higher education, and now navigating a contaminated public space. I attempt to bring more attention to the emotional and intellectual consequences that impact our lives as diaspora doctoral students. To begin, what are some resources and solutions for the emotional backlash that hyphenated identities have been receiving? In this reflection piece written in July, four months after quarantine regulations were mandated in Canada, I go over the challenges faced in Canada to debunk the multicultural myth that I believe erases the country’s colonial history and its enduring legacy. I also speak about the emotional consequences we are inflicted with and some possible solutions we can adopt to cope and create structural changes.

Some specific challenges in the Canadian context

It may be useful to reminder that the first Chinese migration came from California during the Fraser Canyon Goldrush to Vancouver Island in 1858. Chinese workers from California and China were brought by ship in the 1880s to build the Canadian Pacific Railway. After the completion of the railway in 1885, the Chinese Immigration Act imposed a head tax on Chinese immigrants. In spite of this long history, there remains a surprise over the existence of white supremacy in Canada due to its international image as a multicultural hub. The multicultural image Canada performs on the international stage consequently masks the inequalities that communities of colour continue to face and consequently erases its colonial past. The fear for others is causing a social breakdown, where Chinese bodies are being pushed out of convenient stores and harassed on public transit (Keung, 2020; Oung, 2020; Woodward, 2020). Aggressive foreign policies and antagonistic newspaper headlines only kindle fear and shape the public’s perceptions of others.

Chinese immigrants or Asian investors who buy up Canadian real estate (most notably in large metropolitan cities such as Vancouver, Toronto, and more recently Montreal) has only fuelled the flame of racism for Chinese-Canadians. Chinese-Canadians have received the backlash from the blame and accusations as being part of the housing crisis (Wu, 2020). Despite possessing a Canadian citizenship, Chinese-Canadians living “in-between” cultural identities have an ambiguous membership in Canadian space (Fang and Huang, 2020). There continues to be a sense that a non-White person is an immigrant, which results in continued microaggressions today.

Some emotional trauma we might be experiencing

The hyphenated identity has always been a double-edged sword. On the one hand, while it signifies us as both Asian and Canadian, on the other hand the hyphen signifies we are never fully one or the other. COVID-19 has become an additional exclusionary marker and practice that declares Asian bodies as source of infection and outsiders. The racism against Chinese-Canadians results in scars and trauma, only to remain unspoken or unvoiced because rendering existent the voices of communities of colour opens an “unfinished, unheard history, which cannot be fully presented” (Ahmed, 2002).

Heightened anxiety, shame of being Asian, and denial or disassociation (e.g. “I’m not even Chinese, I’m born in Canada”) are common responses to racial trauma. Other intense emotional reactions include anger, hopelessness, self-isolation, and depression. More than ever Asian-Canadians have to overcompensate for their Canadian identities, to play hockey, to fit in and integrate into Canadian culture despite having been part of the country for so long. 

Our emotional trauma, however, is complicated by our institutional position as doctoral students – where there is a lack of minority student voices. A fear that arises is the potential of the virus further diminishing minority representation in academia. Due to the anti-Chinese sentiments, the virus risks perpetuating pre-existing exclusionary practices in higher education.

What we can do

In order to flatten the curve, Canada has mandated that citizens are to wear a mask in retail stores and public transit, and to continue maintaining a two-meter social distance. Universities and libraries will remain closed for the summer, and the fall semester will proceed online.

  Images from Connie Phung

As a doctorate student, this has changed my routine in several ways: courses and meetings take place online, and I don’t see my friends and family. Aside from my reliance on email and virtual coffee meetings, I have encountered two other ways to stay meaningfully connected:

Create an online community. Social distancing, of course, has affected our daily activities, making it more difficult to travel to see friends and family. As a result, virtual connectedness becomes important for our mental health, for interacting with our friends and family, as well as staying connected with like-minded scholars, graduate students, and professionals. In spite of these obstacles, we can use online resources to create virtual groups and meetups to maintain relationships with colleagues and friends. I have been indebted to my virtual reading and writing groups as a way to stay connected with fellow graduate students. More importantly, the virtual space can be a place for community-building, knowledge production and action-oriented practices.

Become involved. Document and be intolerant against acts of racism. Join and be allies with other minority communities to create a supportive system and in solidarity. Black and Indigenous communities are also disproportionately affected by the virus (Artiga, et al. 2020). Being in solidarity with other minority groups can be opportunity to create a safe space to share our struggles with one another. The pandemic offers an opportunity to explore digital potentials and alternative forms of solidarity at the national and transnational levels. In our virtual event, “Being Decolonial in a Digital World,” the Decolonial Perspectives and Practices Hub at Concordia University collectively explored how digital potentialities can create tools of resistance. For example, digital transformation includes changing pedagogical strategies within the scope of operational classroom activities and student well-being. In a virtual world, we can create collaborative digital spaces and online methodologies to redirect how the western gaze shapes the view of Asia, which is important to Asian Studies.  

References

Ahmed, S. (2002). “The Other and other Others,” Economy and Society, 31(4), 558-572.

Artiga, S., Garfield, R. and Orgera, K. (2020). “Communities of Color at Higher Risk for Health and Economic Challenges due to COVID-19,” KFF (Kaiser Family Foundation), April 7, 2020.

Coloma, R.S. (2012). “Theorizing Asian Canada, Reframing Differences” Reconsidering Canadian Curriculum Studies, pp. 119-135.

Fang, L. and Huang, Y.T. (2020). “I’m in Between: Cultural Identities of Chinese youth in Canada,” Families in Society, 101(2), p. 205-218.

Heng, L. (2020). “Chinese Canadians facing hate, racism for coronavirus outbreak — much like the SARS outbreak in 2003,” National Post, January 30, 2020. https://nationalpost.com/news/chinese-canadians-facing-hate-racism-for-coronavirus-outbreak-much-like-the-sars-outbreak-in-2003

Keung, N. (2020). “With anti-Asian sentinments rising, Asian people are imagining what life will look like post-pandemic” The Star, May 12, 2020.

https://www.thestar.com/news/gta/2020/05/12/with-anti-asian-sentiments-rising-asian-people-are-imagining-what-life-will-look-like-post-pandemic.html

Oung, K. (2020) “Coronavirus Racism infected my high school,” New York Times, March 14, 2020.https://www.nytimes.com/video/opinion/100000007028034/racism-coronavirus-asians.html.

Thobani, S. (2000). “Closing Ranks: racism and sexism in Canada’s Immigration policy,” Race & Class, 42(1), 35-55.

Wu, R. (2020). “Vancouver’s ‘Race Estate’ Market Has Hurt Many of Us,” The Tyee, July 4, 2020. https://thetyee.ca/Opinion/2019/07/04/Vancouver-Race-Estate-Hurt/

Woodward, J. (2020) “Family of 92-year-old attacked in convenience store speaks out against racism,” CTV News, April 24, 2020. https://bc.ctvnews.ca/family-of-92-year-old-attacked-in-convenience-store-speaks-out-against-racism-1.4911092

Appel à communications pour la Journée thématique du bureau des Jeunes Chercheurs : “L’Asie à l’ère de l’anthropocène”

L’ère de l’« anthropocène » présente une réalité écologique de plus en plus complexe. La question environnementale bénéficie d’une légitimité grandissante tant dans le domaine scientifique que dans l’espace public. Que l’on regarde la télévision, écoute la radio ou que l’on effectue des travaux académiques, les changements climatiques sont omniprésents.

Cette « crise » écologique invite, non pas seulement les chercheurs, mais aussi l’ensemble des acteurs sociaux à réfléchir sur la relation qu’ils entretiennent avec le milieu naturel, mais aussi la menace que représente la transformation voire la disparition de notre environnement.

Dans une perspective comparatiste et pluridisciplinaire, cette journée thématique présentera des travaux de jeunes chercheur.es relatifs aux relations entretenues entre les humains, les non-humains et leur environnement dans les mondes asiatiques. Si l’on pense en premier à des recherches qui portent sur les tentatives d’individus pour préserver leur milieu de vie, plus largement, la thématique de cette journée peut inclure des études sur le déplacement de populations (la migration ou le conflit), l’urbanisation, l’entrée accélérée dans l’économie de marché, l’industrialisation, l’alimentation, le paysage et l’aménagement des espaces naturels et sociaux, le système de gouvernance en matière d’environnement, ou encore, la patrimonialisation des ressources biologiques et des savoirs associés.

Les différents cas d’étude permettront aussi d’aborder des problématiques théoriques telles que la validité du concept même d’« anthropocène » ou de la notion de « crise ». Est-il possible, voire souhaitable, de proposer des concepts solides, d’élaborer une construction théorique à valeur générale ? Quelle que soit la réponse apportée, on ne peut que s’interroger sur ce phénomène qui relève d’une pluralité de dimensions (sociologique, historique, politique, culturelle, économique, technique, écologique, etc.).

Le thème des rapports de l’humain avec le milieu naturel est une porte d’entrée privilégiée pour appréhender les changements politiques, écologiques et sociaux à plusieurs échelles, sur plusieurs terrains aux cultures variées en Asie. Au regard du pluralisme des croyances et des sociétés, il revient notamment aux chercheurs en sciences humaines et sociales de mettre en lumière la manière dont aujourd’hui en Asie les individus pensent la nature et occupent le monde.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication (300 mots max. accompagnés d’une présentation courte de l’auteur.e détaillant statut, laboratoire de rattachement, et précisant si aucune prise en charge financière n’est possible par le laboratoire de rattachement) sont à adresser à jeunes.chercheurs.asie@gmail.com avant le 30 juillet 2020.

Après notification d’acceptation par le comité scientifique (1er septembre 2020), les articles (entre 6 000 et 8 000 mots) sont attendus pour le 1er novembre 2020 afin de les faire circuler préalablement à la rencontre, qui se tiendra le vendredi 20 novembre 2020 à l’Institut d’Asie Orientale de Lyon. Les repas seront pris en charge par les organisateurs, et nous invitons les participant.e.s à contacter le Comité d’organisation si aucune prise en charge par leur École Doctorale ou laboratoire de rattachement n’est possible. Dans la perspective d’impliquer le maximum de chercheur.e.s, les présentations en vidéoconférence seront possibles.

Compte-rendu du webinaire « Résilience des systèmes économiques et politiques en Asie en temps de crise »

Le 5 juin 2020, le bureau des jeunes chercheurs du GIS Asie a organisé un séminaire en ligne sur la résilience des systèmes économiques et politiques en Asie en temps de crise. Une trentaine de participants ont répondu présents. L’objectif de cet événement était double. D’une part, il s’agissait d’appréhender les premières conséquences économiques de la crise actuelle et de l’autre de mettre en perspective la résilience des systèmes sociaux en Asie du Sud et du Sud-Est.

Comment l’accès aux soins est devenu encore plus inégalitaire entre pauvres et riches au Vietnam ? À quelles formes de solidarités les Indiens, notamment les Dalits du Tamil Nadu, ont-ils fait appel pour survivre ? Comment le Cambodge sort peu touché de la pandémie, malgré des mesures gouvernementales très limitées ? Telles sont les questions qui ont été successivement examinées par Vy Cao, Isabelle Guérin et Antonin Morin.

Vy Cao, doctorant contractuel au CNRS à l’IrAsia (UMR7306), rappelle le contexte politique et social au Vietnam, marqué par la politique du Doi Moi, l’intégration à l’ASEAN et la densité démographique des grandes métropoles (en lien avec l’important exode rural). L’intervention de Vy Cao se concentre ensuite sur l’évolution des politiques sociales et sur la fragilité du système de santé (insuffisante rémunération du personnel), majoritairement financé par les collectivités locales, mais aussi par les familles et les associations caritatives. Malgré des mesures de régulation du secteur privé médical prises dès 1993, les inégalités entre patients riches et pauvres n’ont fait qu’augmenter. Le système d’assurance maladie ne prend pas en charge les employés de l’économie informelle, alors qu’ils constituent la majorité des travailleurs du pays.

Vy Cao continue en affirmant que l’absence de décès lié au Covid-19 au Vietnam a favorisé l’assouplissement des mesures de confinement. Cependant, l’économie du pays a été impactée par la baisse du commerce mondial. L’État a donc mis en œuvre des plans d’aide pour les entreprises, les travailleurs indépendants et les familles pauvres. Des mobilisations citoyennes se sont développées (distributions alimentaires et organisation de cantines populaires). Cependant, l’absence de cadre législatif pour le milieu associatif freine la pérennisation de ces initiatives.

Finalement, Vy Cao met en exergue les enjeux géopolitiques découlant de la gestion nationale du Covid-19 : elle permet au Vietnam d’asseoir sa puissance régionale. Du point de vue des citoyens, la crise sanitaire actuelle a été l’occasion pour les acteurs locaux de participer davantage à la vie politique et sociale du pays.

Isabelle Guérin, socio-économiste à l’IRD, présente les différentes stratégies de résilience des Indiens dans la crise du Covid-19, dans un contexte local où le mouvement, la dette et la sociabilité sont les piliers de l’accès aux ressources. Sur la base des résultats des enquêtes menées par téléphone (avec son groupe de recherche formé par Arnaud Natal, Christophe Jalil Nordman, Sébastien Michiels et G. Venkatasubramanian) auprès des habitants du Tamil Nadu, elle explique que la majeure partie des revendications d’aides gouvernementales  viennent des Intouchables (Dalits) qui sont les plus affectés par la chute des revenus. De plus, les filets de protection mis en œuvre par l’État, que ce soient les aides financières ou les aides en nature (distributions alimentaires) sont insuffisants. Malgré le fort développement de la bancarisation, Isabelle Guérin explique que l’épargne est très limitée et qu’elle est une prérogative essentiellement féminine. La crise a engendré un gel de la dette, une érosion de la confiance (en réaction aux incertitudes de la crise) et une résurgence d’anciennes formes de dépendance (comme l’endettement ou le travail intensif de la terre, alors même que les emplois agricoles sont de moins en moins nombreux à cause du remplacement de l’agriculture vivrière par des cultures de rente et un attrait des emplois non agricoles). Isabelle Guérin conclut que la crise a révélé une baisse de la richesse, matérielle et immatérielle (notamment l’érosion de la confiance), une systématisation de l’endettement et un climat de méfiance généralisée.

Antonin Morin, économiste actuellement basé à Phnom Penh, travaille sur la montée en puissance chinoise et les nouvelles normes sociales en Malaisie, au Cambodge et au Vietnam. À partir de l’analyse de la photo de Han Sen, le Premier ministre, qu’on aide à mettre son masque, Antonin Morin qualifie la gestion de la crise au Cambodge de laxiste, quand bien même le bilan sanitaire n’est que de 125 cas détectés, 2 encore actifs et 1 mort. Après une première période de déni, le gouvernement a mise en place un confinement partiel du 16 avril au 18 mai et la restriction des déplacements interrégionaux et internationaux. Les frontières sont finalement rouvertes au commerce dès le lendemain, le 17 avril. Antonin Morin explique que, malgré la mise en place de garanties gouvernementales, dont celle, pour les ouvriers, de recevoir 80% de leur salaire (dont 60% versés par l’État) pendant la période de fermeture des usines, des revendications demeurent. Il présente les perspectives économiques du pays : alors qu’il y a aujourd’hui le plein emploi au Cambodge, la Banque mondiale a annoncé l’augmentation à venir des taux de chômage et de pauvreté, en raison de l’important impact économique de la crise sur les partenaires du Cambodge. Il  évoque rapidement la poursuite (dès la fin du lockdown) du « Made in Cambodia » (l’importante industrialisation du pays sur le modèle du « Made in China » avec une main d’œuvre peu couteuse et une décentralisation des activités industrielles, notamment le secteur textile) autrefois majoritairement basées en Occident) pour montrer que le pays ne connait pas de choc économique à ce jour et que la résilience de ses habitants est y beaucoup moins visible qu’en Inde et qu’au Vietnam.

Antonin Morin insiste sur le renforcement de l’autoritarisme dans ce pays, caractérisé par le contrôle généralisé des médias et des réseaux sociaux. Il s’interroge sur le modèle économique mis en place au Cambodge, État qu’il qualifie de « concessionnaire », revient sur la grande dépendance du Cambodge à l’égard du tourisme international (et des casinos), mais affirme qu’il est encore trop tôt pour connaître l’ensemble des conséquences de la crise du Covid-19.

Pour finir, Miwon Seo (docteur en sociologie, EHESS) présente le projet comparatif RegWet. Regulating Wetmarkets in Central China : Ethnographic Study of the Perception of Zoonotic Risks after the Covid-19 Crisis sur la régulation des marchés animaliers entre la Chine et la Corée du Sud dans le cadre du programme de recherches piloté par Frédéric Keck. Hou Renyou (post-doc, CEPED, Université de Paris/IRD) expose le projet HospiCOVID. Leçons apprises de la résilience des hôpitaux et du personnel face à l’épidémie de Covid-19 (France, Canada, Brésil, Mali, Chine) piloté par Valery Ridde. Ces deux projets ont été retenus par l’appel Flash Covid-19 de l’ANR.

Les participants partagent plusieurs ressources récentes sur le Covid-19 dont deux billets publiés dans le carnet de l’EHESS et dédiés à l’Asie du Sud-Est et un troisième issu de la revue australienne en ligne d’analyse de l’actualité, The Conversation :

Les jeunes chercheur.e.s à l’international : appel de printemps 2020

Appel à candidature

Le GIS Asie co-financera des missions de jeunes chercheur·e·s, pour se rendre à des événements scientifiques à l’étranger, au deuxième semestre 2020, à hauteur de 500 € maximum.

Conditions d’éligibilité :

Cet appel s’adresse à tout·e jeune chercheur·e affilié·e à une unité du GIS Asie qui n’a pas déjà bénéficié d’un soutien financier de ce type en 2020. Pour les jeunes chercheur·e·s qui avaient obtenu un financement au premier semestre, si l’événement scientifique est repoussé, le GIS Asie maintient son aide. Si l’événement scientifique est annulé, ils doivent repostuler à cet appel pour bénéficier d’une aide pour un autre voyage.

L’événement doit avoir lieu entre le 1er juillet et le 31 décembre 2020, à l’étranger. Seront privilégiés les conférences et colloques à fort rayonnement international et les jeunes chercheur·e·s bénéficiant du co-financement d’un laboratoire, d’une école doctorale ou d’une université. Le·a jeune chercheur·e devra attester de sa présence effective au colloque ou à la conférence.

Calendrier :

1er juin 2020 : ouverture d’appel

30 juin : date limite de soumission.

Début juillet : Le·a candidat·e, ainsi que son laboratoire d’affiliation, seront informés des résultats de la demande de financement.

Modalités de financement

Le·a bénéficiaire fera établir sa mission par son unité, qui le remboursera sur la base d’un état de frais, conformément aux règles applicables. A son retour, il·elle enverra la copie de ses cartes d’embarquement ou tout autre pièce justifiant de son voyage à subventions@gis-reseau-asie.org
L’aide du GIS sera transférée à l’unité qui l’aura avancée, dans l’année qui suit, de façon groupée avec les aides obtenus par les autres membres de l’unité. 

Dossier à constituer :

Le dossier de candidature, intitulé « Aide financière du GIS Asie », sera adressé par mail à subventions@gis-reseau-asie.org. Il comprendra le formulaire ci-contre, ainsi que la proposition de communication ou d’atelier soumise.