Tous les articles par Zhipeng LI

Journée thématique du bureau des Jeunes Chercheurs du GIS Asie – “L’Asie à l’ère de l’anthropocène”

L’ère de l’« anthropocène » présente une réalité écologique de plus en plus complexe. La question environnementale bénéficie d’une légitimité grandissante tant dans le domaine scientifique que dans l’espace public. Que l’on regarde la télévision, écoute la radio ou que l’on effectue des travaux académiques, les changements climatiques sont omniprésents. Cette « crise » écologique invite, non pas seulement les chercheurs, mais aussi l’ensemble des acteurs sociaux à réfléchir sur la relation qu’ils entretiennent avec le milieu naturel, mais aussi la menace que représente la transformation voire la disparition de notre environnement. Dans une perspective comparatiste et pluridisciplinaire, cette journée thématique présentera des travaux de jeunes chercheur.es relatifs aux relations entretenues entre les humains, les non-humains et leur environnement dans les mondes asiatiques. Si l’on pense en premier à des recherches qui portent sur les tentatives d’individus pour préserver leur milieu de vie, plus largement, la thématique de cette journée peut inclure des études sur le déplacement de populations (la migration ou le conflit), l’urbanisation, l’entrée accélérée dans l’économie de marché, l’industrialisation, l’alimentation, le paysage et l’aménagement des espaces naturels et sociaux, le système de gouvernance en matière d’environnement, ou encore, la patrimonialisation des ressources biologiques et des savoirs associés.

Les différents cas d’étude permettront aussi d’aborder des problématiques théoriques telles que la validité du concept même d’« anthropocène » ou de la notion de « crise ». Est-il possible, voir souhaitable, de proposer des concepts solides, d’élaborer une construction théorique à valeur générale ? Quelle que soit la réponse apportée, on ne peut que s’interroger sur ce phénomène qui relève d’une pluralité de dimensions (sociologique, historique, politique, culturelle, économique, technique, écologique, etc.). Le thème des rapports de l’homme avec le milieu naturel est une porte d’entrée privilégiée pour appréhender les changements politiques, écologiques et sociaux  à plusieurs échelles, sur plusieurs terrains aux cultures variées sur lesquels s’étend l’Asie. Au regard du pluralisme des croyances et des sociétés, il revient notamment aux chercheurs en sciences humaines et sociales de mettre en lumière la manière dont aujourd’hui en Asie les individus pensent la nature et occupent le monde.

Modalités de soumission

Les propositions de communication (300 mots max. accompagnées d’une présentation courte de l’auteur détaillant le statut, le laboratoire de rattachement, et précisant si aucune prise en charge financière n’est possible par le laboratoire de rattachement) sont à adresser à jeunes.chercheurs.asie@gmail.com avant le 30 juillet 2020.

Après notification d’acceptation par le comité scientifique (1er  septembre 2020), les articles (entre

6.000 et 8.000 mots) seront attendus pour le 1er novembre 2020 afin de les faire circuler préalablement à la rencontre, qui se tiendra le vendredi 20 novembre 2020 à l’Institut d’Asie Orientale de Lyon.

Les repas seront pris en charge par les organisateurs, et nous invitons les participants à contacter le Comité d’organisation si aucune prise en charge par votre Ecole Doctorale ou laboratoire de rattachement n’est possible. Dans la perspective d’impliquer le maximum de chercheurs, les présentations en vidéoconférence seront possibles.

Bibliographie

AUGENDRE, Maris, Jean-Pierre LLORED, Yann NUSSAUME (ed.). 2018. La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? Autour du travail d’Augustin Berque. Paris, Édition Hermann.

BEAU, Rémi et Catherine LARRÈRE (ed.) 2018. Penser l’Anthropocène. Paris, Presses de Sciences Po.

BECK, Ulrich. 2008 [1986]. La Société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, trad. de l’allemand par Laure Bernardi. Paris, Flammarion.

BONNEUIL, Christophe, FRESSOZ, Jean-Baptiste. 2013. L’événement anthropocène. La terre, l’histoire et nous, Paris, Le Seuil.

BOUDIA, Soraya et Emmanuel HENRY (dir). 2015. La mondialisation des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

BOULDING, Kenneth. E. 1966. The Economics of the Coming Spaceship Earth. In H. Jarrett (Eds.),

Environmental Quality in a Growing Economy. Baltimore : Johns Hopkins University Press. CHAKRABARTY, Dipesh. 2018. The Crises of Civilization: Exploring Global and Planetary Histories,

Delhi. Oxford University Press.

DOUSSET, Laurent. 2018. Pour une anthropologie de l’incertitude, Paris, CNRS Éditions.

FEDERAU, Alexander. 2017. Pour une philosophie de l’anthropocène, Paris, Presses universitaires de France.

GOTTLIEB, Roger. S. 1996. This Sacred Earth : Religion, Nature, Environment. London and New York : Routledge.

HAMILTON, Clive, François GEMENNE et Christophe BONNEUIL. 2015. The Anthropocene and the Global Environmental Crisis: Rethinking modernity in a new epoch, Londres, Routledge.

KECK, Frédéric, Les Sentinelles des pandémies. Chasseurs de virus et observateurs d’oiseaux aux frontières de la Chine, Bruxelles, Zones Sensibles, 2020.

MCHARG, Ian L. 1969. Design with Nature. Hoboken : John Wiley & Sons.

MERCHANT, Carolyn. 1989. Ecological Revolutions : Nature, Gender, and Science in New  England.

Chapell Hill : University of North Carolina Press.

PASSMORE, John. 1974. Man’s Responsibility for Nature : Ecological Problems and Western Traditions. London : Duckworth.

RUETHER, Rosemary R. 1992. Gaia and God: An Ecofeminist Theology of Earth Healing. London : SCM Press.

WALLENHORST, Nathanaël, et Anaïs THEVIOT. 2020. « Les récits politiques de l’Anthropocène. Articulation du politique en Anthropocène et de l’Anthropocène en politique », Raisons politiques, vol. 77, no. 1 : pp. 5-34.

WHITE, Lynn. 1967. The Historical Roots of Our Ecologic Crisis. Science. « Quels fondements pour construire des politiques de  l’Anthropocène ? », Raisons politiques, vol. 77, no. 1 : pp. 83-114.

Compte-rendu Webinaire « Gestion des crises sanitaires en Asie »

Le bureau des jeunes chercheurs du GIS Asie a organisé un webinaire sur la gestion des crises sanitaires en Asie qui s’est tenu le 22 avril 2020. Une soixantaine de participants ont répondu présents. L’objectif de cet événement était double. D’une part, il s’agissait de prendre de la distance dans le contexte anxiogène actuel en apportant une perspective historique et comparative aux questions de la santé publique en Asie. D’autre part, il nous semblait important de réunir des chercheurs.ses travaillant sur des pays différents de l’Asie pour maintenir des échanges collectifs dans ces temps d’isolement et de distanciation sociale.

Sur quelles structures de soin, sur quel modèle de gestion sanitaire s’est construite les réponses chinoise et japonaise au Covid-19 ? Questionnant l’image diffusée par les médias européens, y a-t-il au Japon et en Chine une réelle culture du masque ? Dans quelle mesure les enjeux de santé publique peuvent devenir des outils diplomatiques ? Telles sont les questions qui ont été examinées par Justine Rochot et Ken Daimaru.

Justine Rochot, sociologue associée au CECMC et au CEFC (Hong Kong), a examiné les particularités de la gestion du Covid-19 en Chine, en combinant les démarches historiques et ethnographiques. Elle a montré sur quelles structures institutionnelles et à partir de quelles représentations la réponse chinoise à l’épidémie a été élaborée et mise en oeuvre.

L’une des premières épidémies marquant la Chine moderne est la peste pulmonaire mandchoue (1910-1911) qui fait cinquante mille morts. Après un siècle d’humiliations imposées par l’Occident, c’est durant cette période que la Chine s’affiche sur la scène internationale et commence à associer la santé à une forme de modernité et de fierté nationale. C’est aussi à cette époque que l’on commence à utiliser pour la première fois des masques médicaux en Chine.

Quittant la fin de la période impériale, la deuxième partie de l’intervention de Justine Rochot a pour objet la gestion des épidémies dans le contexte de la guerre froide. En 1952, le gouvernement de Mao Zedong met en place une grande campagne  intitulée  « Campagne  Patriotique  pour la Santé ». Ce nouvel intérêt accordé à la santé publique apparaît dans le contexte d’une suspicion d’attaque biologique de la part des États-Unis. Lutter contre les épidémies devient un devoir patriotique. La santé publique et la protection de la nation sont alors perçues comme consubstantielles.  Les  études  historiques  sur  le  sujet  font  mention  des  aspects  positifs  de   la « Campagne Patriotique pour la Santé » : la chute de la mortalité, le doublement de l’espérance de vie entre 1949 et 1976, le contrôle du choléra et de la peste. Cependant les effets néfastes sont trop souvent occultés. Par exemple, la lutte contre les « quatre nuisibles » (les mouches, les rats, les moustiques et les moineaux) a engendré un déséquilibre écologique qui a aggravé la grande famine pendant la Révolution Culturelle (1958-1961).

La période maoïste marque aussi le début d’une nouvelle ère géopolitique chinoise. De 1963 à 1989, la République populaire de Chine envoie des équipes médicales dans de nombreux pays d’Afrique. Cette force de projection sanitaire internationale a joué un rôle important dans l’admission de la Chine par l’Organisation des Nations Unies en 1971. Proposé comme une alternative aux programmes américains ou soviétiques, l’OMS loue le système chinois qui inspire à ce moment-là le « Programme de Santé pour Tous ».

À la mort de Mao Zedong (1976), un mouvement de décentralisation et de privatisation des institutions sanitaires met en danger un système qui permettait un suivi médical de proximité. Les dépenses de l’État dans le domaine de la santé diminuent progressivement pour ne représenter en 2008 qu’un pour cent du budget national. À partir des années 1980, les services pour prévenir les épidémies sont payants et se concentrent sur des activités lucratives telles que l’inspection sanitaire d’usines ou de restaurants.

Les mesures de privatisation engendrent un manque de confiance croissant de la population envers les structures médicales. Ce système de santé inégalitaire entraîne une individualisation du rapport à la santé qui se traduit, par exemple, par une augmentation de la consommation de compléments alimentaires. Les hôpitaux sont considérés comme des « clubs pour les riches » et des scandales de corruptions entachent les organismes paraétatiques comme la Croix Rouge chinoise. La méfiance généralisée de la population envers le système de santé se concrétise par une augmentation des violences envers les médecins (医闹 yinao).

En 2009, la grippe A (H1N1) révèle les défauts d’un système médical inégalitaire et sous- financé. La Chine lance un système de traçabilité des maladies et de gestion des pandémies suite à la grippe H1N1 avec des Centres de Contrôle des Maladies dans toutes les provinces. Tout comme la bureaucratie chinoise, ces centres font l’objet de critiques. Notamment pour leur manque de transparence. Finalement, les mesures de prévention individuelles telles que le recours massif au masque durant l’épidémie du Covid-19 sont révélatrices d’une méfiance quant à la capacité des institutions à protéger les individus des épidémies. Rappelons-nous qu’au début de l’épidémie du Covid-19, l’État ne prenait pas en charge financièrement les dépenses des malades de l’épidémie.

Les résultats de l’enquête de Justine Rochot relativisent grandement une  déclaration  de l’OMS selon laquelle la Chine disposerait d’un système de santé robuste qui aurait prouvé son efficacité dans sa rencontre avec le virus.

Ken Daimaru, ATER à l’Université d’Aix-Marseille (IrAsia-UMR 7306), nous a ensuite fait part de données sur l’usage de la frontière au Japon durant l’épidémie du Covid-19.

Au Japon, c’est au milieu du XIXe siècle que la gestion des épidémies prend une acuité nouvelle. Dans un contexte de mondialisation des échanges, le nouveau gouvernement confronté à une circulation accrue des virus tente de réglementer les initiatives locales existantes en matière de santé publique. La cinquième pandémie de choléra (1881-1896), puis la troisième pandémie de peste (1890-1920) débouchent sur la première « Loi pour la prévention des épidémies » (1897) qui va donner du pouvoir aux communautés de quartier en matière de surveillance sanitaire. De nombreuses recherches sur les maladies infectieuses dans les colonies contribuent au fondement de la médecine coloniale japonaise.

À partir des années 1920, alors que la médecine japonaise a réalisé des progrès majeurs contre les maladies infectieuses aiguës (choléra ou peste), la rapidité de l’industrialisation, de l’urbanisation et du développement militaire du Japon créé des conditions qui ont favorisé la propagation des maladies infectieuses chroniques. Selon le rapport du ministère de l’Intérieur de 1922, la pandémie de grippe espagnole avait touché près de 24 millions de personnes et causé près de 390 000 décès. Les trois mesures jugées utiles pour répondre à cette situation étaient le port du masque, le gargarisme et l’inoculation.

À la fin de l’Empire colonial japonais, les frontières du Japon sont drastiquement modifiées. Dans le Japon occupé (1945-1952), les villes japonaises sont soumises à des pulvérisations d’un insecticide (le DDT) ; des produits extraordinairement efficaces contre la plupart des insectes. À partir de 1948, une loi prévoit l’obligation de se soumettre à une vaccination pour se protéger des maladies infectieuses. Grâce aux médicaments antituberculeux et aux antibiotiques, les décès dus à ces maladies continuent à diminuer régulièrement. En 1960, les maladies liées au mode de vie (maladies vasculaires cérébrales, cancer, maladies cardiaques) deviennent les principales causes de décès.

Dans le contexte de la transition épidémiologique, les domaines de recherche associés à la médecine tropicale sont réduits. C’est précisément au même moment que les épidémiologistes japonais sont mobilisés par le gouvernement pour étendre la présence japonaise dans les pays en voie de développement. Au cours des années 1960, la Société de recherche en médecine tropicale développe une campagne de lutte contre les maladies tropicales dans certains pays d’Asie et d’Afrique. Finalement, c’est à partir des années 1970 que le Japon réaffirme sa présence en matière de santé publique internationale.

En 1998, le gouvernement abolit la « Loi pour la prévention des épidémies » de 1897 et institue la nouvelle « Loi pour la prévention des maladies infectieuse » qui devra être révisée de nombreuses fois. Le rôle de l’État est renforcé, notamment depuis l’épidémie du SRAS en 2003 et, de manière plus récente, celle du Covid-19. Confrontés à la pandémie actuelle, les pays asiatiques adoptent des comportements variés. Au Japon, si les rassemblements sont interdits et les lieux publics fermés, rien n’est comparable avec les mesures françaises de confinement. La poursuite de la vie sociale et économique reste la priorité pour le gouvernement japonais.

Ces deux exposés font converger plusieurs questions. Ils invitent d’abord à analyser les mutations historiques du risque sanitaire au XXe et XXIe siècle sous le prisme des questions géopolitiques. Ensuite, un sujet qui n’a pas été approfondi est celui de la terminologie employée pour parler de la pandémie de Covid-19. Rappelons qu’une crise est par définition transitoire, elle n’est pas amenée à durer. Le choix des mots employés est un paramètre déterminant dans la formation de l’opinion publique. N’est-il pas symptomatique de notre époque que d’employer de manière excessive le terme de « crise » ? L’utilisation d’une terminologie inappropriée ne renforce- t-elle pas le sentiment d’être confronté à une crise généralisée? Finalement, les incertitudes liées à des questions de santé publique participent-elles à un renforcement de l’autoritarisme politique ? Ces questions méritent d’être examinées avec attention.

Pour clore la séance, Ken Daimaru a évoqué l’initiative de l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19 MEAE-CNRS) Informations Covid-19 Japon qui met à disposition des chercheurs une documentation japonaise concernant la propagation du Covid-19. Béatrice Jaluzot, directrice de l’Institut d’Asie orientale (UMR 5062, Lyon),  a présenté le projet Asie Orientale et Coronavirus dédié au Covid-19 en Asie et à la diffusion de publications qui analysent les réponses à la crise dans les sociétés d’Extrême-Orient. Par la suite, Simeng Wang, chargée de recherche au CNRS et membre du Cermes3, a exposé les enjeux et les défis de son projet Migrations chinoises de France face au Covid-19 : Émergence de nouvelles formes de solidarité en temps de crise retenu par l’appel Flash Covid-19 de l’ANR.

L’équipe du Journal du CNRS réalise des interviews à propos de l’épidémie afin de relayer et diffuser les regards des chercheurs de différentes disciplines dans sa rubrique Covid-19 : la parole à la science. La Vie des Idées rassemble quant à elle un ensemble de textes sur les épidémies qui explorent les multiples facettes de la contribution des sciences sociales Les visages de la pandémie.

Webinaire « Résilience des systèmes économiques et politiques en Asie en temps de crise » vendredi 5 juin de 10h à 12h

Le bureau des Jeunes Chercheur.es du GIS-Asie vous invite à un webinaire le vendredi 5 juin de 10h à 12h sur la « Résilience des systèmes économiques et politiques en Asie en temps de crise » pour appréhender les conséquences économiques et sociales de la crise actuelle, mais aussi de mettre en perspective la résilience des systèmes économiques en Asie du Sud et du Sud-Est en esquissant des comparaisons entre différents pays (notamment Inde, Vietnam, Cambodge). Trois intervenants pourront donner une perspective historique et comparative afin de prendre de la distance dans le contexte anxiogène actuel : 

  • Vy CAO, doctorant contractuel au CNRS à l’IrAsia (UMR7306). Diplômé de l’IEP de Rennes (2019), du Master Anthropologie et Philosophie politique à Paris-Diderot (2019), et du Master 1 Sciences des Religions et Société à l’EPHE (2020). CAO a écrit un article dans les Cahiers du Nem « Covid-19 : L’Asie du Sud et l’Asie du Sud-Est face au risque d’un désastre social ». L’intervention s’institule « La performance des politiques de santé publique au Vietnam face aux enjeux de développement : Exemple de la gestion gouvernementale et citoyenne du Covid-19 ».
  • Isabelle GUERIN, socio-économiste à l’IRD, elle travaille sur les liens entre finance et inégalités, avec un terrain de longue durée en Inde et des terrains comparatifs dans d’autres régions du monde. Ses recherches actuelles portent sur la financiarisation des économies domestiques et ses conséquences en termes de renforcement des inégalités et de résistances collectives. Elle a co-écrit un article sur l’Inde face à la crise du Covid-10 – Une tragédie humanitaire à venir sur la Vie des Idées.
  • Antonin MORIN, docteur (LiRIS, Rennes 2), qui a soutenu une thèse intitulé « Le monde selon l’harmonie chinoise : stratégies d’implantation des entreprises publiques chinoises en Malaisie et au Cambodge ». Actuellement, basé à Phnom Penh, il travaille sur un projet sur la « Montée en puissance chinoise et nouvelles normes sociales en ASEAN (Malaisie – Cambodge – Vietnam) » avec la MSHB.

Pour vous inscrire à ce webinaire, nous vous invitons à remplir ce court formulaire avant 20h le 4 juin 2020.

https://framaforms.org/inscription-webinaire-resilience-des-systemes-economiques-et-politiques-en-asie-en-temps-de-crise

Nous vous enverrons les instructions pour suivre le webinaire sur ZOOM la veille du webinaire.

Instruction webinaire « Gestion des crises sanitaires en Asie »

Afin d’assister au webinaire « Gestion des crises sanitaires en Asie » qui se déroulera  mercredi 22 avril de 10h à 12h, nous vous prions de suivre les instructions ci-dessous.

Avant de rejoindre le webinaire, veuillez activer le son de votre ordinateur/téléphone. Autant que possible, nous vous invitons à utiliser un casque ou des écouteurs pour éviter les bruits parasites et l’écho.

Pour rejoindre le webinaire, nous vous invitons à utiliser le lien suivant https://us02web.zoom.us/j/87880467088

Le webinaire sera accueilli sur la plateforme ZOOM. Vous aurez besoin d’installer (gratuitement) un petit logiciel ZOOM pour assister au webinaire, par conséquent veuillez cliquer sur le lien à partir de 9h45. Ce logiciel est également accessible sur smartphone.

Lorsque vous vous rejoignez le séminaire, veuillez accepter que le logiciel se « connecte à l’audio » de votre ordinateur/téléphone.

Pour que ce webinaire se déroule dans les meilleures conditions, nous vous invitons à couper votre vidéo et votre microphone tant que vous n’intervenez pas. Attention à ne pas cliquer sur le bouton « Partager l’écran ».

Après les interventions, nous ouvrirons une session de discussion. Nous vous inviterons à utiliser la boite de dialogue écrit pour intervenir.

Le webinaire sera enregistré (vidéo et audio) et nous pourrons vous envoyer le PowerPoint et l’enregistrement après le webinaire.

 

Appel à témoignage Expériences de confinement

Le Bureau des Jeunes chercheur.e.s du GIS Asie vous invite à partager vos expériences de confinement. La conscience précoce de la pandémie, ainsi que l’accès aux sources primaires sur la gestion de la crise dans ces pays permettent d’apporter un nouvel éclairage dans un débat public marqué par les fakes news et inexactitudes. Cet appel a pour modeste ambition d’offrir à la fois un espace de parole, de ressources et de réflexions pour les spécialistes de l’Asie.

Par ailleurs, la crise du COVID-19 a de nombreuses répercussions sur la vie des doctorant.es. Nous vous invitons à partager vos réflexions sur ce qu’implique émotionnellement et intellectuellement de poursuivre vos travaux dans ce contexte de crise ? Les expériences de retours précipités ou d’annulation de terrains semblent nombreuses, nous vous invitons à partager vos réflexions sur les façons d’envisager son terrain à court et à long terme ? Mutualiser les ressources et solutions trouvées dans un esprit de solidarité serait précieux pour l’ensemble de la communauté scientifique. Les contributions peuvent être individuelles ou à plusieurs et seront ensuite examinées par le bureau avant de faire l’objet d’un billet sur le carnet Hypothèses.

Vous pouvez poster votre témoignage sur notre page Facebook ou nous l’envoyer par mail jeunes.chercheurs.asie@gmail.com