Allier méthodes quantitatives et qualitatives en milieu urbain et autoritaire. Combining quantitative and qualitative methods in an urban and authoritarian context.

Virginie Arantes

Doctorante à l’Université Libre de Bruxelles, Virginie Arantes conduit des recherches doctorales sur la montée de l’activisme social environnemental et sa pertinence pour la politique chinoise contemporaine. Plus globalement, elle s’intéresse aux questions de pluralisme sociopolitique, de démocratisation et au concept de « société civile » en Chine.

Résumé

Les facilités actuelles d’accès aux terrains ont tendance à faire penser qu’il devient de plus en plus facile d’entreprendre des recherches en Chine. Néanmoins, un développement socio-économique rapide et un changement de géographie urbain constant créent de nouvelles contraintes pour observer les comportements des communautés dans les zones urbaines. Ainsi, dans des espaces complexes où les connections entre les personnes tendent à être diffuses et multidirectionnelles, comment le chercheur peut-il centrer son objet d’étude ainsi que ses acteurs clés? Dans cet article, il sera question de réfléchir à de nouvelles formes d’enquêtes ethnographiques dans un contexte urbain et autoritaire. Par le biais d’une enquête de terrain réalisée à Shanghai, nous analysons comment une démarche quantitative à base de questionnaires peut s’avérer utile pour accéder à de nouveaux acteurs et espaces jusque-là inaccessibles.

Mots-clés: méthodologie, méthode qualitative, méthode quantitative, ethnographie, milieu urbain, Chine. 

Abstract

Greater access to the field tend to suggest that it is becoming easier to undertake research in China. However, rapid socio-economic development and the constant change in urban geography create new constraints for observing the behaviour of communities in urban areas. In complex spaces where connections between people tend to be diffuse and multidirectional, how can the researcher focus his object of study as well as his key players? In this article, we discuss new forms of ethnographic investigation in an urban and authoritarian context. Through a field survey carried out in Shanghai, we argue that a quantitative approach based on questionnaires can prove useful in gaining access to new actors and spaces hitherto inaccessible.

Keywords: methodology, qualitative method, quantitative method, ethnography, urban setting, China.

Dans un monde marqué par une nouvelle norme de l’habitat urbain, la Chine tient une place de choix. Entre le début de l’ouverture du pays à l’économie de marché en 1978 et 2014, la population urbaine chinoise a été multipliée par plus de quatre. L’urbanisation a connu un essor très important dépassant le seuil des 50% en 2011. Ainsi, en quelques décennies, le monde urbain a, non seulement chamboulé la façon dont les gens interagissent avec leur environnement, mais également les uns avec les autres. Shanghai, métropole en constante mutation, est le symbole du modernisme et du développement actuel chinois. Avec près de 25 millions d’habitants, soit près du double de ce qu’elle était en 1987, Shanghai est aujourd’hui une des plus grandes villes par population dans le monde et le symbole du dynamisme économique d’une Chine internationalisée. Vitrine de l’économie chinoise, Shanghai se caractérise par des transformations urbaines et sociales très rapides.

Aujourd’hui, aux différents types de problèmes auxquels le chercheur est normalement confronté sur le terrain Chinois – contraintes de langue, de culture, de sujet de recherche, d’accès à l’informant et aux données – viennent s’ajouter de nouvelles complications spécifiques aux zones urbaines. L’intérêt pour l’ethnographie urbaine vient du fait que, malgré les relations impersonnelles et transitoires dans les grandes villes, les gens parviennent toujours à former des groupes, en dehors de leur famille et de leur voisinage, afin de se réunir pour répondre à des problèmes spécifiques (dans notre cas précis, les problèmes environnementaux). Néanmoins, des zones, qui auparavant étaient constituées de communautés assez démarquées, se sont transformées avec le développement des zones urbaines en vrais casse-tête pour les chercheurs. Les efforts requis afin de délimiter et accéder aux informants et communautés sous étude sont doubles. Ceux-ci tendent à vivre dans des groupes fermés, à avoir moins de temps disponible et à être plus mobile. Les structures sociales se distinguent fortement des premières études anthropologiques où le chercheur partait dans un village lointain étudier une communauté caractéristique dans une zone limitée. Ainsi, si au cours des dernières années le terrain en Chine est devenu de plus en plus accessible d’un point de vue logistique, d’autres facteurs viennent perturber une approche souvent pensée d’accès facile.

Né d’une expérience de terrain effectué lors de notre recherche doctorale, cet article entend expliciter, à partir de notre expérience personnelle à Shanghai, les difficultés qui peuvent advenir de façon à sélectionner et interagir avec certains contacts-clés dans des zones urbaines de plus en plus diversifiées et complexes, mais aussi, comment aborder un sujet d’étude politiquement sensible. Comment accéder, sans s’attirer d’ennuis à soi-même et/ou à ses interlocuteurs, à des zones fermées ou parfois floues ? Derrière cette question se pose également la problématique de la production des données où deux approches souvent vues comme contraires et incompatibles en sciences sociales – la recherche qualitative et la recherche quantitative – sont regardées comme deux méthodes complémentaires.

Afin de répondre à ces questions, nous allons nous concentrer, dans une première partie, à une brève contextualisation de la recherche ainsi qu’aux différentes adaptations méthodologiques effectuées au long du séjour. Dans une seconde partie, nous examinerons les difficultés rencontrées sur le terrain pour sélectionner et accéder aux diverses communautés sous étude. Dans une troisième partie, à partir d’une recherche qualitative réalisée dans plusieurs communautés fermées à Shanghai, nous analyserons comment, en alliant des méthodes qualitatives et quantitatives, il a été possible d’enfreindre certaines barrières et d’accéder à de nouveaux acteurs et espaces jusque-là inaccessibles. Une mise en perspective de ces observations permettra d’évaluer leurs singularités, proximités ou similarités à d’autres expériences de recherches déjà menées sur les pratiques de terrain en Chine et, plus particulièrement, dans les zones urbaines.

1. S’établir sur un terrain en mouvement perpétuel

L’une des images qu’évoquent les zones urbaines est sa morphologie anonyme et désordonnée. Dans un lieu-dit « d’étrangers », les Citadins se traitent avec indifférence, concurrence et méfiance (Merry 2011:119). Au-delà de la simple verticalisation de l’espace bâti et des politiques de rénovation urbaine, la loi de l’individualisme et de la réussite personnelle redéfinit les structures sociales. Ainsi, dans une société où la moralité individualiste devient la norme, le rôle que jouent certaines organisations en vue d’amener les citoyens à participer à la société civile est crucial. Suivre leur mouvement dans un environnement désordonné et dispersé devient un challenge.

Un des héritages socialistes de la Chine actuelle est la nature fragmentée et cellulaire de l’action citoyenne volontaire et de la vie associative. Néanmoins, au cours des 30 dernières années, avec la réforme de la structure économique et la décentralisation de l’économie et du contrôle politique, la société chinoise a subi plusieurs changements. Au cours de cette période de croissance économique accélérée marquée par l’amélioration du niveau de vie et les changements continus dans le paysage social, une profusion d’organisations appartenant à la société civile apparut. Par le terme d’organisations de la société civile, nous visons à inclure un ensemble diversifié d’organisations, avec des degrés d’autonomie et des structures organisationnelles divers qui composent le troisième secteur chinois (petit, informel, avec ou sans but lucratif, enregistré, non enregistré, commutés, etc.); en d’autres termes, le « troisième secteur », indépendant du secteur public et économique (Wang 2011:2).

Notre travail naît d’une réflexion sur l’impact de ces organisations, majoritairement environnementales, et sur le rôle important que celles-ci jouent dans la valorisation des valeurs collectives et la participation sociale. Nous avons choisi de nous focaliser sur le secteur environnemental à Shanghai; premièrement parce que celui-ci représente une des préoccupations premières et touche toute la population ; deuxièmement parce que les villes sont aujourd’hui les conséquences négatives de la surconsommation et de la mauvaise gestion écologique mondiale. Notre recherche vise donc à étudier la capacité qu’ont les organisations environnementales citoyennes à changer l’attitude de la population à l’égard des questions environnementales.

De façon à développer la recherche, nous avons décidé d’adopter une méthodologie qualitative, où l’observation directe et participante, mais aussi les entretiens semi-directifs, représentent les outils principaux de recherche. Néanmoins, comme nous le verrons dans le développement de ce travail, des méthodes qualitatives ont finalement été intégrées de façon à répondre à certaines contraintes survenues lors du terrain. Ainsi, durant une période de 13 mois, nous nous sommes immergée dans le quotidien des différents groupes et avons, petit à petit, redessiné et recadré les lignes conductrices de notre recherche, ceci, de façon à répondre aux diverses difficultés que suppose une recherche de terrain en Chine et particulièrement dans une zone urbaine.

Premièrement, il a été question de redéfinir le type d’organisations sur lequel centrer l’étude. En effet, préalablement à l’arrivée sur le terrain, l’intention était de nous focaliser sur les ONGE chinoises de base, c’est-à-dire dirigées et initialisées par des citoyens. Très vite, nous nous sommes rendue compte que cela ne révélerait qu’une infime partie des initiatives environnementales à Shanghai et ceci pour plusieurs raisons. Suite aux nouvelles lois sur les ONG internationales et sur la « Charité » promulguées en 2016, un sentiment d’incertitude sur les futures conséquences de ces deux lois est venu ajouter des contraintes, mais surtout modifier les stratégies d’actions des ONG sur le terrain. Ainsi, entre le moment où nous planifions notre terrain et le terrain en soi, nos intentions initiales de recherches n’étaient pas ce qui était le plus intéressant à étudier à ce moment précis.

Ainsi, l’adaptation de la société civile à ces nouvelles contraintes devient le sujet « chaud » sur le terrain. Suite à cela, nous décidons d’élargir notre champ d’analyse aux organisations environnementales citoyennes chinoises et étrangères. L’influence étrangère contribue largement à la dynamisation du secteur. En conséquence, au lieu de chercher un type d’organisation « idéale », nous décidons de déterminer où nos contacts sont les plus forts et à partir des premières introductions d’établir celles qui seront adéquates au moment précis où la recherche est réalisée. Mais, pour en arriver là, il a été question de réaliser un premier terrain exploratoire et d’utiliser notre affiliation universitaire à la East China Normal University (ECNU). Notre relation à ECNU, comme nous le verrons plus loin, a été importante à diverses étapes d’avancement de nos recherches.

2. L’entrée via les collaborations d’échanges Universitaires

Aujourd’hui, il est de plus en plus facile d’accéder aux Universités Chinoises. Les diverses collaborations d’échanges et souhaits d’internationalisation de la part des institutions facilitent le déplacement des chercheurs. Il nous a donc été assez facile d’obtenir une lettre d’invitation pour notre premier court séjour. Cherchant à profiter au maximum de notre affiliation à notre centre de recherche, nous avons décidé de rester aux abords du campus situé à Minhang, à une vingtaine de kilomètres du centre-ville. Cette première expérience fut décisive de façon à mieux préparer notre second terrain de recherche. Ces 3 mois exploratoires nous ont surtout permis une première ouverture à divers contacts, certains via nos relations à l’Université, et d’entreprendre une première analyse des organisations sur lesquelles nous pourrions centrer notre étude, ainsi que leurs principaux lieux d’action.

Pour notre second terrain de recherche, nous avons décidé de nous installer au centre-ville. Cela nous a permis de nous éloigner de la « bulle » Universitaire (Marichalar 2009) et de nous rapprocher des espaces où les organisations développent leurs diverses actions. Notre affiliation à ECNU a continué à être valorisante, surtout de façon à acquérir de nouvelles ressources et à garder un côté officiel auprès des organisations chinoises. Celles-ci maintiennent une certaine méfiance vis-à-vis des chercheurs étrangers. Nous reviendrons sur ce fait plus loin. Il est néanmoins important, malgré ces points positifs, de prendre en considération les aspects indésirables qui peuvent survenir des séjours d’échange souvent cadrés par l’institution d’accueil.

En plus des questions liées aux conditions de logement, un deuxième problème se pose, particulièrement quand le sujet de recherche est basé sur un thème politiquement sensible. Ainsi, de façon à obtenir une invitation ou un accès à une Université chinoise et tous les bénéfices qui en découlent (Visa, accès à une institution locale, etc.), il est parfois nécessaire de redessiner ou occulter certaines lignes fondatrices de notre recherche. Dans notre cas, cette étape a été nécessaire vu le thème controversé de l’étude des ONG et du moment précis où la recherche est réalisée.

Nous avons finalement été admise en tant qu’étudiante à la Faculté des Sciences de l’environnement. Cette redéfinition du projet de recherche a généré une certaine confusion et restera un handicap tout au long de notre séjour. Un manque de connaissances de la part de notre institution d’accueil sur notre sujet de recherche ne nous a pas permis de profiter pleinement de ce statut d’échange. Ceux-ci, bien que très engagés à aider le chercheur, n’ont souvent pas accès aux connaissances ou aux réseaux nécessaires. En contrepartie, les mêmes n’étaient pas sensibles aux événements et à la situation problématique de notre recherche.

Malgré tout cela, via nos relations et un promoteur local, nous avons été mise en relation avec d’autres professeurs travaillant sur le sujet. Ceux-ci, bien que très sympathiques et disponibles pour échanger sur la situation environnementale et la condition des ONG en Chine, étaient plus réticents quand il était question de nous rediriger vers les organisations en question. Les mêmes, contrairement à notre centre de recherche, étaient bien plus attentifs au caractère délicat des ONG. À notre grande surprise, ce sont nos collègues en master qui nous ont ouvert la porte la plus laborieuse en nous mettant en contact avec les premières ONGE chinoises. Après cette première introduction et l’effet boule de neige, il nous a été plus facile d’établir des contacts avec d’autres organisations. Même si, et il est important d’en être conscient, les premières ONGE auxquelles nous avons pu avoir accès, étaient considérées comme peu sensibles.

3. Suivre son réseau

Après une première phase de reformulation de la recherche, de sélection et prise de contact avec les informants, il devient nécessaire d’entreprendre l’analyse ethnographique. Dans notre cas, cela consiste à étudier les organisations environnementales citoyennes en partageant leur mode de vie, en se faisant accepter par ses membres et en participant aux activités des groupes et à leurs enjeux. Ainsi, dans une première phase, nous prenons part à une grande diversité d’activités (conférences, festivals, anniversaires, etc.) et à des projets de bénévolat. Nous effectuons également des entretiens semi-directifs et participons aux forums quotidiens WeChat.

La quantité de mouvements et d’organisations citoyennes environnementales à Shanghai, bien que peu connues pour leur nombre d’ONGE, a fait naitre un sentiment de frustration. Évidemment, suivre toutes les activités et mouvements dans différentes zones de la ville est vite devenu insoutenable. Nous avons donc décidé, dans une deuxième phase, de continuer à réaliser des entretiens uniquement avec certaines organisations, ceci de façon à garder une vision claire et plus élargie sur le secteur, et également, de participer aux activités que nous jugions les plus pertinentes. Ainsi, nous détenions plus de temps pour focaliser notre attention sur 2 organisations en particulier, une ONGE chinoise et une ONGE étrangère (enregistrée au ministère de l’industrie et du commerce), leurs structures organisationnelles et stratégies d’action.

Évidemment, les échanges avec l’ONGE étrangère se sont révélés être beaucoup plus aisés qu’avec l’ONGE chinoise. D’une façon assez naturelle, une relation de confiance s’est très vite établie et nous nous sommes rapidement insérée dans leur quotidien. Au cours de leurs activités, il était également plus commode d’échanger avec leurs participants, souvent étrangers ou très occidentalisés par des expériences à l’étranger. Les barrières culturelles devenaient ainsi très mince. L’expérience était tout à fait contraire avec l’ONGE Chinoises.

Si l’accueil de la part de la dirigeante de l’ONGE en question a toujours été ouvert, il était clair que certaines questions ou libertés prises avec l’organisation étrangère n’étaient et ne pouvaient pas être les mêmes. Bien souvent, celle-ci nous présentait aux autres membres de l’ONG en tant que « volontaire ». Ceci nous laissait dans une position délicate lors des activités de volontariats et/ou d’observation. Malgré ces difficultés, une présence prolongée sur le terrain nous a permis de tisser (lentement) des liens de confiance et être acceptée par les travailleurs et les bénévoles. Un séjour prolongé fut primordial afin d’atténuer les effets de notre présence et développer davantage l’étude de certaines dimensions inconnues. Par des dimensions inconnues, nous entendons les différences entre les objectifs et le discours officiel des ONG, normalement obtenus lors des entretiens et la réalité sur le terrain.

Cette ONGE centre son action sur les problématiques du recyclage et des déchets et focalise son attention dans des « communautés fermées » (Figure 1), plus souvent référées comme gated communities en anglais. Ces communautés, de plus en plus rependues dans les grandes villes, sont protégées par des enceintes de murs et des barrières ou isolées par les distances. Ainsi, si durant les activités de volontariat et d’observation nous pouvions accéder logistiquement aux communautés, suivre l’action de l’ONG et interagir avec des personnes intimement liées à la problématique, il nous était impossible de prendre la liberté de questionner les membres de la communauté que l’ONGE cherchait à affecter. En conséquence, nous étions dans l’impossibilité d’analyser l’efficacité de l’ONGE à l’apport de nouvelles modalités d’actions collectives capables de conduire à des changements parmi les “citoyens ordinaires” normalement non-engagés.

Figure 1. Entrée d’une communauté fermée à Shanghai.

4. Entre qualitatif et quantitatif : voies de la complémentarité

Après les premiers travaux plutôt qualitatifs et liés aux stratégies des organisations environnementales et ses effets sur la société, nous proposons à l’ONGE en question de réaliser une approche complémentaire, à dimension qualitative, fondée sur la réalisation de 400 questionnaires dans 20 « communautés fermées » à Shanghai. L’idée était de comparer 2 échantillons : d’une part, 10 communautés soumises à un programme d’initiation au recyclage par l’ONG et d’autre part, 10 communautés où aucune activité environnementale n’avait été menée. 200 questionnaires seraient donc réalisés dans chacun de ces 2 groupes. Les données statistiques concernant la connaissance des citoyens par rapport au recyclage ne sont pas, en soi, problématiques et le manque de précision sur un problème majoritaire comme le recyclage en Chine intéresse l’ONGE. Celle-ci a une condition avant d’accepter, échanger avec notre promoteur Chinois. Ce type d’approche, à première vue, nous semblait intéressant afin de mieux saisir qualitativement l’efficacité des ONGE chinoises à changer l’attitude des citoyens par rapport à l’environnement.

Figure 2. Réalisation de questionnaires dans une communauté fermée à Shanghai.

Assez naturellement, le professeur et la directrice de l’ONGE acceptent de soutenir le projet. L’ONGE est disposée à contacter les communautés, à nous faciliter l’entrée et nous communiquer les groupes qui n’avaient pas encore initié leur programme. L’Université, de son côté, nous fournirait les ressources humaines et budgétaires de façon à réaliser l’étude dans les meilleures conditions possibles. Nous, de notre côté, nous sommes engagée à nous entourer de collègues chinois pour réaliser les questionnaires et, ainsi, faciliter l’échange avec les participants, mais aussi, à remettre un petit cadeau souvenir à ceux qui accepteraient de nous répondre (2 exigences de l’ONG).

Il ne faut pas se le cacher, la collecte d’informations fut difficile et longue. Nous avons ainsi passé une moyenne de 2 heures par communauté, parfois plus, de façon à recueillir nos 20 questionnaires dans chacune d’entre elles. Durant ce processus pénible, nous nous sommes vite aperçue qu’une opportunité d’échange avec ces personnes s’ouvrait. Celles-ci, en répondant à nos questions, prenaient aussi le temps de nous expliquer leurs impressions concernant le recyclage, mais aussi leurs mécontentements, leurs inquiétudes et sentiments par rapport aux questions environnementales. Ce temps passé dans les communautés a également permis d’analyser plus en profondeur la façon dont la population locale interagit avec le nouveau système de gestion des déchets et parfois, les raisons de l’inefficacité de l’initiative.

En outre, cette expérience nous a aidée, via des chiffres concrets, à percevoir que l’efficacité de l’ONGE ne représente pas la dimension que nous attendions. Effectivement, la différence de connaissance des citoyens communs par rapport au recyclage, sans compter les volontaires et bénévoles, sont quasi, à peu de différences près, identiques dans les deux groupes. En plus de ce résultat inattendu, ce projet a permis un accès à de nouveaux acteurs et espaces jusque-là inaccessibles et d’entreprendre, pendant des périodes élargies, une analyse ethnographique qui n’aurait pas été réalisable d’une autre façon. Plusieurs questions soulevées lors d’observations participantes précédentes nous avaient alertée sur quelques questions jusque-là restées sans réponse. Par exemple, en échangeant avec des dizaines de personnes, il a été facile de comprendre, que pour une grande partie de celles-ci, la ligne séparant l’ONG et l’État est très mince. Beaucoup d’entre eux présentaient l’ONG comme étant une instance gouvernementale.

Cette méthode, que nous n’avions jamais expérimentée auparavant, s’est révélée être d’une importance fondamentale, car non seulement elle a permis d’acquérir une schématisation quantitative quant à l’efficacité des ONG dans des communautés populaires moins accessibles, mais également, de développer une analyse ethnographique plus élargie et d’interagir avec des acteurs normalement inaccessibles.

5. Conclusion

Face aux nouvelles difficultés auxquelles le chercheur est contraint sur le terrain, le présent travaille soutient une plus grande ouverture aux méthodologies mixtes de recherche, où deux approches souvent vues comme contraires et incompatibles, la recherche qualitative et la recherche quantitative, sont regardées comme deux méthodes qui peuvent se complémenter, et même « s’entraider ». Dans notre cas, cette approche a permis l’ouverture de nouvelles pistes de recherches, mais aussi d’en valider d’autres. Cette expérience a également montré qu’il y a une différence entre ce qu’une ONGE, par exemple, peut défendre oralement et son action/répercussion véritable sur le terrain. Suivre une organisation en analysant les activités que celle-ci veut bien dévoiler, souvent via une observation participante peut, comme dans notre cas, biaiser les résultats en ne montrant qu’une facette positive du problème.

            Dans un terrain contraignant comme la Chine où, aux difficultés normales de terrain, viennent s’en ajouter d’autres, parfois de forme inattendue, il est primordial de détenir un ensemble maximum de connaissances et de méthodologie diversifié. Notre expérience montre comment, en utilisant une méthode qui n’était pas prévue au début de la recherche, nous avons été capable de répondre à plusieurs de nos difficultés. Ceci a bien évidemment été le fruit d’une série d’adaptations effectuées tout le long de la recherche. Ce travail a pour objet d’alerter à cette problématique et de donner une solution, qui peut-être, pourrait être utilisable par d’autres chercheurs. Nous cherchons également à prôner une plus grande créativité dans la façon de conduire des recherches de façon à, comme nous essayons de le faire dans ce texte, trouver de nouvelles solutions à de nouveaux problèmes, dans le terrain Chinois, qui ne cessent d’apparaître.

Références

GMELCH, George, KEMPER, Robert V., et ZENNER, Walter P., 2010, Urban life: readings in the anthropology of the city, Long Grove.

HEIMER, Maria, THØGERSEN, Stig, 2006, Doing Fieldwork in China, University of Hawaii Press.

LIN, Jan et MELE, Christopher, 2012, The urban sociology reader. Routledge.

MARICHALAR, Olivier, 2009, « Négocier sa place sur un campus chinois: un témoignage », Terrains travaux, nº 2 :137-152.

MERRY, Sally Engle, 1981, Urban danger: Life in a neighborhood of strangers. Temple Univ Pr.

WANG, Ming (ed.), 2011, Emerging civil society in China, 1978-2008. Brill.

Liste de figures

Figure 1. Entrée d’une communauté fermée à Shanghai.
Photo: Virginie Arantes.

Figure 2. Réalisation de questionnaires dans une communauté fermée à Shanghai.
Photo: Virginie Arantes.

 

Aurélia Desplain

Postdoctorante au Centre d'études sur la Chine Moderne et Contemporaine.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.