Terrain d’étude : sensibilité relations durables

Compte-rendu de la journée méthodologique des jeunes chercheur.e.s du GIS Asie du 9 octobre 2019

Journée méthodologique organisée par le bureau des jeunes chercheur.es du GIS Asie, avec le soutien de:

Cette journée méthodologique a proposé un espace d’expression et de réflexion sur les difficultés de l’enquête de terrain pour les jeunes chercheur.es. Le programme de la journée encourageait à rendre compte des problèmes (méthodologiques, logistiques, éthiques, personnels), mais surtout à saisir les diverses stratégies qui peuvent être mises en œuvre pour les dépasser. Les difficultés générales de la recherche de terrain ont été abordées de même que d’autres plus spécifiques à l’aire asiatique. L’impératif d’obtention de résultats détermine des conceptions du terrain : or les silences, les impasses, les ratages font partie du terrain. C’est de ces zones de fragilité de l’enquête qu’il a été question lors de cette journée.

Introduction de la journée : présentation de EAST
Vanessa Frangville, directrice du laboratoire EAST (Centre d’études sur l’Asie de l’est, Faculté de philosophie et de sciences sociales, Université libre de Bruxelles)

EAST, créé en 2016, est un laboratoire regroupant de nombreuses disciplines : littérature, cinéma, anthropologie, sociologie, philosophie, science politique et relations internationales. Incubateur de recherche sur l’Asie de l’est (Chine, Japon, Taiwan, Vietnam, Laos, Philippines, Thaïlande), ses principaux axes de recherche sont :

  • Jeunesses et espaces publics

  • Genre

  • Culturelle visuelle

  • Transfert des savoirs

Intégré à la Maison des Sciences Humaines de l’Université Libre de Bruxelles, EAST est un laboratoire jeune et dynamique. Son équipe compte 46 chercheur.es dont 60% de doctorant.es, et membres affiliés, qui coordonnent plus de 70 activités par an (cours conférences, ateliers pratiques, colloques, projections de films commentées etc) et nouent des partenariats avec des chercheur.es du monde entier.

Pour en savoir plus : http://msh.ulb.ac.be/equipes/east/

Facebook: www.facebook.com/EAStULB/

Twitter: @EASt_ULB

Mail: east@ulb.ac.be

Chaine YouTube: Maison des Sciences Humaines ULB (playlist EASt)

Un terrain au Laos : partage d’expérience Pierre Petit, directeur du LAMC (Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains), maître de recherche au FNRS, ULB

Pierre Petit travaille sur les conséquences économiques, sociales et culturelles des migrations rurales et/ou des déplacements forcés dans les villages d’origine des gens (moins documenté) et non dans les villages d’accueil (beaucoup plus documenté) dans les régions montagneuses du Laos. Il a récemment publié History, Memory, and Territorial Cults in the Highlands of Laos dans la collection Routledge Contemporary Asian Societies dirigée par Vanessa Frangville et Frederik Ponjaert.

Après avoir longtemps travaillé en République Démocratique du Congo (Afrique centrale), Pierre Petit a commencé un terrain au Laos en 2003. Il défend l’idée de l’importance d’inscrire les recherches menées dans le cadre institutionnel local. A ce titre, il a établi un memorandum of understanding, signé par l’ULB et l’Université Nationale du Laos. Concernant ces questions méthodologiques, Pierre Petit suggère la lecture de « Red stamps and gold stars » de Sarah Turner.

L’inscription institutionnelle n’est pas la clé d’un accès facile au terrain, constate l’anthropologue. Mais lorsque l’on travaille sur des minorités, sur des migrations dans des villages situés au bord de frontières internationales, on se confronte à des questions politiquement sensibles. Rechercher un aval officiel fait aussi partie, pour l’anthropologue, d’un positionnement éthique concernant le partage des connaissances.

Pierre Petit présente un exemple de censure appliquée à un article qu’il a rédigé, et souligne le fait que toutes les tribulations rencontrées sur le terrain sont de la matière à réflexion : concernant la censure elle révèle quels points posent problème. Dans cet article ce n’est par exemple pas l’analyse des pratiques de la corruption qui a été censurée mais la mention du critère « ethnique » mobilisé dans les conflits entre villageois. Les reformulations opérées par la censure ont eu pour visée de gommer les conflits et construire un discours de l’harmonie inter-ethnique.

Pierre Petit nous parle des biais dans lesquels il est inscrit : en tant qu’Européen titulaire d’une autorisation académique et ministérielle, il est d’emblée inscrit dans le groupe des mâles dominants séniors du village. Il souligne la question du statut de l’anthropologue, et des tentatives non pas de s’extraire du statut (ce qui pourrait mettre en péril les hôtes qui définissent ce statut) mais de faire avec, pour pouvoir accéder à l’ensemble de la population.

La sociabilité passe énormément par la nourriture. Les discussions au cours des repas sont particulièrement nombreuses et riches. Pierre Petit évoque aussi la prise d’alcool comme outil de la sociabilisation et invite à voir le texte de Magnus Kiskesjö « Participant intoxication and self-other dynamics in the Wa context », The Asia Pacific Journal of Anthropology 11(2) : 111-127. La danse fait également partie de cela.

Pierre Petit a développé une anthropologie visuelle : il réalise beaucoup de photos et de films sur ses terrains. Il les utilise comme cadeaux faits aux personnes qu’il rencontre, en tirage papier. C’est également un média de travail avec les personnes concernées ou avec les assistants de recherche. Pierre Petit les utilise aussi beaucoup dans ses publications, car à son sens, l’ethnographie devrait toujours être visuelle (à défaut de pouvoir être également auditive). Pierre a réalisé un film en 2012, cela a été un véritable objet transactionnel : c’est la meilleure façon de faire voir aux gens l’objet de la recherche et les questionnements qui ont structuré l’enquête. Cela sert également pour la diffusion de sa recherche à des publics variés.

Table ronde

Concilier parentalité et terrain universitaire
Marion Sabrié, Rouen Normandie

La vie familiale des chercheur.es est-elle taboue ? On trouve peu de documentation sur la maternité ou la paternité dans le travail de chercheur.e, et ce que l’on trouve concerne davantage la maternité que la paternité. Quelques références académiques :

  • Barbier, P., & Fusulier, B. (2015). « L’interférence parentalité-travail chez les chercheurs en post-doctorat: Le cas des chargés de recherches du Fonds national de la recherche scientifique en Belgique ». Sociologie et sociétés47(1), 225-248.

  • Townsend, N. (1999). Fatherhoods and fieldwork: Intersections between personal and theoretical positions. Men and Masculinities, 2(1), 87-97.

Il existe également une littérature non-académique, quelques références :

Des blogs et sites de peer support community comme par exemple:

Des questions restent encore à documenter : quelles inégalités dans le parcours professionnel académique la parentalité contribue-t-elle à produire ? Quelles questions pratiques les parents se posent-ils ? L’enfant sur le terrain : frein ou outil ?

« Gender » and researching on intimacy in Vietnam
Van Minh Nguyen, Université Libre de Bruxelles

La présentation de Van Minh Nguyen est l’occasion de décrire les aléas d’une pratique ethnographique que le chercheur a nommé « l’ethnographie de mobylette », à savoir la multiplication de discussions informelles – à des fins d’enquête – à l’occasion des déplacements quotidiens à mobylette qui rythment le quotidien de son enquête à Ho Chi Minh City. Jeune homme assez convoité par les jeunes femmes auprès desquelles il souhaite enquêter, Van Minh Nguyen décrit la prise de conscience progressive des jeux de corps et de séduction autour de ces trajets en mobylette, et de normes sociales en vigueur chez les personnes concernées par sa recherche mais inconnues de lui : il donne comme exemple la signification du positionnement du sac à dos, soit entre la passagère et le conducteur (sur le dos du conducteur), soit sur le ventre du conducteur, interdisant ou au contraire permettant le rapprochement physique des deux personnes. Ainsi, la façon dont Van Minh Nguyen place son sac à dos est interprété par ses passagères quand lui-même n’a en tête au départ que des considérations de confort de voyage. Les échelles d’interprétation des comportements, les tentatives croisées d’utilisation de la situation (les jeunes femmes tentent de le séduire tandis que lui tente de les interroger sur leurs pratiques et représentations de l’intimité) posent des défis méthodologiques qui ont été discutés.

A propos de collaboration institutionnelle pour la recherche.
Virginie Arantes, Université Libre de Bruxelles

Le terrain est de plus en plus difficile en Chine, surtout depuis 2014 (arrivée de Xi Jinping au pouvoir). Virginie Arantes travaille sur les acteurs environnementaux : comment entrer sur un terrain sensible ? L’Institut Confucius acceptait de financer sa recherche sous réserve que la chercheuse modifie son sujet, ce qu’elle a refusé. Elle a choisi de s’inscrire pour un an d’échange universitaire. Mais son centre de recherche chinois de rattachement pratique une recherche sur l’environnement plutôt en sciences dures. En outre, le campus universitaire était très loin de son terrain. De plus, pendant la réalisation du terrain, 2 lois ont été promulguées pour restreindre l’action des ONG, rendant encore plus délicat le sujet choisi. C’est par les relations personnelles que Virginie Arantes a dû passer. Devant enquêter des zones fermées, dont l’accès est conditionné par la détention d’une carte de résident (que la chercheuse ne possédait pas), Virginie Arantes a créé une enquête quantitative pour une ONG, ce qui lui a ouvert l’accès de ces quartiers fermés. Cette stratégie de détournement de la pratique de l’enquête est lourde d’engagements : il s’agit de produire les résultats de l’enquête quantitative (qui ne sont pas le cœur du sujet de la chercheuse) tout en menant une enquête sensible sans que cela ne soit facilement repérable par le gouvernement chinois. Cette présentation a été l’occasion de discuter les stratégies déployées face à un accès au terrain très contraint politiquement, à la nécessité de protéger les données personnelles, mais également des défis posés dès lors par l’écriture et la publication.

Le cheminement méthodologique au miroir du questionnement de recherche
Alexandra de Heering, Université de Namur

Alexandra de Heering est chercheuse en histoire sociale en Inde, notamment sur la caste des intouchables. La chercheuse travaille principalement en histoire orale pour recueillir les témoignages du passé des communautés Dalit. Or ce travail sur les castes en Inde est sensible. Alexandra de Heering a commencé son terrain en souhaitant enquêter sur ce qu’est être Dalit et non Dalit, mais elle s’est rendue compte que ça provoquait une crainte chez les Dalit de ce qu’elle allait faire des histoires qu’on lui racontait. Les personnes se mettent à chuchoter quand elles lui parlent des traitements qu’elles ont subi de la part des castes dominantes. Son introduction sur le terrain a nécessité beaucoup de temps passé avec les personnes auprès desquelles elle fait de la recherche. La confiance instaurée progressivement n’a pas levé tous les silences : silence parce que désintérêt, peur, déni ? Elle en est alors venue aux processus mémoriels, aux traumatismes, aux influences que cela a sur la façon qu’ont les gens de se raconter. Puis la chercheuse a souhaité étudier les castes dominantes. Pour ce faire, elle a choisi de changer de terrain, pour ne pas trahir les villageois Dalit avec lesquels elle avait travaillé jusqu’à présent. La chercheuse s’est alors trouvée confrontée à d’autres enjeux méthodologiques. D’une part Alexandra de Heering était dans l’impossibilité de dire aux personnes issues des hautes castes le sujet sa recherche : la loi punissant les pratiques de discrimination, les personnes ne parlent pas librement de la façon dont ils traitent les intouchables. D’autre part, comment enquêter lorsque l’on est en difficulté pour éprouver de l’empathie envers les personnes dont on cherche à analyser les agissements ?

Tour de table, questions et débats pour clôturer la journée…

Les personnes présentes lors de cette journée comme auditrices étaient issues de disciplines variées et enquêtaient sur des terrains non pas seulement asiatiques. Plusieurs étudiant.es travaillant dans différents pays du continent africain étaient présentes. Les discussions ont ainsi croisé des expériences variées. Il a notamment été question de ce que représente le fait d’être chercheur dans son propre pays, avec comme constats que cela ne résout pas les questions :

  • de la langue, par exemple au Bénin plus de 54 langues parlées,

  • de l’acceptation sur le terrain, ce n’est pas parce qu’on est congolaise qu’on peut enquêter facilement partout au Congo, la chercheuse en l’occurrence voulait enquêter auprès de populations démunies qui n’ont pas donné accès si facilement, elle s’est sentie étrangère en son propre pays,

  • des intermédiaires sur le terrain qui ouvrent ou ferment des accès aux gens,

  • des hiérarchies entre les ethnies, chercheuse tutsi burundaise a dû mal à pouvoir échanger avec des personnes hutu, quelle utilisation des données par la chercheuse et quel risque pour elles

  • de l’instrumentalisation, de la construction de l’altérité (« tu es comme nous, tu n’as pas besoin de leur parler à eux, si tu veux y aller, laisses moi t’accompagner et leur montrer que tu es des nôtres »)

Ont également été discutées ou approfondies les questions de l’argent sur le terrain, de la difficulté d’accès au terrain et des stratégies de détournement pour accéder au terrain : mentir pour arriver à ses fins ?

Une importante question a été soulevée par un participant, celle du défi déontologique : la distanciation est une construction de l’anthropologie à l’époque coloniale, quels apports peut-on tirer des approches de engaged anthropology et sociology ? Enquêteur, enquêté ? Le rapport est tout à fait discutable.

Aurélia Desplain

Postdoctorante au Centre d'études sur la Chine Moderne et Contemporaine.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.