Les jeunes chercheur.e.s dans la course aux publications

Compte-rendu de la journée méthodologique des jeunes chercheur.es du GIS Asie du 6 juin 2018

Comment publier un article scientifique? Dans quelle revue publier? Quand et où publier sa thèse? En anglais ou en français? Quels sont les choix de publication à faire en fonction des objectifs de carrière visés? Privilégier la qualité ou la quantité? Comment booster son impact factor? Comment étoffer sa liste de publications afin d’obtenir un poste de chercheur.e en France ? Et à l’étranger ?

Avec la participation de:

Conseil n°1: Prendre le temps

La publication est une étape essentielle de la carrière, traversée de tensions: chacun.e éprouve la nécessité d’être publié rapidement, pourtant la publication se fait sur un temps long.
D’où l’intérêt de prendre le temps de considérer les revues et leurs qualités. Attention, les revues prestigieuses ne sont pas les seules de qualité!
Un gage de qualité peut par exemple résider dans l’accompagnement éditorial proposé par l’équipe de rédaction de la revue, permettant aux auteur.e.s d’affiner leurs articles et de publier des textes aboutis.
La publication dans les revues très prestigieuses anglo-saxonnes est un but partagé par un grand nombre. Ne pas oublier de viser de bonnes revues francophones, de faire un travail soigné (c’est si long de réussir à publier…), pour pouvoir peu à peu être connu et lu.

Conseil n°2: Cibler la revue

Bien cibler le champ disciplinaire et géographique.
S’informer sur la politique éditoriale (accessible soit sur le site internet de la revue, soit en contactant directement l’équipe de rédaction): privilégier les revues à comité de lecture car garantie de qualité scientifique.
La question du support à choisir (imprimé ou en ligne) se pose de moins en moins. Le processus éditorial étant le même pour les différents types de supports, beaucoup de revues proposent les deux.
Nota: la barrière mobile est un système d’embargo, par exemple pendant 6 mois ou 1 an l’article est accessible seulement aux abonnés avant d’être ensuite accessible à tous. L’absence de barrière mobile, c’est le libre accès direct.
En quelle langue publier ? Cela dépend des possibilités linguistiques de la revue, de sa diffusion. Une revue bilingue possède évidemment une valeur ajoutée, néanmoins les traditions linguistiques des disciplines varient.
Répondre à un appel à contributions ou soumettre un article spontanément: ne pas hésiter à contacter la revue en amont pour demander conseil.
Indexation des revues par exemple journal base du CNRS: https://journalbase.cnrs.fr/index.php

Conseil n°3: Travailler son contenu

Vérifier l’originalité de son article en regardant si la revue a déjà publié un article proche et garantir le caractère inédit de l’article (toute soumission à plusieurs revues doit être signalée).
Bien définir sa problématique, bien marquer son plan et fournir une bibliographie solide.
Plusieurs types de soumission possibles: un article, des notes de recherches et des recensions d’ouvrages, un appel à contributions ou encore un numéro thématique même en tant que jeunes chercheur.e.s. Les numéros thématiques dirigés par les jeunes chercheur.e.s sont souvent des contributions issues de panels (le travail a déjà commencé en amont). Lancer un appel à contributions est parfois travail de longue haleine (qui souvent ne s’appuie pas sur des collaborations antérieures) mais intéressant.
Si les recommandations aux évaluateurs sont disponibles en ligne, ne pas hésiter à les consulter: elles contiennent les critères de sélection des articles.

Conseil n°4: Soigner la forme

Vérifier que chaque appel de référence se retrouve dans la bibliographie, que les syntaxes sont claires, correctes, ne prêtant pas au doute, vérifier l’orthographe et les règles typographiques (nombre de signes etc.).
Outils: logiciels de correction orthographique professionnels (par exemple Antidote), recommandations aux auteur.e.s fournies par la revue, feuilles de style dans Word, gestion de bibliographie (par exemple Zotero, ou Juris-M pour les références ayant des caractères dans plusieurs alphabets).

Conseil n°5: Attention aux droits

Le droit d’auteur comprend les droits moraux et les droits patrimoniaux.
Les droits moraux comprennent le droit de divulgation (l’auteur décide s’il veut ou non que son œuvre soit utilisée), le droit de paternité (citer le nom de l’auteur quand on l’utilise éventuellement son titre et qualités, citer le titre de l’œuvre), le droit au respect de l’intégrité de l’œuvre (permet à l’auteur de s’opposer à la modification de son œuvre ou à l’utilisation dans un contexte contraire à l’esprit de l’œuvre).
Les droits patrimoniaux: la reproduction et la représentation. Nota : en France, le droit moral est incessible, alors que les droits patrimoniaux sont cédés, au moins en partie, dans le cadre de l’établissement d’un contrat d’édition. Question de la rémunération : auteurs dans les revues scientifiques ne sont pas rémunérés, cession gratuite. Importance de signer un contrat d’édition (attention, parfois ce n’est pas toujours proposé), avec avenants pour la question de l’édition numérique en libre accès.
L’utilisation de contenu (textuel ou images) d’un autre auteur nécessite de s’assurer de la possibilité de l’utilisation.

Outil: le document « Je publie quels sont mes droits? » du CNRS http://www.cnrs.fr/dist/z-outils/documents/Je%20publie%20quels%20sont%20mes%20droits.pdf

Conseil n°6: Protéger et diffuser son travail

Avoir à son actif des publications de types variés est un atout: publications dans des revues, dans des actes de colloque, articles de vulgarisation scientifique etc. Ces types de publications sont néanmoins hiérarchisés: un article publié dans une revue à comité de lecture est plus valorisant qu’un acte de colloque.
Aussi est-il préférable d’éviter d’envoyer un article complet avant une conférence, pour conserver la possibilité de ne pas intégrer cet article dans les actes du colloque, si la perspective d’une publication dans une revue est envisagée.
Penser à modifier le titre de l’article si celui-ci a été présenté dans une conférence et risque d’être identifié par les reviewers par une recherche simple sur internet.
Il existe des licences Creative Commons qui peuvent encadrer nos travaux afin de favoriser leur utilisation par d’autres.

Conseil n°7: Connaître le processus éditorial, l’exemple du peer-reviewing

Comment sont choisis et validés les articles d’une revue à comité de lecture?
Les propositions sont lues par le comité éditorial de la revue et ses responsables scientifiques. Si les propositions retiennent l’attention, elles sont envoyées à deux évaluateurs (si retours contradictoires, un troisième évaluateur peut être sollicité).
Suite à cette évaluation anonyme, l’article sera retenu ou non avec propositions ou non de corrections. Si l’auteur refuse certaines corrections, il est préférable qu’il argumente son refus.
Une fois les articles corrigés réceptionnés par la revue, si l’article est accepté, l’envoi d’un contrat d’édition à l’auteur suit. Nota: si l’article est refusé, le refus est argumenté.
Fabrication : relecture par l’éditeur avec corrections (syntaxe, orthographe, grammaire), traitement des images, mise en page du BAT (« bon à tirer »), envoi du fichier à l’éditeur/imprimeur (qui fait, s’il a le temps, une dernière relecture). Communication autour des publications sur différents canaux de diffusion.
Au final c’est un travail qui s’étale sur 6 mois pour Moussons, presqu’un an pour EMSCAT. Le délai repose sur la disponibilité des évaluateurs, la présence ou non d’une équipe de rédaction dans la revue, les allers-retours avec l’auteur.e pour les corrections etc.

En savoir plus sur les métiers de l’édition: http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65757-l-edition-scientifique-institutionnelle-en-france.pdf

Présentation de la revue Moussons (par Mathilde Lefebvre, éditrice)

https://journals.openedition.org/moussons/

Créée en 1999 par l’IRSEA (aujourd’hui IrAsia UMR 7306), Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est est la seule revue en France à couvrir l’ensemble de l’aire sud-est asiatique (insulaire et continentale) et ses marges indiennes et chinoises.
Comparative et interdisciplinaire, elle s’intéresse à toutes les sciences humaines et sociales (plus particulièrement à l’anthropologie, la sociologie et l’histoire contemporaine).
Rédigée en français et en anglais, avec un comité de lecture international, Moussons diffuse des travaux de qualité fondés sur une recherche originale.
Biannuelle, la revue publie des articles, des notes de recherche et des comptes rendus d’ouvrages.
Depuis 2010, Moussons est éditée par les Presses Universitaires de Provence (PUP).
Depuis 2013, Moussons appartient au bouquet de revues du programme OpenEdition Freemium dont les textes au format HTML sont en libre accès. Les formats PDF et ePub sont réservés aux abonnés du programme, ou peuvent être acquis sur la Librairie électronique d’OpenEdition.
Depuis 2014, la revue est réalisée avec Métopes, méthodes et outils pour l’édition structurée XML-TEI, développés par le pôle Document numérique de la MRSH de Caen.
Moussons est publiée avec le concours de l’Institut National des Sciences Humaines et Sociales (INSHS) du CNRS et d’Aix-Marseille Université.

Présentation de le revue Études mongoles & sibériennes, centrasiatiques & tibétaines (EMSCAT) (par Charlotte Thionois, éditrice)

https://journals.openedition.org/emscat/

La revue Études Mongoles a été fondée en 1970 par Roberte Hamayon. Réalisée dans le cadre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de Paris-X jusqu’en 2000, elle l’est aujourd’hui dans celui du Centre d’études mongoles et sibériennes de l’École Pratique des Hautes Études. Son domaine s’est élargi à la Sibérie en 1976, puis à l’Asie centrale et au Tibet en 2004, pour devenir Études mongoles & sibériennes, centrasiatiques & tibétaines (EMSCAT). EMSCAT publie, en français ou en anglais, des travaux originaux de chercheurs français et étrangers.
La ligne éditoriale englobe : articles courants, notes de terrain, notes critiques, comptes rendus, résumés de thèses, ainsi que des numéros thématiques éventuellement confiés à des « éditeurs invités ». La revue est annuelle. Les articles reçus sont soumis à deux rapporteurs extérieurs et revus par au moins deux membres du comité de rédaction.
Avec l’adhésion au portail Revues.org, une nouvelle phase s’ouvre dans la vie de la publication, qui se dédouble. À partir du numéro 40 pour 2009, la revue sera publiée uniquement sous forme électronique. En supplément à la revue, est créée une nouvelle collection intitulée Nord-Asie, dédiée à la publication de monographies qui, elles, resteront fidèles au support papier.
L’agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) a référencé Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines dans ses classements de revue en Anthropologie/ethnologie depuis 2008.

Aurélia Desplain

Postdoctorante au Centre d'études sur la Chine Moderne et Contemporaine.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.