Portrait : Isaline Saunier

Le Bureau des jeunes chercheur·es du GIS Asie consacre un espace à la présentation de docteur·es et de leurs travaux de recherche portant sur l’Asie (ou ses prolongements diasporiques). Isaline Saunier est docteure en anthropologie sociale, elle a soutenu en novembre 2022 une thèse sous la direction d’Isabelle Charleux et de Caroline Bodolec, à l’EPHE, qui s’intitule : « Être et paraître à la mode mongole : une anthropologie vestimentaire en Mongolie contemporaine ».

© Marie-Clémence David

1. Pouvez-vous présenter l’objet de votre recherche doctorale de manière succincte ? Quelles sont les principales conclusions de votre travail ? 

Ma thèse traite des pratiques et des façons de confectionner des vêtements en Mongolie contemporaine sans oublier les dimensions genrées qu’elles impliquent. Au sein d’une mode changeante et éphémère globalisée, en constante négociation, je me suis intéressée à l’identité mongole post-socialiste au cœur d’un système économique mondialisé. J’ai analysé une variation mongole de la (re)présentation de soi à l’échelle nationale et internationale et de la fabrication des recompositions identitaires autour de trois axes : les (re)présentations, les patrimoine(s) et les mode(s).

Pour penser l’articulation de l’être et du paraître au prisme des usages genrés du vêtement tout en appréhendant les revendications identitaires, le cas mongol est exemplaire en ce qu’il déploie des dimensions techniques, symboliques et des représentations singulières sur lesquelles j’ai appuyé ma recherche. Il a été aussi nécessaire de prendre en compte les attachements sentimentaux et les affections spécifiques envers les vêtements, qu’ils soient individuels ou collectifs. J’y ai notamment démontré comment au XXe siècle les interdictions de porter le vêtement dit « traditionnel », le deel, par les autorités socialistes mongoles, dans le cadre d’un emploi de bureau ou dans le cadre politique, reléguant le port de ce vêtement presque exclusivement à la campagne, résonnent encore aujourd’hui dans les esprits. Si le deel est ainsi devenu un emblème des steppes, la mode vestimentaire permet un retour en ville sous diverses formes de ce vêtement, notamment grâce aux festivités et aux événements extraordinaires. Aujourd’hui, ce terme de « deel » renvoie à une grande variété de formes et de définitions.

Les deel, mais aussi les costumes ethniques des XIX-XXe siècles, sont ainsi au cœur des processus stratégiques de redéfinition de la nation mongole mis en place par les autorités contemporaines et permet de se rendre compte du besoin de caractériser de nouveaux marqueurs identitaires. Parce que ces vêtements sont des emblèmes nationaux, auxquels les Mongols sont fortement attachés, il faut pouvoir les produire à grande échelle ainsi que proposer des formes modernes. Ces productions par la couture et par la mode sont des domaines quasi exclusivement féminins, ce qui implique que les ateliers sont des espaces privilégiés d’apprentissage mais aussi d’entre-soi au féminin et de socialisations professionnelles. Paradoxalement, si les deel peuvent changer de forme au cours de l’histoire, en particulier les vêtements masculins, ces derniers ne peuvent être facilement modifiés dans le domaine de la mode. Ce sont les deel féminins qui sont le support de la créativité, dans une limite acceptable. Ainsi, les vêtements mongols des hommes sont les symboles de la « tradition », et appartiennent à un univers historique, alors que ceux des femmes, modifiables et sources d’hybridité avec des formes européennes, relèvent d’un univers ahistorique.

Le cas mongol permet, d’une part, de déterminer quels éléments de l’héritage vestimentaire matériel et culturel sont sélectionnés, avec ou sans discours recomposés et, d’autre part, de fabriquer une « modernité » vestimentaire mongole actuelle à partir d’éléments issus d’un processus de patrimonialisation et de « traditionalisation ». L’usage de l’histoire et la circulation des discours par les Mongols font disparaître ou contournent un héritage chinois, alors que la combinaison des costumes avec des éléments européens ou occidentaux est complètement assumée. Les formes de deel rattachées aux époques anciennes sont imaginées comme « pures » et « authentiquement » mongoles. La mode conçue entre « tradition » et « modernité », pour reprendre les termes des Mongols, permet à la Mongolie de se présenter sur la scène internationale avec une histoire et une culture vestimentaires singulières et de revendiquer une « mongolité » qui les distingue de la sphère asiatique. Le deel est, dans l’imaginaire collectif, semblable aux vêtements représentatifs d’une nation entière tels que les kimonos japonais, les hanbok coréens, les saris indiens ou encore les hanfu chinois.

Défilé de costumes historiques, ethniques, contemporains et atemporels. Temple Čoižin Lama, Ulaanbaatar, Mongolie. 2021. © Isaline Saunier

2. Comment en êtes-vous arrivée à travailler sur ce sujet et quelles ont été les conditions institutionnelles de réalisation de votre thèse ? 

Durant mes deux années de master en archéologie à Paris IV Sorbonne, je me suis spécialisée dans l’étude des textiles. En première année, j’ai réalisé un état des lieux des connaissances autour des soieries de l’époque Xiongnu (IIIe siècle avant notre ère-IIe siècle de notre ère) découvertes en Mongolie dans les années 1920. En seconde année, j’ai étudié les pratiques vestimentaires en contexte funéraire en République de Sakha (Sibérie du Nord) aux XVIII-XIXe siècles. En étudiant des tombes d’une époque beaucoup plus proche du présent, j’ai découvert tout une littérature dédiée à l’ethnographie et à l’anthropologie sociale. En parallèle, j’assiste en 2014 à la communication de deux conservatrices du département des costumes du musée national de Mongolie lors d’un colloque organisé au musée du Quai Branly-Jacques Chirac. Inspirée par mes nouvelles lectures et la découverte des costumes ethniques de Mongolie (vêtements portés jusqu’au début du XXe siècle), je m’oriente alors vers un master d’anthropologie à l’EHESS, mention Asie Méridionale et Orientale. Je m’intéresse d’abord à la question du patrimoine vestimentaire au sein des institutions culturelles mongoles avant de me rendre compte à l’occasion de mon premier terrain ethnographique à Ulaanbaatar, capitale de la Mongolie, que le deel est porté à des occasions précises et qu’il n’est pas seulement exposé dans les vitrines des musées. J’ai alors peu à peu construit un sujet sur les pratiques et les fabriques vestimentaires de Mongolie.

 Entre la fin du master et l’inscription en thèse, j’ai mené un second terrain en mars-avril 2017 qui m’a offert la possibilité de poursuivre mes recherches, de travailler avec les archéologues de l’Institut d’Archéologie et de nouer de nouveaux contacts. Un troisième terrain réalisé en août-septembre 2017 sur un chantier de fouilles franco-mongol situé dans l’Altaï m’a permis d’observer les méthodes de fouilles mongoles, la réaction des archéologues mongols face au mobilier et d’analyser l’appréhension des objets archéologiques avant même leur découverte. Lauréate d’un contrat doctoral de trois ans et trois mois (2017-2020) et de plusieurs bourses de terrain, dont une de l’Ambassade de Mongolie en France, j’ai réalisé un dernier terrain de treize mois de juin 2018 à juin 2019 au cours duquel j’ai pu mener des enquêtes auprès de plusieurs familles en ville et à la campagne, ainsi que participer à des ateliers de couture, des défilés et réaliser divers entretiens avec des professionnels du secteur de la mode et du patrimoine.

3. Quels champs ou sous-champs disciplinaires avez-vous mobilisé dans votre travail ? Comment vous situez-vous vis-à-vis des études aréales/asiatiques ?

Les sujets du vêtement et de la mode, objets sociaux par excellence, sont étudiés par plusieurs disciplines telles que l’archéologie, la sociologie, l’histoire et l’anthropologie culturelle et sociales. Ainsi, ma thèse repose sur une bibliographie fournie et variée et est divisée en cinq catégories : (1) « les typologies vestimentaires et leurs limites », (2) « les vêtements comme revendications identitaires », (3) « les modes “non-occidentales” entre “tradition” et “modernité” », (4) « coutures, créations et costumes au prisme du genre », (5) « anthropologie de l’être et paraître en Mongolie ». Parmi ces références, nombre d’entre elles sont consacrées à l’aire asiatique, du Japon à l’Asie centrale en passant par la Birmanie, la Corée du Sud ou encore la Chine. Toutes ces lectures ont nourri ma recherche : les études, toutes disciplines confondues, démontrent la prépondérance et l’omniprésence du vêtement, ainsi que des systèmes qui l’entourent. Elles sont à la croisée de la technique, de la culture matérielle, de la politique, du patrimoine, du genre, de la création, et de la globalisation.

Au sein des études consacrées à l’aire asiatique, la Mongolie est généralement la grande oubliée et sert assez peu de référence dans le cadre d’analyses comparatives. Pourtant, pays capitaliste et démocratique au passé socialiste, elle connaît une trajectoire historique bien singulière puisqu’elle a connu des liens spécifiques avec la Chine, la Russie (dont la Sibérie), les deux Corées, le Japon ou encore le Kazakhstan et la Turquie. Tantôt rattachée à l’Asie centrale ou à la Haute Asie, tantôt aux pays post-soviétiques ou à l’Asie Intérieure, elle a une place majeure au cœur de l’Asie tant d’un point de vue historique que géographique. Malgré cette position pivot souvent mis en avant par les Mongols eux-mêmes, il existe une réelle peur, à savoir celle de devenir invisible au cœur d’une Asie plurielle et diversifiée.

4. Quelles données utilisez-vous ? Comment les avez-vous collectées ? 

« Pourquoi la Mongolie ? ». En premier lieu, lorsque ce sujet était évoqué lors de mes entretiens, je ne savais ni comment y répondre, ni s’il fallait donner une raison particulière. La plupart de mes interlocuteurs s’inquiétaient réellement de comprendre pourquoi, en tant que Française, je n’étudiais pas les costumes français, voire européens. Certains semblaient même vouloir entendre un discours préparé complimentant la Mongolie. Le sujet sur le vêtement mongol n’est pas un sujet facile au vu de la multitude des acteurs engagés, mais c’est un sujet qui plaît au plus grand nombre. Cela m’a donné accès à un réseau varié jusqu’à parfois avoir des demandes d’entretien de la part des informateurs, ce qui pose la question de l’authenticité des discours. En effet, les discussions plus poussées ont montré qu’ils avaient eu tendance à élaborer leur rhétorique avant de me rencontrer. Or, si cette accessibilité a facilité mon intégration auprès de groupes variés, elle m’a aussi permis de collecter un très grand nombre de données peu, voire pas, traitées dans le cadre de ma thèse. C’est notamment le cas avec un groupe nationaliste de tir à l’arc à cheval que j’ai pu observer et qui promeut le deel à la fois comme reconstitution de vêtements médiévaux et comme uniforme sportif. De même, durant l’année 2018-2019, j’ai pu me procurer de nombreux magazines et périodiques en mongol et en russe. Absents des bibliothèques, ils constituent pour mes recherches une collection inestimable et je prépare actuellement un article sur les outils de la diffusion de la mode au sein de la société mongole.

Si le sujet de ma thèse est singulier, il a également permis de réfléchir à l’articulation de plusieurs outils méthodologiques tels que les enquêtes ethnographiques couplées aux analyses de l’iconographie de photographies et de données historiques et techniques. J’ai également développé des outils en matière d’éthique et d’anonymisation des enquêtés en privilégiant les visages floutés, le dédoublement des individus et le dessin de silhouettes. J’ai donné une grande place aux dessins me permettant de penser les restitutions scientifiques sous un angle artistique. Comme ma thèse fut rédigée dans un contexte de pandémie mondiale liée au Covid-19, j’ai aussi été amenée à mettre en place des enquêtes d’ethnographie en ligne et j’ai pu à la fois compléter mes données de terrain et développer de nouvelles compétences.

5. Comment envisagez-vous de poursuivre ce travail ? Avez-vous de nouvelles perspectives de recherche ? Quelle est votre situation professionnelle à l’issue de la thèse ?

Afin de poursuivre mon travail, j’ai l’ambition de réaliser un film anthropologique sur les coulisses de la fabrication de la mode mongole, documentaire pensé comme un prolongement de mes travaux de recherche. En effet, quatre créatrices de mode mongole, dont les façons de créer la mode de demain ne m’ont pas été accessibles durant l’élaboration de la thèse, ont accepté d’ouvrir leurs ateliers dans ce cadre précis. Ce film est essentiel pour témoigner d’une autre facette de la Mongolie contemporaine, différente des documentaires généralement tournés vers le nomadisme pastorale, l’extraction minière ou la pauvreté.

Au-delà de ces recherches qui plongent directement leurs racines au cœur de ma thèse, j’ai développé plusieurs sujets de post-doctorat au croisement de l’épistémologie des savoirs, de la formation des identités genrées et de l’asymétrie de genre, de l’anthropologie du religieux, de l’anthropologie des crises ou encore de l’anthropologie visuelle à l’ère du numérique :

  • Les liens entre le chamanisme mongol et la France ;
  • Une anthropologie de l’archéologie ;
  • Le couple idéal et idéalisé ;
  • La circulation des photographies au sein des réseaux sociaux (réels ou virtuels) ;
  • Les relations contemporaines Bouriates-Mongoles en contexte de guerre.

Depuis la soutenance de ma thèse en novembre 2022, je poursuis mes activités de recherche en écrivant des articles, en organisant des événements nationaux et internationaux et en discutant de mes travaux lors de journées d’études variées. Depuis 2019, j’enseigne les études mongoles ainsi que l’anthropologie/la sociologie de la mode au sein de différentes universités publiques et écoles privées. Je suis également directrice de mémoire depuis 2022 à l’école de mode ESMOD Paris. En janvier 2024, j’ai intégré le département du patrimoine et des collections du musée du Quai Branly-Jacques Chirac en tant que chargée d’études techniques des collections textiles.

Biographie

Isaline Saunier est archéologue et docteure en anthropologie sociale. Rattachée au laboratoire Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL, UMR 8582) pendant son doctorat, elle y est aujourd’hui docteure associée. En janvier 2024, elle rejoint le musée du Quai Branly-Jacques Chirac en tant que chargée d’études techniques des collections textiles au sein du département du patrimoine et des collections.

Bibliographie personnelle

Articles en revues à comité de lecture

Boennec, Saunier [2025]. « Logiques et pratiques de l’empowerment féminin en Mongolie » in Études mongoles & sibériennes, centrasiatiques & tibétaines.

Charleux, Saunier 2020. « « Nos ancêtres les Hünnü ». L’empire Hünnü/Xiongnu, nouvel âge d’or des Mongols ? Imaginaire, nationalisme, mode et marketing en République de Mongolie » in Extrême-Orient Extrême-Occident 44, Presses Universitaires de Vincennes, Paris, pp. 147-205.

Retournard, Saunier [2024]. « De la diversité de la conservation des textiles archéologiques à partir de deux cimetières modernes : les sites d’Aulnat (Puy-de-Dôme) et de Fontevraud (Maine-et-Loire) », table ronde Instrumentum « Les cimetières modernes hors les murs dans le nord-est- de la France », Nancy, 9 nov. 2022.

Saunier, et al. 2022. « Making clothes, dressing the deceased. Analysis of 2nd century AD silk clothing from the child mummy of Burgast (Altai Mountains, Mongolia) » in Archaeological Research in Asia, Vol. 29.

Saunier 2023. « L’apprentissage contemporain de la couture du deel au sein d’une université publique à Ulaanbaatar (Mongolie) » in Ethnologie Française « Les pratiques esthétiques : apprentissage, transmission, socialité », Vol. 53, N° 3, pp. 483-495.

Saunier [2024] « « La Mongolie ne disparaîtra que si [le deel] disparaît du monde » ou comment se définir par le patrimoine vestimentaire en Mongolie contemporaine » in In Situ, revue des patrimoines, « Le vêtement et la mode, un patrimoine incarné ».

Autres publications

Saunier, 2022. « Confectionner des vêtements, vêtir les défunts : comment inhumer les morts dans l’Altaï mongol au 2e siècle p.C ? Étude des textiles de soie et de laine des tombes de Burgast » in S. Lepetz (dir.), Occupations et espaces sacrés dans l’Altaï mongol. Les sites de Burgast et Ikh Khatuugin gol. Résultats de la mission archéologique franco-mongole 2014-2016.

Montaudon, Saunier 2020. « Linceuls ou vêtements ? Le textile dans les inhumations médiévales et modernes en Anjou. Cas particulier de la chapelle Saint-Benoit de l’abbaye de Fontevraud », in Patrimoines en Anjou, N°1.

Saunier 2023. « Le deel, entre héritage et réinvention »in M. Favereau, Les Mongols et le monde, catalogue d’exposition « Gengis Khan et le grand échange mongol » (14 octobre 2023 au 5 mai 2024, Nantes).

2020. Traduction en français de trois poèmes mongols de Ts. Dorjsembe : Jentayu Hors-Série numéro 4 –Mongolie, Editions Jentayu, Andert-et-Condon, pp. 89-93.



Citer ce billet
Jeunes Chercheur.e.s Asie (2024, 15 mars). Portrait : Isaline Saunier. Jeunes Chercheure·s Asie. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0yu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.