Portrait : Raphaëlle Yokota

Le Bureau des jeunes chercheur·es du GIS Asie consacre un espace à la présentation de docteur·es et de leurs travaux de recherche portant sur l’Asie (ou ses prolongements diasporiques). Raphaëlle Yokota est docteure en études japonaises, elle a soutenu en 2022 une thèse sous la direction de Michael Lucken, à l’Inalco, qui s’intitule : « La grande famille de Koreeda Hirokazu : le cinéma comme force de changement social au Japon ».

1. Pouvez-vous présenter l’objet de votre recherche doctorale de manière succincte ? Quelles sont les principales conclusions de votre travail ? 

Ma thèse est consacrée au travail du cinéaste japonais indépendant Koreeda Hirokazu. Je suis partie du motif de la famille, entité qui connaît de profondes mutations dans nos sociétés de capitalisme avancé, et motif récurrent dans son œuvre. 

Ce projet a connu trois modifications fondamentales au cours de la thèse, à chaque fois en réponse à un obstacle né de la confrontation avec les films eux-mêmes.

La première modification est liée à la portée de cette thèse. 

Je me suis rapidement concentrée sur la filmographie de Koreeda comme réalisateur de fiction, en raison de l’axe transversal que constituait la famille. Toutefois cette notion se retrouve aussi dans l’ensemble de ses autres activités de création. 

Au-delà du problème d’envergure et du risque de dispersion qu’aurait impliqué une analyse de son travail dans sa globalité, se focaliser sur sa filmographie de fiction permettait aussi d’aborder l’industrie filmique contemporaine. Il m’a semblé impératif néanmoins, de tenir compte en particulier de ses écrits et de ses activités publiques, car cette multiplicité des formes et sa présence médiatique illustrent également les marges de manœuvre existant au sein d’une industrie souvent présentée de façon schématique sur la base du clivage indépendant/commercial. 

J’espère avoir démontré que l’opposition centre/marges, tout comme une approche contrastée de l’œuvre de Koreeda entre mélodrames familiaux et escapades formelles, tend d’une part à oblitérer d’autres aspects de son œuvre, d’autre part à renvoyer plus à la marge encore des productions qui s’inscrivent pourtant dans un maillage serré de significations propres à une époque donnée.

La deuxième réorientation majeure de ce projet est d’ordre épistémologique. 

J’ai commencé par aborder ce corpus à partir de l’idée que le film permettait une multiplication, voire une fragmentation des visions de la famille dans le Japon d’aujourd’hui. 

Mes premières recherches m’ont cependant amenée à constater que cette approche contraignait à une lecture passive de la famille comme résultat. Or, plus j’avançais et plus se précisait la question du lien : le médium filmique, sous certaines conditions, apparaissait comme le lieu de création et de partage du lien entre les individus et du lien des individus aux grandes logiques sociales et institutionnelles.

Au niveau de la relation de l’humain inscrite dans un système de représentation, la famille, en dépassant sa définition comme ensemble d’individus ayant des liens de parenté, présentait un potentiel dans le cadre du processus de construction du symbolique au moyen du film. 

Ce dépassement de la structure familiale comme sujet du film vers une structuration du sujet par le film sur le modèle de la famille est devenu le socle de cette thèse. 

De la même façon que la famille en tant que groupe solidaire d’appartenance fournit des outils à l’individu pour évoluer dans notre société, le film peut participer des processus de construction de soi et de l’espace public.

La dernière évolution concerne la question, devenue centrale, du point de vue. 

L’une des intuitions à l’origine de cette thèse était que les films de Koreeda, bien que pas systématiquement et à des degrés variés, donnaient à vivre des expériences qui ne sont pas celles que les représentations traditionnelles imposent comme la norme, ce qui m’a conduite vers des textes fondateurs comme ceux de Laura Mulvey puis, par exemple, d’Iris Brey.

Bien que les personnages féminins soient au premier plan dans le cinéma de Koreeda, il m’a d’emblée paru intéressant d’éprouver ce concept de regard ou de point de vue auprès d’autres personnages dont l’existence est susceptible de perturber les représentations traditionnelles. 

Conjuguant analyse filmique et étude sociohistorique, cette recherche intervient ainsi pour dessiner les contours d’une politique nationale genrée et évaluer son impact sur les individus, en particulier celles et ceux reléguées à la marge des représentations, tout en soulignant les potentialités du film à faire bouger les lignes de l’histoire sociale de son pays.

Le cinéma commercial n’est certes pas en mesure de renverser les systèmes de domination, ni de pallier les manquements de nos institutions, toutefois une expérience spectatorielle active peut, d’une part, créer un lien entre des individus qui évoluent autrement en parallèle et, d’autre part, renverser les hiérarchies des représentations et permettre la rémanence des questions investies par le spectateur au moyen du film et leur re-projection dans la société. 

Cérémonie de clôture du festival de Cannes 2018, “Une affaire de famille” de Koreeda Hirokazu (au centre) remporte la palme d’or (Georges Biard – Wikimedia CommonsCC BY-SA)

2. Comment en êtes-vous arrivée à travailler sur ce sujet et quelles ont été les conditions institutionnelles de réalisation de votre thèse ? 

Mes recherches de master reposaient déjà sur l’analyse des formes filmiques comme médium privilégié du discours. Basé sur le travail de deux réalisateurs ayant travaillé dans des contextes de contrôle de la parole individuelle (la République populaire de Chine des années 2000 pour JIA Zhangke 賈樟柯 et le Japon d’après-guerre pour SUZUKI Seijun 鈴木清順), ce mémoire étudiait le film comme dispositif de structuration de l’imaginaire, et comme moyen de constitution et de reconstitution identitaire. J’y analysais également le rôle de ces films en matière de représentations dans le cadre des rapports hommes-femmes et des relations à l’autorité. Dans cette optique, cette recherche s’attachait aux personnages féminins, ainsi qu’aux personnages masculins à la marge, avec pour conclusion notamment que ces films opéraient comme une trace des manières d’être au monde singulières des personnages.

Pour ma thèse, j’ai voulu travailler sur un cinéaste contemporain en activité. J’avais découvert le cinéma de Koreeda avec son troisième film, sorti en France en 2002, quand j’étais en licence d’arts du spectacle. La présence de personnages féminins atypiques pour la production commerciale m’a intéressé, et la Palme d’Or qu’il a reçu en 2018 pour Une affaire de famille m’a convaincue de ne pas traîner. 

J’ai fait les trois premières années de ma thèse sans financement, tout en continuant mon activité de traductrice et d’enseignante vacataire. J’ai été ATER la dernière année, ce qui m’a permis de terminer dans de meilleures conditions, d’autant que j’avais déjà été vacataire plusieurs années dans cette université et que je connaissais donc déjà bien l’équipe, la maquette et les étudiant·e·s. 

3. Quels champs ou sous-champs disciplinaires avez-vous mobilisé dans votre travail ? Comment vous situez-vous vis-à-vis des études aréales/asiatiques ?

Mes recherches sont au croisement des études japonaises, des études cinématographiques et des études de genre. Peu de chercheur·e·s en cinéma connaissent ces cinématographies encore considérées comme rares et/ou exotiques en Occident, et peu de Japonologues voient dans le film un objet de recherche, alors même que le Japon est un gros producteur de films – 500 à 1000 par an –, la production commerciale touchant donc un large public. 

Japonologue et historienne, mon approche est résolument pluridisciplinaire, au croisement des études japonaises, des études cinématographiques et des études de genre. Peu de chercheur·e·s en cinéma connaissent ces cinématographies encore considérées comme rares et/ou exotiques en Occident, et peu de Japonologues voient dans le film un objet de recherche, alors même que le Japon est un gros producteur de films – 500 à 1000 par an –, la production commerciale touchant donc un large public. 

Mes recherches actuelles reposent ainsi sur un vaste travail de dépouillement d’archives, sur la constitution d’une base de données, et sur la conduite d’entretiens semi-directifs, le tout combiné à l’analyse filmique. Je souhaite par ailleurs collaborer avec des institutions et des chercheurs spécialistes du cinéma et des féminismes à l’international, de sorte à contribuer à un travail transnational de réflexion et de recherche sur les questions liées aux femmes.

4. Quelles données utilisez-vous ? Comment les avez-vous collectées ? 

Le film est pour moi à la fois source et objet d’étude, il s’agit donc de confronter l’analyse filmique à l’analyse textuelle. Dans ma thèse, j’ai analysé l’ensemble des longs-métrages de fiction de Koreeda (14 films entre 1996 et 2018), ainsi que trois de ses documentaires, et une partie des publicités qu’il a réalisées. 

Ma thèse s’appuie par ailleurs sur une riche littérature grise en japonais, en anglais et en français, composée des écrits du réalisateur lui-même (25 ouvrages), de publications issues de la critique professionnelle (principalement au Japon, en France et aux États-Unis), et d’une abondante littérature théorique et académique. Ces sources sont mises en perspective avec la dimension formelle des films d’une part, et une étude de leurs usages sociaux et politiques d’autre part, le tout formant un intertexte nourri des imaginaires sur la modernité du Japon contemporain, au Japon et ailleurs. 

5. Comment envisagez-vous de poursuivre ce travail ? Avez-vous de nouvelles perspectives de recherche ? Quelle est votre situation professionnelle à l’issue de la thèse ?

Je suis actuellement post-doctorante non-contractuelle à l’IFRAE, où j’ai fait mon doctorat. 

Ma thèse donnera lieu à une publication aux Éditions de l’ENS en 2024, projet qui a nécessité un gros travail de remaniement (le nombre de mots limite correspondait à un tiers du manuscrit original).

La thèse mettait les questions de représentation filmique au centre d’une réflexion sur la place des populations habituellement invisibilisées dans la société japonaise, mais les recherches engagées sur la production cinématographique japonaise depuis les années 1950, à la fois pendant mon doctorat puis à partir de ma soutenance, m’ont convaincue de l’importance de cartographier spécifiquement les sources filmiques réalisées par les femmes. 

Mes recherche actuelles ont pour objectif d’interroger les ruptures historiques qui ont marqué le second vingtième siècle au Japon, à travers les parcours des réalisatrices sur plusieurs générations, de la deuxième vague féministe au début des années 1970 aux années MeToo, en combinant sources filmiques, sources archivistiques et documentaires, et sources orales. J’ai commencé à alimenter une base de données qui permettrait l’inventaire des cinéastes femmes au Japon, ainsi que de leurs travaux.

Biographie

Diplômée en études cinématographiques et en études japonaises, Raphaëlle Yokota a réalisé son doctorat en études japonaises à l’Inalco sous la direction de Michael Lucken, et soutenu en juin 2022. Après avec été ATER en études japonaises à l’université Jean Moulin Lyon 3 pendant deux ans, elle se consacre actuellement à la recherche. Ses recherches portent sur les cinéastes femmes au Japon depuis 1970, notamment du point de vue de leur inscription dans l’histoire contemporaine du pays.

Bibliographie personnelle

Articles en revues à comité de lecture

Raphaëlle Yokota, « Plateformes de vidéos à la demande : quel rôle dans la production cinématographique contemporaine au Japon ? », Ebisu. Études japonaises, « Films en miroir. Quarante ans de cinéma au Japon (1980-2020) », 59, 2022, pp. 179-210.

Raphaëlle Yokota, « France, Japon, États-Unis : regard critique sur la critique autour d’Une Affaire de famille de Koreeda Hirokazu. », Mise au Point, Cahiers de l’Association française des enseignants et chercheurs en cinéma et audiovisuel, « Chefs-d’œuvre et navets – La construction de la qualité cinématographique », 15, 2022.

Autres publications

Raphaëlle Yokota, « Compte-rendu de lecture : Koreeda Hirokazu, Quand je tourne mes films, traduit par Saeko Takahashi et Stéphane de Torquat, Paris, Atelier Akatombo, 2019, 413 p. », Japon(s). Carnet Hypothèses de la SFEJ, 25 mai 2020.

Raphaëlle Yokota, « Koreeda Hirokazu : le point de vue des invisibles », Japon~14  Périphéries et centres (Actes du quatorzième colloque de la Société française des études japonaises), Yannick Bardy, Pauline Cherrier, Gérald Peloux (dir.), Paris, Éditions Piquier, décembre 2023.

Raphaëlle Yokota, « Death penalty in contemporary Japanese cinema through two films released in the 2010s: stylistic flair or political statement? », in II World Cinema International Conference Proceedings, Madrid, Editorial Fragua, janvier 2024.

Raphaëlle Yokota, Magalie Flores-Lonjou (MCF HDR), « Le détournement du flashback dans le film de procès : l’exemple de The Third Murder (Koreeda Hirokazu) », Actes du colloque « Filmer le droit, le droit filmé », à paraître sur le site de l’Université Numérique Juridique Francophone au printemps 2024.



Citer ce billet
Jeunes Chercheur.e.s Asie (2024, 2 février). Portrait : Raphaëlle Yokota. Jeunes Chercheure·s Asie. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqpo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.