Séminaire : Autour de l’ouvrage “Tianjin, transferts mondiaux et appropriations locales”

La quatrième séance du séminaire “dynamiques contemporaines en Asie” de l’année 2022-2023, se tiendra le vendredi 16 juin, de 14h à 16h30. Elle réunira quatre intervenantes (trois auteures et une discutante) autour de l’ouvrage collectif Tianjin, transferts mondiaux et appropriations locales, sorti en début d’année 2023.

Organisatrice : Delphine Vomscheid (d.vomscheid@gmail.com)

Date et heure : vendredi 16 juin, de 14h à 16h30

Lieu : Campus Condorcet – salle 3.02 (3ème étage du Centre de Colloques) : inscription

Un lien zoom sera envoyé aux inscrits en ayant fait la demande via le formulaire d’inscription.

Résumé

Cette 4e séance du séminaire Dynamiques contemporaines en Asie, organisé par le bureau des jeunes chercheur·e·s du GIS, sera consacrée à l’ouvrage collectif Tianjin, transferts mondiaux et appropriations locales : architecture et aménagement urbain dans la Chine moderne (dirigé par Nobuo Aoki, Maria Gravari-Barbas, Christine Mengin et Subin Xu, Éditions de la Sorbonne, 2023). Trois auteures de l’ouvrage nous présenteront le résultat de leurs études orientées autour du patrimoine architectural des anciennes concessions étrangères de la ville de Tianjin.

Résumé de l’éditeur :

Cet ouvrage collectif concerne l’histoire architecturale et urbaine de Tianjin, ville chinoise majeure, port de Pékin, marquée par la présence de neuf concessions occidentales, dont le patrimoine est mieux conservé qu’à Shanghai.
Richement illustré, nourri par de nombreuses archives chinoises, japonaises et européennes, il vient combler une lacune béante sur une ville pionnière dans la modernisation de la Chine, et centrale pour comprendre le rapport de la Chine à l’Occident.
Fruit d’une coopération de longue date, il comprend trente textes, réunis à parts égales par l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et par l’Université de Tianjin. Publié en deux versions, l’une française et l’autre chinoise, il entend porter à la connaissance d’un public francophone l’apport des recherches menées à Tianjin et en Occident. En croisant les approches académiques respectives d’un même objet historique, la réunion de ces contributions apporte un éclairage précieux dans le contexte de la mondialisation de la recherche. L’ouvrage bénéficie en outre de la préface d’un écrivain chinois célèbre, Feng Jicai, qui a joué un rôle central dans la reconnaissance du patrimoine de Tianjin.

Programme

Françoise GED : “Tianjin et son patrimoine, un paysage en constante évolution”

Françoise Ged est architecte DPLG, HDR, et dirige l’Observatoire de l’architecture de la Chine contemporaine à la Cité de l’architecture et du patrimoine. Elle est chercheur associée au Centre Chine Japon Corée, et enseigne à l’INALCO, à l’IAE de Nantes et à l’EHESS. Depuis plus de vingt-cinq ans les partenariats développés avec ses partenaires chinois portent sur les patrimoines et les territoires et donnent lieu à l’organisation conjointe de conférences, de symposiums, des ateliers de terrains, favorisant transversalité et pluridisciplinarité.

LU Yue : “Hybridation architecturale et paysagère dans les concessions de Tianjin à l’époque moderne”

LU Yue est architecte, urbaniste, titulaire d’un doctorat en géographie. Elle est chercheuse associée à l’EIREST, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Son travail se concentre sur la patrimonialisation, la tourismification et la transformation physico-sociale des quartiers historiques, avec un intérêt particulier pour l’espace thématique occidental dans les anciennes concessions en Chine.

Christine MENGIN : “Compréhension croisée d’un espace patrimonial : écueils et enseignements

Christine Mengin est maîtresse de conférences émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses centres d’intérêt concernent l’architecture du XXe siècle et sa patrimonialisation. Les responsabilités institutionnelles qu’elle a exercées l’ont incitée à explorer des terrains de recherche diversifiés. Elle anime depuis 2008 la coopération avec l’école d’architecture de l’université de Tianjin, qui vient d’aboutir à un ouvrage collectif sino-occidental sur l’histoire urbaine et la mise en valeur touristique de la ville.

Discutante : Delphine SPICQ

Delphine Spicq est maître de conférences, responsable de la bibliothèque du Centre des hautes études chinoises (anciennement Institut des hautes études chinoises) du Collège de France et membre statutaire du Centre Chine Corée Japon (UMR 8173 EHESS/CNRS/Paris Cité). Spécialiste de la Chine de la fin de l’Empire et de la République, ses recherches portent sur l’histoire des techniques, de l’eau et des usages de l’eau (hydraulique urbaine, conservation hydraulique) et l’histoire de l’environnement et de l’administration. Elle a consacré sa thèse de doctorat à l’histoire de l’introduction d’un système d’adduction d’eau moderne dans la ville de Tianjin dans la première moitié du XXe siècle. Elle travaille à présent sur la notion de savoirs techniques et sur l’administration du fleuve Jaune et du grand Canal au XIXe siècle. Elle est co-directrice de la revue Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines (cf. https://journals.openedition.org/artefact/) et membre de la rédaction d’Etudes chinoises (cf. https://afec.hypotheses.org/presentation)

 



Citer ce billet
Jeunes Chercheur.e.s Asie (2023, 25 mai). Séminaire : Autour de l’ouvrage “Tianjin, transferts mondiaux et appropriations locales” Jeunes Chercheure·s Asie. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjx2

Une réflexion sur « Séminaire : Autour de l’ouvrage “Tianjin, transferts mondiaux et appropriations locales” »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.