Séminaire : “Patrimoine architectural et urbain dans les villes en Asie”

La troisième séance du séminaire “dynamiques contemporaines en Asie” de l’année 2022-2023, se tiendra le lundi 22 mai, de 10h à 12h30 le vendredi 23 juin, de 14h à 16h30. Elle réunira trois intervenantes autour du thème des “Patrimoine architectural et urbain dans les villes en Asie”.

Organisatrice : Delphine Vomscheid (d.vomscheid@gmail.com)

Date et heure : lundi 22 mai, de 10h à 12h30

Nouvelle date et heure : vendredi 23 juin, de 14h à 16h30

Lieu : Campus Condorcet – salle 3.01 (3ème étage du Centre de Colloques) / Hybride : inscription

Résumé

Pour cette 3e séance du séminaire Dynamiques contemporaines en Asie, organisé par le bureau des jeunes chercheur·e·s du GIS, nous aborderons la question du patrimoine bâti dans les villes contemporaines asiatiques. Quels sont la place et le rôle du patrimoine dans la fabrique urbaine au XXIe siècle ? Quels enjeux porte-t-il ? Si la valorisation des bâtiments et quartiers anciens revêt des intérêts économiques et touristiques évidents, l’étude de son processus révèle également des enjeux identitaires, sociaux, mémoriaux et politiques majeurs. Confrontées à la complexité de concilier production urbaine et préservation du bâti, les villes asiatiques ne cessent de se renouveler, à la manière d’un palimpseste, redéfinissant les pratiques et notions patrimoniales. À travers différents cas d’étude, comme Chang Mai (Thaïlande), Luang Prabang (Laos) ou encore Pékin (Chine), cette séance mettra ainsi en avant le caractère profondément vivant du patrimoine urbain et de ses processus de patrimonialisation, qui transforment constamment les espaces, aussi bien matériels que sociaux.

Programme

Florence GRAEZER BIDEAU : “Frictions et appropriations d’un espace patrimonial : l’Axe central de Pékin”

Dès la dynastie des Yuan (1271-1368), l’axe central constitue le cœur de la cité impériale et du pouvoir, et se déploie depuis la tour du tambour au nord jusqu’à la porte de Yongding au sud. Dévalué par le gouvernement maoïste depuis 1949 en raison de sa charge hautement symbolique, il fait depuis deux décennies l’objet d’une attention particulière de la part des autorités locales qui cherchent à le remettre en valeur dans le contexte d’un intérêt grandissant pour les inscriptions de sites patrimoniaux à l’UNESCO. Les diverses démarches conduites par les spécialistes du patrimoine sous la houlette des responsables de l’aménagement du territoire et de l’urbanisation de la ville de Pékin visent à exhumer un espace à la fois politique, historique et social. Plusieurs quartiers proches de la Cité interdite (Qianmen, Shichahai, Nanguoluxiang, Gulou ou Baitasi) ont ainsi été transformés, rénovés ou détruits en prenant appui sur un enchevêtrement complexe de politiques patrimoniales mises en œuvre sur le territoire. La réalisation de ces projets urbains repose également sur une certaine ingénierie sociale modifiant les modes de vie et d’habiter populations locales. Après une première tentative en 2013, la Chine soumet une nouvelle candidature le 2 février 2023 pour inscrire l’Axe central de Pékin sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.
Dès lors, quels récits publics sont déployés pour légitimer ces mutations urbaines ? Que cachent-ils ? Dans quelle mesure peuvent-ils être partagés ou contestés ? Comment ces représentations culturelles interagissent-elles avec la pluralité des mémoires locales ? Quelles voix peuvent se faire entendre au sein des populations concernées par ces changements urbains ? Comment certaines communautés locales s’approprient-elles ces espaces historiques patrimonialisés pour revendiquer et visibiliser d’autres formes de mémoire locale ? Enfin, quelles marges de manœuvre ont-elles pour résister à leur éviction et déplacement dans un autre lieu ? La contribution visera à interroger les dynamiques patrimoniales pour dévoiler le palimpseste de la capitale chinoise et identifier les usages sociaux de son héritage urbain reconnu à la fois par le « haut » (le pouvoir propriétaire du sol) et le « bas » (les populations résidentes, les propriétaires de la mémoire et des pratiques des lieux).

Armelle NINNIN : “Patrimonialiser la ville en Asie du Sud-Est : fabrique urbaine et actions patrimoniales à l’épreuve de la labellisation UNESCO”

Les programmes patrimoniaux mis en œuvre en Thaïlande ont d’abord concerné des sites archéologiques et des cités anciennes afin de soutenir la construction de l’identité culturelle du pays. L’approche des autorités nationales met en avant la monumentalité de l’architecture savante associée au monarque et à la religion, souvent au détriment de l’habitat des communautés locales. Les programmes nationaux ont suscité des réactions, voire des controverses des habitants et des associations civiles. Ainsi, des associations travaillent à l’élaboration d’une approche différente, en contrepoint ou en parallèle des discours dominants des instances nationales, impliquant la participation citoyenne aux projets patrimoniaux. Cette recherche vise à saisir le renouvellement des pratiques et concepts du patrimoine: comment les démarches participatives modifient-elles la façon de concevoir le projet patrimonial et de considérer le patrimoine urbain ? Elle montre la manière dont ce renouvellement introduit une extension du champ patrimonial, de la monumentalité à l’« ordinaire » du patrimoine, de l’espace physique à l’espace social de la ville. Cette recherche met en place une démarche croisée entre analyse des projets patrimoniaux et analyse des mots du patrimoine, énoncés par les différents acteurs.

Pijika PUMKETKAO-LECOURT : “Evolution de la notion de patrimoine en Thaïlande: Du patrimoine monumental au patrimoine ordinaire. Etude de cas de Chiang Mai”

Les programmes patrimoniaux mis en œuvre en Thaïlande ont d’abord concerné des sites archéologiques et des cités anciennes afin de soutenir la construction de l’identité culturelle du pays. L’approche des autorités nationales met en avant la monumentalité de l’architecture savante associée au monarque et à la religion, souvent au détriment de l’habitat des communautés locales. Les programmes nationaux ont suscité des réactions, voire des controverses des habitants et des associations civiles. Ainsi, des associations travaillent à l’élaboration d’une approche différente, en contrepoint ou en parallèle des discours dominants des instances nationales, impliquant la participation citoyenne aux projets patrimoniaux. Cette recherche vise à saisir le renouvellement des pratiques et concepts du patrimoine: comment les démarches participatives modifient-elles la façon de concevoir le projet patrimonial et de considérer le patrimoine urbain ? Elle montre la manière dont ce renouvellement introduit une extension du champ patrimonial, de la monumentalité à l’« ordinaire » du patrimoine, de l’espace physique à l’espace social de la ville. Cette recherche met en place une démarche croisée entre analyse des projets patrimoniaux et analyse des mots du patrimoine, énoncés par les différents acteurs.

Biographies

Florence Graezer Bideau est anthropologue, docteure en histoire et civilisation (EHESS, Paris) et dirige le groupe de recherche Patrimoine, culture et ville. Maîtresse d’enseignement et de recherche au Collège des Humanités et à la section d’architecture de l’EPFL, ses recherches portent principalement sur la politique culturelle, les études critiques du patrimoine et l’anthropologie de l’urbain dans une perspective comparative (Chine, Malaisie, Singapour et Suisse). Elle a été professeure invitée au Politecnico di Torino entre 2015 et 2022 et dirige actuellement le projet Uses of cultural heritage at the Beijing Olympics Games of 2022 financé par le FNS entre 2020 et 2024.

Armelle Ninnin est architecte-urbaniste diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville. Ses domaines d’étude, centrés sur l’Asie du Sud-Est, portent sur différentes approches patrimoniales, depuis le monumental, par l’étude de l’évolution des déontologies et des pratiques de restauration du patrimoine angkorien de 1898 à nos jours, jusqu’aux notions de permanences territoriales au Vietnam. Actuellement doctorante en Aménagement du territoire et urbanisme, ses recherches portent sur le rapport entre patrimonialisation et projet urbain sous l’égide de l’UNESCO à Luang Prabang et Chiang Mai.

Pijika Pumketkao-Lecourt est architecte du patrimoine et enseignante à l’ENSA de Paris-Belleville, est chercheure associée à l’UMR AUSser et à l’UMR Prodig. Sa recherche doctorale s’inscrit dans le champ des études patrimoniales critiques. Ses recherches actuelles sont consacrées aux modes de fabrication urbaine et à la patrimonialisation des espaces habités en Asie du Sud-Est (Thaïlande).

Bibliographie sélective des intervenantes

Theurillat Thierry and Graezer Bideau Florence, “China’s extended urbanisation driven by the “consumption city” in the context of financialized ecological civilization”, Transactions in Planning and Urban Research, 1, June, 2022, 1–15, DOI:  10.1177/27541223221101720.

Graezer Bideau Florence, Liu Yiqui and Theurillat, Thierry, “Beijing Olympics as Drivers of New Places for Consumption: Promotion of New Lifestyle and Cultural Heritage”, in Anna-Viktoria Eschbach, Antonie Angerer and Jannis Schulze, Beijing22 – Speculative Grounds: Positions on Beijing’s transformation, pp. 41-46, Zurich, tria publishing platform, Zurich–Beijing, 2022.

De Pieri Filippo, Graezer Bideau Florence (éd), Porter le temps. Mémoires urbaines d’un site horloger. Genève, MētisPresses, 2021. Ebook : https://www.metispresses.ch/en/porter-le-temps-numerique. (Prix Koos Bosma 2022).

Graezer Bideau Florence and Yan Haiming, “Re-creating Memories of Gulou: Three Temporalities and Emotions”, in Rebecca Madgin and James Lesh (eds). People-Centred Methodologies for Heritage Conservation: Exploring Emotional Attachment to Historic Urban Places, pp. 129-142. London, Routledge, 2021.

Graezer Bideau Florence, “The Social Life of Heritage-Making: Cultural Representations and Frictions”, in Carol Ludwig, Linda Walton and Yi-Wen Wang (eds.). The Heritage Turn in China. The Reinvention, Dissemination and Consumption of Heritage, pp. 39-67. Amsterdam, Amsterdam University Press, 2020.

Graezer Bideau Florence and Yan Haiming, “Historic Urban Landscape in Beijing: The Gulou Project and Its Contested Memories”, in Christina Maags and Marina Svensson (eds.). Chinese Heritage in the Making: Experiences, Negotiations and Contestations, pp. 93 –117. Amsterdam, Amsterdam University Press, 2018.

Graezer Bideau Florence, “Mapping the Places of Collective Memories: A Rapid Transformation Landscape in Beijing”, in Italo Pardo and Giuliana Prato (eds). The Handbook on Urban Anthropology, pp. 259-278. London, Palgrave Macmillan, 2018.

Pumketkao-Lecourt, Pijika, Teeraparbwong, Komson, Tansukanun, Pranom, 2022, « Silver Craft and Buddhist Temple in the Shaping of Local Project and Community Museum in Wua-Lai Neighbourhood, Chiang Mai (Thailand) », Asia Pacific Viewpoint, 63, 3, Special Issue: City Building Knowledge from Neighbourhoods in Asia Pacific, pp. 379-395. DOI: 10.1111/apv.12355

Pumketkao-Lecourt, Pijika, Peyronnie, Karine, 2020, “Extension de la notion de patrimoine et affirmation identitaire lanna à Chiang Mai : mots et représentations”, Moussons. Recherche en sciences humaines sur l’Asie du Sud-Est, 36, numéro thématique “Le champ patrimonial et sa fabrique urbaine en Asie du Sud-Est”, pp. 191-219.
DOI: 10.4000/moussons.6732 

Pumketkao-Lecourt, Pijika, 2019, Conservation et évolution de la notion de patrimoine à Chiang Mai – Du monument national au patrimoine ordinaire de la communauté locale, thèse de doctorat en architecture, sous la dir. de Nathalie Lancret et de Eggarine Anukulyudhathon, université Paris-Est Marne-la-Vallée. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02610768 



Citer ce billet
Jeunes Chercheur.e.s Asie (2023, 18 avril). Séminaire : “Patrimoine architectural et urbain dans les villes en Asie” Jeunes Chercheure·s Asie. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjwz

Une réflexion sur « Séminaire : “Patrimoine architectural et urbain dans les villes en Asie” »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.