Appel à articles : “Anthropologie, sciences sociales et terrains numériques”

À la suite de la journée d’étude “La Chine à portée de clics : la pratique des sciences sociales à distance“, qui s’est tenue les 3 et 4 novembre 2022 à Aix-Marseille Université, nous lançons la publication d’un dossier intitulé “Anthropologie, sciences sociales et terrains numériques” / “Anthropology, social sciences and digital fieldwork” dans la revue cArgo. Vous trouverez dans l’argumentaire toutes les informations nécessaires à la soumission d’un article.

Coordinatrices :

Nolwenn Salmon, MCF à l’IETT, Université Lyon 3 Jean Moulin (nolwenn.salmon@univ-lyon3.fr)

Manon Laurent, doctorante au CESSMA, Université Paris-Cité & à l’Université Concordia (manonlaurent3@gmail.com)

Amandine Péronnet, post-doctorante affiliée à l’IFRAE, Inalco & à l’IrAsia, Aix-Marseille Université (peronnet.amandine@gmail.com)

Appel (version française)

Les deux dernières décennies ont vu apparaître un intérêt croissant du monde universitaire pour le numérique en tant qu’objet d’étude aussi bien qu’outil méthodologique. L’anthropologie, mais également la sociologie, commence à se pencher sur la pratique du terrain en ligne, interrogeant les méthodes de récupération, d’identification, de classification, d’analyse et de visualisation des données. L’hybridation des types de collecte de données et les terrains multi-situés (en ligne et hors ligne) deviennent progressivement la norme, formant ce que certain⋅e⋅s qualifient aujourd’hui d’“ethnographie patchwork” (Watanabe, Varma et Günel 2020). Dans ce contexte, l’apparition de nouveaux termes signifiants suggère une redéfinition des champs disciplinaires : on pratique l’“ethnographie digitale”, la “net-ethnographie” ou la “netnographie”, on fait de l’observation participante en “codistance” ou des entretiens en “présence différée” (Bourrier et Kimber 2022), on explore des archives numériques, etc.

Les questions soulevées par l’adoption de démarches hybrides se sont posées de manière particulièrement aiguë lors de la période de pandémie récente qui a vu les chercheur⋅se⋅s confiné⋅e⋅s à la maison et les frontières fermées pendant plusieurs mois ou années. La réouverture progressive de l’accès à de nombreux terrains n’en diminue pas pour autant la pertinence d’une démarche réflexive autour des terrains multi-situés. D’une part, parce que tous les terrains ne sont pas facilement accessibles, ou qu’ils ne le sont pas de la même manière. L’idéal d’un espace internet unique et ouvert est d’ailleurs mis à mal par la réalité de certains terrains. Il suffit de penser aux régimes autoritaires comme la Chine, la Corée du Nord ou l’Iran. D’autre part, parce que mener une enquête multi-située soulève des interrogations épistémologiques, heuristiques et méthodologiques fortes qui n’ont été que peu traitées dans la recherche de manière générale, et francophone en particulier. Ce dossier cherche alors à combler cette lacune, une démarche qui a d’autant plus de sens lorsque l’accès au terrain est compromis par les nombreuses crises géopolitiques et sanitaires récentes.

Avec ce dossier, nous souhaitons alors participer à l’établissement d’un référentiel méthodologique pour la recherche empirique à distance. Nous serons notamment attentives à la manière dont les spécificités propres à certains terrains peuvent influencer notre manière de mener des recherches, en particulier dans le cadre de travaux en études aréales qui auraient recours à des terrains sensibles et à des espaces en ligne contrôlés.

Comment adapter nos méthodologies “classiques” ou “traditionnelles” de collecte de données, ancrées dans l’immersion sur le temps long et l’observation directe, quand elles ne font plus sens au regard de nos pratiques ? Si la notion même de “terrain” demande à être réinventée, quels autres concepts propres à l’anthropologie et à la sociologie sont remis en question par le déplacement de la recherche vers le numérique ? Faut-il redéfinir nos champs disciplinaires pour y inclure la pratique de l’ethnographie à distance ou penser cette dernière en dehors des disciplines existantes ? Comment le travail à distance nous force-t-il à changer notre manière de pratiquer la recherche, et quelles nouvelles dimensions ces changements donnent-ils aux études aréales ? Quel sens l’approche épistémologique peut-elle donner à nos expériences individuelles ? Plutôt que d’étudier l’impact des Internets sur la société, ou ce qui se produit dans l’espace virtuel, nous voulons aborder la question plus prosaïque de la manière dont les chercheur⋅se⋅s peuvent accéder à, observer, et rendre compte de cette présence en ligne. Nous espérons ainsi contribuer au développement d’une attitude réflexive et critique sur les outils et méthodes de recherche à distance, tout en pensant l’ethnographie en ligne comme un nouveau paradigme de recherche.

Ainsi, nous souhaiterions inclure à ce dossier des articles qui abordent de manière critique l’accès aux ressources, la pratique de la recherche (terrain, observation, entretiens, coopération avec des chercheur⋅se⋅s sur le terrain), la gestion des questions éthiques, dans le contexte de recherches réalisées partiellement ou entièrement à distance ; qui proposent des solutions innovantes aux problématiques posées spécifiquement par les Internets en fonction des contextes plus ou moins restrictifs dans lesquels ils s’inscrivent ; ou encore qui visent à redéfinir certains concepts de l’anthropologie et de la sociologie à l’ère du numérique. Les contributions doivent faire appel à des recherches originales.

Le titre, le résumé (10 à 15 lignes), et les mots-clés de l’article doivent être soumis en français ou en anglais aux coordinatrices du dossier (nolwenn.salmon@univ-lyon3.fr ; manonlaurent3@gmail.com ; peronnet.amandine@gmail.com) et aux rédacteurs en chef de la revue (cargo.canthel@gmail.com) avant le vendredi 14 avril 2023. Les contributeur.rice.s sélectionné.e.s seront prévenu.e.s avant le 5 mai 2023. Les articles, en français ou en anglais, devront faire entre 30000 et 50000 signes espaces compris, en incluant la bibliographie, et pourront inclure des illustrations libres de droit. La première version de l’article sera à soumettre à l’équipe éditoriale pour le 28 juillet 2023. La deuxième version, révisée en fonction des commentaires de l’équipe, sera à soumettre pour l’évaluation en double aveugle pour le 27 octobre 2023.

Call (English version)

In the past few decades, academics have developed a growing interest in digital technology as an object of study as well as a methodological tool. Scholars in anthropology and sociology have been looking into online fieldwork, and questioning the way they retrieve, identify, classify, analyze and visualize data. By hybridizing data collection methods and conducting multi-sited fieldwork (online and offline), academia is gradually making way for an array of new practices that some describe as “patchwork ethnography” (Watanabe, Varma, and Günel 2020). The surge in new concepts and terms testifies to the importance of this phenomenon: one can practice “digital ethnography”, “net-ethnography” or “netnography”, conduct participant observation in “codistance” or interviews in “differed presence” (Bourrier and Kimber 2022), explore digital archives and so on.

During the recent pandemic, researchers were confined at home and borders closed for several months or years, a situation that led many of them to resort to hybridized methods of data collection. Although research activities have gradually been starting up again, there is still a need for a reflexive approach to multi-sited fieldwork. Indeed, not all fieldwork are easily accessible, or are accessible in a similar way. Incidentally, the ideal of a universal and open Internet space is challenged by censorship in authoritarian regimes such as China, North Korea or Iran. Moreover, conducting multi-sited research raises methodological, epistemological and heuristic issues that have little been addressed by scholars, especially in French speaking academia. This special issue seeks to fill this gap, an approach that we feel is all the more justified by the fact that access to fieldwork is still compromised by many recent geopolitical and health crises.

With this special issue, we wish to participate in building a methodological framework for doing empirical research from afar. We will pay close attention to how each fieldwork’s specificities can influence our way of conducting research, especially in the context of area studies that are based on sensitive fieldwork and controlled online spaces.

How can we adapt our “classic” or “traditional” methods of data collection, rooted in long-term immersion and direct observation, when they no longer agree with our practices? If the very notion of “fieldwork” needs to be reconsidered, what other concepts specific to the fields of anthropology and sociology are challenged by the fact that researchers increasingly turn to the digital world? Do we need to redefine our disciplinary fields to include the practice of online ethnography, or think of it as a new discipline? How does working from afar force us to change the way we practice research, and how do these changes redefine area studies? What meaning can this new methodological approach give to our individual experiences? Rather than studying the impact of the Internet on society, or what happens in virtual spaces, we want to address the more prosaic issue of how scholars can access, observe, and report on this online presence. In this way, we hope to contribute to the development of a reflexive and critical approach of online research tools and methods, by adopting online ethnography as a new research paradigm.

In this special issue, we would like to include articles that critically address access issues, research practices (fieldwork, observation, interviews, cooperation with on-site researchers), and ethical concerns, in the context of research conducted partially or entirely from afar; articles that offer innovative solutions to the methodological issues raised by our use of the Internet, especially if restricted in any way; articles that aim at redefining anthropological and sociological concepts in the digital age. Contributions must be based on original research.

The title, abstract (10 to 15 lines), and keywords of the article must be submitted in French or English to the coordinators of the special issue (nolwenn.salmon@univ-lyon3.fr ; manonlaurent3@gmail.com ; peronnet.amandine@gmail.com) and to the editors of the journal (cargo.canthel@gmail.com) before Friday, April 14, 2023. The contributors will be notified before May 5, 2023. Articles, in French or in English, should be between 30,000 and 50,000 characters including the bibliography, and may include copyright-free illustrations. The first draft of the article should be submitted to the coordinators and editors by July 28, 2023. The second draft, revised according to the team’s suggestions, should be submitted for double-blind peer review by October 27, 2023.

Bibliographie/References

Bourrier, Mathilde et Kimber, Leah (eds.). 2022. “Enquêter à distance : nouvel eldorado ?”. Socio-anthropologie (45).

Watanabe, Chika, Varma, Saiba and Günel, Gökçe. 2020. “A Manifesto for Patchwork Ethnography”. Society for Cultural Ethnography: Member Voices. Consulté le 28 novembre 2022. https://culanth.org/fieldsights/a-manifesto-for-patchwork-ethnography

Retrouvez l’appel sur Calenda !



Citer ce billet
Jeunes Chercheur.e.s Asie (2023, 20 février). Appel à articles : “Anthropologie, sciences sociales et terrains numériques” Jeunes Chercheure·s Asie. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjwv

Une réflexion sur « Appel à articles : “Anthropologie, sciences sociales et terrains numériques” »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.