Diffusion de la préscolarisation en Inde du Sud

Émilie PONCEAUD GOREAU (Aménagement, Développement, Environnement, Santé et Sociétés (ADESS), Université Bordeaux III)

Synthétisées à travers les Objectifs du Millénaire pour le Développement, les formes d’interdépendance entre éducation et développement ont largement été diffusées par l’Unesco et les grands bailleurs de fonds internationaux qui considèrent la préscolarisation comme un puissant accélérateur du développement. L’Inde s’est distinguée par la précocité de la mise en place de politiques publiques en faveur de la préscolarisation à travers la création dès 1975 des anganwadis (les Anganwadis polarisent un certain nombre de services à destination des populations les plus fragiles (personnes âgées, handicapées, femmes enceintes, mères et jeunes enfants), leur plus grande réussite est la lutte contre la malnutrition. Ils proposent aux travailleuses pauvres un accueil formalisé pour leurs enfants de 3 à 6 ans dans l’objectif de les préparer à l’enseignement primaire). Cette initiative reposait, tout comme les programmes d’éducation pour tous, sur un système vertical s’adressant à une population cible (les documents mettent l’accent sur un vocabulaire militaire : campagnes, camps, ennemis, cibles, armes, mobilisation de ressources et de personnel…) mettant parfois en veille les programmes de fonds et accentuant la pression pour obtenir des résultats communicables qui permettent de quantifier les progrès de développement tout en souhaitant « performer de manière positive » les pratiques des autres membres de la famille. Les progrès ont été significatifs dans les domaines de la santé et de la lutte contre la malnutrition. Parallèlement, le gouvernement était « épaulé » de manière hétérogène par le domaine associatif et les ONG. Leur part croissante dans le secteur a pu laisser penser que l’Etat s’était lui-même désengagé du secteur, axant ses priorités sur le système éducatif secondaire. Simultanément, la substitution de l’offre privée a semblé une évolution un peu naturelle de l’affirmation de l’économie de marché en Inde et se plaçait dans un contexte d’évolutions plus larges de la société. Toutes les familles indiennes aspirent aux modes de vie des « Classes Moyennes » et une « éducation de qualité » (l’apprentissage de l’anglais essentiellement) devient un marqueur d’appartenance. Les conditions et les enjeux du développement du secteur préscolaire, notamment dans les villes moyennes et les petites villes, sont à mettre en relation avec les aspirations des familles et les stratégies qu’elles élaborent pour accéder à une certaine idée d’une éducation de qualité.

Pourtant, depuis 2006, l’État du Tamil Nadu et le territoire de Pondichéry, cherchent à se repositionner grâce à la mise en place d’un meilleur partenariat public-privé et l’ouverture de l’école primaire aux préscolaires qui reste corrélée au recrutement de jeunes femmes en contrat précaire et aux évolutions rendues possibles par la chute spectaculaire des effectifs dans de nombreuses écoles. La communication doit être obligatoirement rétablie entre les enseignants et les familles à travers des actions participatives et un pilotage partagé. Axer prioritairement les actions sur les enfants préscolarisés permet de capter les familles au début de l’épopée éducative et d’orienter leurs choix. Ce programme est un enjeu essentiel à la survie des écoles gouvernementales touchées par la chute spectaculaire des effectifs, les enseignants ont un rôle essentiel à jouer, il en va de la survie du système et de leurs emplois (le directeur d’une école gouvernementale peut gagner 40000 à 60000 Rs par mois tandis qu’une enseignante qualifiée d’une école privée gérée par une ONG aura un salaire de 4 à 8 000 Rs seulement). L’intégration de la préscolarisation aux écoles gouvernementales est un sujet récent dont l’évaluation est en cours au sein de mes recherches doctorales.

Hou Renyou

Doctorant en sociologie, anthropologie et ethnologie, rattaché au Centre d'études chinoises-ASIEs (EA 4512) de l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO). ATER, DEA, section de Chinois Membre statutaire de l’IrAsia (UMR 7306).

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.