Femmes, travail, migration et émancipation en Chine aujourd’hui. Comment penser l’empowerment prôné par une petite entreprise étrangère, implantée à Kunming (province du Yunnan, Chine) employant majoritairement des jeunes femmes migrantes originaires de zones rurales ?

Aurélia DESPLAIN (Université de Bordeaux, LAM)

Des millions de personnes en Chine et dans la province du Yunnan quittent leurs villages d’origine, lieux auxquels les rattachent leurs hukou (sorte de passeport interne, système d’enregistrement des ménages) pour aller trouver une opportunité de travail dans une ville. Ils sont plus de 46 millions à vivre dans la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine), parmi lesquels 5,5 millions sont recensés comme « migrants ». La majorité de ces migrants vivant dans la province du Yunnan (77%) en sont originaires. On parle alors de « migrants intra-provinciaux », c’est-à-dire que leur hukou les rattache à un district tandis qu’ils résident dans un autre, à l’intérieur de cette même province. Nombreuses sont les personnes ayant un hukou rural mais résidant et travaillant aujourd’hui en ville. Or hukou rural et hukou urbain ne confèrent pas à leurs détenteurs le même accès aux prestations sociales (entre autres : soins ou éducation). L’exode rural massif qui se déroule en Chine sous l’effet des réformes économiques rend aujourd’hui criantes les questions liées au développement économique des campagnes, ainsi que celles liées aux inégalités socio-économiques se creusant entre ruraux et urbains résidant au sein d’une même ville.

La communication présentée au cours de ces journées s’appuie sur une enquête de terrain s’étant déroulée dans la ville de Kunming, capitale de la province du Yunnan, en 2013, 2014 et 2015 (séjour de 10 mois au total), au sein d’une entreprise employant 18 jeunes femmes migrantes, originaires de petits villages ruraux (nongcun), âgées de 16 à 32 ans au moment de l’enquête. L’établissement est un café-restaurant, qui se revendique d’un fonctionnement « autre », socialement responsable, visant l’empowerment de ses employées. Après avoir fait un bref point sur la question de « l’émancipation des femmes » en Chine dans une perspective diachronique, cette communication présente quelques résultats de l’enquête pour interroger les conditions de l’émancipation juvénile féminine dans la ville de Kunming. Les conditions de travail des employées du restaurant diffèrent de celles évoquées dans de nombreux travaux récents, qui dénoncent la surexploitation opérée par les grandes industries des zones économiques spéciales. Ainsi, de façon schématique, les heures de travail sont moindres, les pauses sont respectées, les papiers sont en règle, les salaires sont distribués tous les 1er du mois, ils sont dans la moyenne haute comparativement aux autres restaurants de Kunming, les dortoirs ne sont pas surpeuplés, les relations au travail sont très détendues, souvent blagueuses. Pour toutes ces raisons, travailler dans ce restaurant est finalement considéré par plusieurs employées comme un « bon plan », si bien que chaque fois qu’une nouvelle recrue est nécessaire, l’on contacte une amie, une cousine, une sœur, pour prendre le poste. Les motivations évoquées par les jeunes femmes quant à partir dagong s’articulent majoritairement autour de la volonté d’indépendance financière (parfois de soutien financier à la famille restée au village), de l’accès à des biens matériels, de l’envie de faire l’expérience d’autre chose que la vie au village (travaux agricoles et mariage). Sans avoir la possibilité de rentrer plus avant dans les détails, il est à noter que la majorité des jeunes femmes rencontrées au cours de mon enquête est satisfaite de l’emploi occupé dans ce restaurant. Au quotidien se construit un vivre-ensemble dont les règles sont essentiellement impulsées par les anciennes employées. Des valeurs et des normes circulent entre les jeunes femmes et recréent une cohérence de l’entre-soi, une économie morale spécifique du dagong.

Hou Renyou

Doctorant en sociologie, anthropologie et ethnologie, rattaché au Centre d'études chinoises-ASIEs (EA 4512) de l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO). ATER, DEA, section de Chinois Membre statutaire de l’IrAsia (UMR 7306).

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.