Aux frontières de Bollywood : les territoires des scènes de romances à l’étranger ou quand l’industrie du cinéma populaire hindi se régénère

Soraya HAMACHE (Université Bordeaux 3, CEIAS)

Suraj Hua Maddham : extrait d’un des classiques de cette industrie du cinéma Kabhi Khushi Kabhi Gham réalisé par Karan Johar en 2001, cette séquence musicale constitue l’une des scènes les plus connues et les plus typiques du cinéma populaire hindi. Tournée au milieu des pyramides de Gizeh, ce choix novateur renoue avec l’un des territoires de diffusion traditionnels de Bollywood, qui se réaffirme ainsi comme l’un des instruments du soft power indien (NYE Joseph, Bound to Lead: The Changing Nature of American Power, New York, Basic Books, 1990. Cette expression du théoricien des relations internationales signifie la capacité d’un acteur politique à séduire et persuader d’autres États sans avoir à user de la force mais plutôt de son prestige et de sa culture).

Scènes souvent rêvées ou vécues dans la narration, la romance des deux personnages est l’occasion de partir en voyage à l’étranger pour les spectateurs de films made in Bollywood (GOPAL Sangita, MOORTI Sujata, Global Bollywood, Travels of hindi song and dance, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2008, 340 p.).

Insérées de façon abrupte ou attendue, ces séquences narratives réalisées à l’étranger sont synonyme d’évasion pour les spectateurs (http://www.bollylocations.com/index/home). Il s’agit souvent des séquences les plus revues sur youtube ou l’entrée en matière marketing qui lance le produit filmique en avant-première afin de donner envie aux critiques comme aux journalistes et à fortiori au public d’aller voir le film. Les frontières traditionnelles des studios de production de Mumbai sont dépassées et sont appelées à progresser. De la France en passant par la Suisse, le Royaume-Uni, l’Australie ou encore les États-Unis, ces territoires de tournage concernent désormais l’Afrique du Sud, les Émirats arabes unis ou encore le Brésil.

Comment ces territoires de production étrangers visibles dans les films Bollywood illustrent-ils une insertion croissante de cette industrie cinématographique dans la mondialisation (APPADURAI Arjun, Modernity at Large: Cultural Dimensions of Globalization, University of Minnesota Press, 1996, 229 p.) ? Depuis quand ces scènes de romance tournées à l’étranger s’insèrent-elles dans la formula bollywoodienne (BASU Anustup Bollywood in the age of new media. The Geo-televisual aesthetic, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2010, p 160.) ? Quels sont les enjeux qui sous-tendent ces tournages à l’étranger et quelles en sont les conséquences ?

Industrie prolifique du cinéma indien, Bollywood possède des territoires de production sans cesse en recomposition. S’attachant à la fois à garder le contact avec ses diasporas, elle continue à entretenir des liens avec les pays qui apprécient ce cinéma depuis des décennies et tente de s’adresser à un nouveau public interconnecté. Ces choix de nouveaux lieux de tournages (CASTELLS Manuel, La Société en Réseaux. L’ère de l’information, Paris, Fayard, 1996, p 40.) s’expliquent par des questions d’esthétiques mais aussi diplomatiques et financières importantes au cœur des enjeux de l’une des plus importantes industries cinématographiques mondiales. Pour autant, l’extension de ses territoires remet en question l’identité même de Bollywood du fait de son hybridité accentuée, en posant ainsi la question de ses limites et de ses frontières.

Hou Renyou

Doctorant en sociologie, anthropologie et ethnologie, rattaché au Centre d'études chinoises-ASIEs (EA 4512) de l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO). ATER, DEA, section de Chinois Membre statutaire de l’IrAsia (UMR 7306).

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.