Compte-rendu “Logiques autoritaires en Asie : enquêter en terrain fermé”

Le 25 octobre 2022 s’est tenue la première séance de l’année 2022-2023 du séminaire “Dynamiques contemporaines en Asie” organisé par le bureau des jeunes chercheur·es du GIS Asie. Intitulée “Logiques autoritaires en Asie : enquêter en terrain fermé”, cette séance méthodologique avait vocation à offrir des pistes de réflexion sur les modalités d’enquête dans le contexte de terrains asiatiques, dont la fermeture est liée à des formes d’instabilité ou de surveillance politiques. L’objectif était plus précisément de porter un éclairage sur les accommodements face aux contraintes que la situation politique peut faire peser sur l’enquêteur·rice et/ou les enquêté·es. Réunissant près d’une quarantaine de participant·es, cette discussion interdisciplinaire et interaréale a largement répondu aux attentes grâce à l’éventail de sujets abordés par les intervenant·es, Benjamin Joinau (Université Hongik), Manon Prud’homme (EHESS), Chloé Baills (EPHE) et Sabine Trebinjac (CNRS) : sécurité des chercheur·es et des interlocuteur·rices, place de l’affect et des émotions sur le terrain, gestion des frustrations, rôle joué par le genre et l’âge dans la négociation du terrain, méthodes alternatives et à distance de récolte et de restitution des données, dilemmes éthiques, conditions matérielles de pratique de l’enquête, obstacles physiques et moraux dans l’accès au terrain, etc.


Les interventions

Benjamin Joinau (Université Hongik) a fourni un retour d’expérience sur ses recherches en Corée du Nord à partir de terrains de groupe dans le cadre de deux ANR. Au lieu de simplement amasser notes et observations, le retour du groupe en 2013 a permis d’entrer dans une phase réflexive. Quelles sont les stratégies de production face à un terrain fermé – y compris du côté français – surtout pour un anthropologue ? Doit-on continuer à s’entêter à aller en Corée du Nord malgré le peu de données recueillies ? On peut aussi rencontrer une fatigue émotionnelle, que l’intervenant a recommandé de prendre en compte dans la veine de l’auto-ethnographie pour comprendre où se situe le ou la chercheur·e dans son parcours biographique au moment du terrain (émotions/basculement du terrain en fonction de ces émotions).

De cette réflexivité est né l’ouvrage Faire du terrain en Corée du Nord (L’Atelier des Cahiers, 2021), codirigé avec Valérie Gelézeau (EHESS). Cet ouvrage recueille les expériences et réflexions de chercheur·es travaillant sur la Corée du Nord, et s’intéresse en particulier aux coulisses des enquêtes en se questionnant sur les moyens alternatifs de restituer une recherche en terrain fermé. Les thématiques abordées sont vastes : sécurité des enquêteur·trices et des collègues nord-coréen·es, protection des interlocuteur·rices, émotions et sentiments des chercheur·es sur le terrain, méthodologie en fonction des différents sujets de recherche. Une méthodologie qui, pour des raisons évidentes, ne peut s’appuyer dans la majorité des cas sur l’entretien qualitatif. Même si certaines disciplines se prêtent mieux à la recherche en terrain fermé que d’autres, à l’instar de l’histoire de l’art, il convient souvent de faire évoluer son sujet de recherche en fonction des conditions de collecte des données. L’intervenant a ainsi réorienté sa recherche des espaces publics au jardinage et à l’agriculture urbaine, un sujet qui intéresse fortement les Nord-Coréens. À ces stratégies de contournement par l’étude d’espaces plus accessibles peuvent s’ajouter l’utilisation de méthodes d’enquête non verbales, comme l’usage de cartes mentales de Pyongyang.

Manon Prud’homme (EHESS) nous a également parlé de ses terrains en Corée du Nord, terrains sur lesquels s’appuient une thèse intitulée “Rénovations urbaines et changement social dans une capitale (post)-socialiste : études de cas à Pyongyang (Corée du Nord)”. Si sa thèse s’attachait à observer cinq quartiers résidentiels de Pyongyang construits entre 2012 et 2022, la fermeture des frontières avec le Covid-19 en 2020 a posé à l’intervenante la question de la poursuite du terrain et celle de la réorientation du sujet vers la problématique plus large du marché du logement. Pourtant, jusque-là, elle avait pu profiter de sa position au sein de l’association Revue Tangun pour effectuer sans encombres des séjours linguistiques longs à l’Université Kim Il Sung entre 2015 et 2019. Les échanges avec les nord-coréen·nes dans ce cadre avaient alors été facilités, selon elle, par plusieurs facteurs. Elle a d’abord souligné l’importance de la langue dans ces échanges, le coréen parce qu’il permettait de débloquer bien des situations, mais le français aussi, utilisé comme un espace de discussion privilégié et libérateur par les étudiants nord-coréen·nes. Elle a ensuite évoqué son inscription, dès le départ, dans une démarche d’honnêteté quant à ses recherches, un outil qui lui a permis d’établir une relation de confiance et d’égalité avec ses interlocuteur·rices. Les autres facteurs de facilitation de la recherche incluent l’immersion totale rendue possible par les séjours linguistiques longs, et le caractère institutionnellement accepté de ses recherches dans le cadre d’un projet ANR. Manon Prud’homme mentionne toutefois un certain nombre de limites qui ne sont pas nécessairement propres à la Corée du Nord, telles l’impossibilité de se rendre sur le terrain depuis 2020 ou la difficulté d’être prise au sérieux lorsque l’on est une jeune chercheuse. D’autres ont bien sûr tout à voir avec les logiques autoritaires dans lesquelles s’inscrivent son terrain, telles l’impossibilité de mener des entretiens, l’accès difficile aux archives, la frustration face aux règles changeantes, les restrictions de déplacement et la surveillance. L’enjeu principal, lorsque l’on fait du terrain en Corée du Nord, est donc de rester adaptable et d’apprendre à utiliser a posteriori les données récoltées plutôt que de tenter d’en anticiper la collecte. 

Depuis 2020 et la fermeture des frontières, Manon Prud’homme étudie la Corée du Nord depuis la Corée du Sud. Pour pallier à cette situation, elle nous a confié s’appuyer sur les sources secondaires, mais aussi primaires, accessibles en Corée du Sud, être en lien avec les départements en études nord-coréennes, et tenter de faire des entretiens avec des réfugié·es. Il est cependant difficile d’entrer en contact avec ces dernier·ères à moins d’avoir un réseau conséquent, les sites internet nord-coréens restent inaccessibles sans VPN, et ce travail à distance ne remplace pas in fine les observations de terrain. L’intervenante a enfin terminé sa présentation par une affirmation : les personnes travaillant sur un terrain fermé doivent constamment être à la recherche de solutions alternatives pour y accéder, multiplier les sources et les outils pour devenir, selon elle, des “docteur·es en bricolage”. Dans son cas, cela s’est traduit par l’utilisation d’images satellites et de photos de presses nord-coréennes pour pouvoir cartographier les espaces étudiés. Dans l’ensemble, elle a souhaité questionner, par son témoignage, le positionnement du ou de la chercheur·e face à son terrain.

Après la Corée du Nord, la séance a permis d’aborder le terrain birman à partir du travail de thèse de Chloé Baills (EPHE), actuellement en quatrième année de doctorat. Croisant politique et religion, son enquête initiale sur les relations entre moines et représentants politiques à Mandalay soulevait déjà des contraintes, amplifiées par la fermeture des frontières liée au Covid puis par le contexte d’instabilité et de répression politique à la suite du coup d’État. Ces difficultés ont mené à une réinvention des modalités d’enquête et, in fine, à une redéfinition de l’objet de la thèse, désormais consacrée aux yadeya comme « rituel de pouvoir et de résistance en Birmanie contemporaine ». Qu’est-ce que la publicisation massive de la dénonciation de militaires usant de ce rituel dit du champ religieux et des résistant·es au coup d’État ?

Il est certes possible de revenir en Birmanie depuis mai 2022, mais la question de la sécurité des interlocuteur·rices sur place se pose avec acuité. Qu’est-il acceptable de faire au niveau éthique ? Comment continuer ses recherches quand les personnes luttent pour leur survie ? Pour faire du terrain sans revenir en Birmanie, il a fallu trouver des manières alternatives de collecte des données, notamment à travers l’ethnographie digitale (observations de ce rituel à distance par Facebook) et la mobilisation du réseau d’informateur·trices privilégié·es de l’intervenante grâce aux réseaux sociaux afin de recevoir une documentation plus étendue sur la pratique des yadeya. Le terrain virtuel est vertigineux, avec des discours foisonnants. Il pose des questions notamment juridiques : peut-on publier ces sources digitales ? L’anonymat des posts Facebook suffit-il ? Le terrain digital est aussi insuffisant : l’intervenante a également travaillé avec des artistes birmans à Paris pour une exposition, ce qui a permis de poursuivre l’analyse de la médiatisation, de la signification et de la représentation de tels modes d’action. Enfin, un terrain annexe en Thaïlande a donné lieu à l’interrogation des modes d’agir liés à ce rituel par la communauté birmane en exil. Si se rendre sur place donne de la profondeur à l’analyse, les logiques de fermeture présentent toutefois de nombreuses contraintes qui sont parfois davantage liées au sujet qu’aux lieux étudiés.

Sabine Trébinjac (CNRS), ethnomusicologue, a clôturé ce séminaire avec un témoignage qui revenait sur sa longue expérience du terrain dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (Chine). Arrivée en Chine en 1982 pour étudier à Pékin, elle se rend pour la première fois au Xinjiang en 1984, dès l’ouverture de la province. Ses séjours se répètent ensuite tous les deux ans environ jusqu’en 2012. L’une des premières chercheuse à travailler sur la région et sa musique, Sabine Trébinjac a toujours voyagé seule et n’a que rarement rencontré des difficultés pour mener ses recherches, jusqu’en 2012. Son dernier séjour s’est en effet avéré particulièrement complexe : ses déplacements sur le terrain sont constamment reportés, elle est assignée à résidence à Ürümqi, son studio est surveillé et ses échanges avec l’Occident par le biais d’Internet soumis à la censure. Si elle change de sujet à plusieurs reprises afin d’essayer de récupérer des matériaux, cela ne semble pas remédier aux blocages, et les rendez-vous pris – y compris avec des personnes proches – sont systématiquement annulés. En dernier recours, Sabine Trébinjac fait appel à une amie âgée de longue date afin de l’accompagner dans ses déplacements en ville. Depuis 2012 en effet, tout est sujet à surveillance, y compris le quotidien (typiquement, le questionnement de l’intervenant.e. sur la différence de prix entre deux dentifrices de même origine semble être problématique). En 2017, Tashpolat Tiyip, président de l’université du Xinjiang, professeur honoris causa de la Sorbonne et ami de Sabine Trébinjac, disparaît, ce qui marque le début de l’engagement militant de cette dernière. En plus de l’impossibilité totale de retourner sur le terrain, cet événement cristallise également un autre problème rencontré par ceux et celles travaillant sur des terrains impactés par l’autoritarisme, celui de la position de la France et de l’Occident face à ces terrains. C’est en effet en cherchant à obtenir des réponses sur le sort de Tashpolat Tiyip auprès de la mairie de Paris qu’est mis à jour un autre blocage lié à la diplomatie et aux relations entre États, blocage qui peut interférer avec la recherche.


Les questions

À la suite de l’intervention des quatre chercheur·es, la parole a été laissée aux auditeur·rices pour une discussion. La première question posée concernait les restrictions ou non-restrictions entourant la prise de photos et de vidéos en Corée du Nord. À cela, Manon Prud’homme a répondu qu’elle s’était auto-censurée au cours de son premier voyage dans le pays, en anticipation de possibles obstacles. Lors de son second séjour en revanche, elle s’est refusée à l’auto-censure et aucune restriction ne s’est appliquée, exception faite d’une fois où, selon elle, la présence de chantiers en construction en arrière-plan pouvait s’avérer problématique. Elle a également terminé en soulignant l’impossibilité de photographier certains sujets, comme les militaires, ce qui, rappelle-t-elle, n’est pourtant pas propre à la Corée du Nord. 

Un·e autre auditeur·rice a remercié les intervenant·es pour les alternatives proposées (dessin, images satellites, ethnographie virtuelle), puis les a interrogé·es sur les personnes qui réussissent à s’extraire de ces terrains gouvernés par les logiques autoritaires. Comment travaille-t-on notamment avec des coréen·nes du nord sortis de leur pays ? Selon Manon Prud’homme, les entretiens avec des réfugié·es nord-coréen·nes sont possible, mais nécessitent de la part des chercheur·es un filtrage afin de cibler les personnes ressources en fonction du sujet traité. Dans son cas, il s’agissait de trouver des personnes originaires de Pyongyang et relativement jeunes pour pouvoir témoigner des transformations récentes de la ville. Ces populations ne sont cependant pas faciles d’accès, puisqu’elles sont prises en charge et protégées à leur arrivée en Corée du Sud. Un autre paramètre à prendre en compte est d’autre part le formatage des discours, qu’il s’agit de déconstruire ou de mettre en perspective.

La question suivante, ainsi que celle d’après, portaient toutes deux sur l’omniprésence de l’affect dans les quatre présentations. Sont notamment soulevées l’adoption d’un point de vue réflexif sur l’affect et la possible conceptualisation de l’émotion par une retranscription artistique. Que fait-on également de cet affect ? Comment gérer celui des enquêté·es, qui impacte le nôtre en conséquence au point parfois de faire s’effondrer la recherche ? Pour rebondir sur ces questions en partant de son expérience personnelle, Sabine Trébinjac a avancé que dans son cas, l’émotion que pouvait ressentir le ou la chercheur·e était davantage liée à la situation des enquêté·es qu’à la sienne. Chloé Baills a dans un premier temps proposé d’utiliser l’affect comme un outil pour sortir de la position de chercheur·e et s’intégrer sur le terrain. Elle a ensuite suggéré de travailler avec des artistes afin d’insister sur la transformation de ces émotions, au-delà des mots qui sont parfois difficiles à trouver pour les qualifier. Il semble dans tous les cas que les intervenant·es s’accordent à dire que cette dimension doit-être traitée et étudiée, plutôt qu’être mise de côté par le monde de la recherche comme non-objectivable. 

Une autre problématique de la recherche en terrain fermé, amenée par un·e auditeur·rice, est celle des obstacles institutionnels qui peuvent se dresser entre un·e chercheur·e et son terrain, et des résistances du côté des institutions occidentales. Sabine Trébinjac a réagi en affirmant que les entraves à ses recherches, jusqu’en 2012, venaient plutôt de la Chine que de la France. La complexification des relations France-Chine depuis, et le système même de demande d’ordres de mission, notamment pour les chercheur·es CNRS, est cependant un frein à nombre de missions en terrain difficile. Chloé Baills a poursuivi en déclarant que dans son cas, aucune restriction ne s’était appliquée du côté français, mais que tout·e chercheur·e devait cependant acquérir un savoir informel quant à la procédure administrative à suivre et aux blocages potentiels, afin de pouvoir les anticiper dans les dossiers. Manon Prud’homme a finalement soulevé la question des financements, qui peuvent ne pas être attribués si le sujet ou le lieu sont considérés comme problématiques, alors même qu’aucune objection n’a été émise en amont. Dans son cas, ses recherches n’ont jamais été financées par la France, ce qui impliquerait une recherche additionnelle de financements étrangers pour ceux et celles souhaitant travailler sur ce type de terrains. 

La discussion s’est enfin clôturée sur la question de la position militante des chercheur·es, et de son omission ou non dans les rapports et documents académiques à des fins d’objectivité. À ce sujet, les intervenantes ont été unanimes, et recommandent en effet de ne pas exclure cet aspect des recherches, mais plutôt de le questionner afin d’éviter les biais. En somme, elles conseillent d’adopter une position réflexive sur sa propre histoire plutôt que de l’écarter comme facteur impactant des recherches.


Contacter les intervenant·es

Benjamin Joinau : benjaminjoinau@hotmail.com

Manon Prud’homme : manon.park@gmail.com

Chloé Baills : chloe.baills@ephe.sorbonne.fr


Pour aller plus loin

Articles

Baills Chloé, “The print media reform in post-junta Myanmar”, Books & Ideas, 2019.

Prud’homme Manon, « Produire en terrain difficile : l’exemple de Pyongyang (Corée du Nord) », Le réseau des études sur la Corée, 2020.

Interview

Gelézeau Valérie et Joinau Benjamin, “Corée du Nord : faire de la recherche en terrain interdit”, Kôdô talks , 2021.

Exposition

Baills Chloé, “Thinking Art & Action Exhibition“, EuroSEAS Conference, 2022.

Podcasts

Prud’homme Manon, Sauvadet Bryan, Radio Tangun.

Broadhurst Clea, “Birmanie, les femmes en première ligne“, Rfi – Fréquence Asie, 2021 (avec la participation de Chloé Baills).

La Chine et les Ouïghours, un génocide culturel ou un génocide tout court ?”, Radio Campus Paris – Les Voix du Crépuscule, 2022 (avec la participation de Sabine Trébinjac)

Documentaire

François Reinhardt, “Chine : le drame ouïgour”, Arte TV, 2021 (avec la participation de Sabine Trébinjac).


Par Adélaïde Martin (adelaide.martin@irasec.com) & Amandine Péronnet (peronnet.amandine@gmail.com)



Citer ce billet
Jeunes Chercheur.e.s Asie (2022, 11 novembre). Compte-rendu “Logiques autoritaires en Asie : enquêter en terrain fermé” Jeunes Chercheure·s Asie. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjwp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.