Séminaire : “Logiques autoritaires en Asie : enquêter en terrain fermé”

La première séance de l’année 2022-2023 se tiendra en ligne le 25 octobre 2022, de 10h à 12h30. Intitulée “Logiques autoritaires en Asie : enquêter en terrain fermé”, elle sera exceptionnellement axée sur l’aspect méthodologique de la recherche. Elle s’inscrit dans la continuité de la journée méthodologique des jeunes chercheur·es du GIS Asie en date du 9 octobre 2019 consacrée au “Terrain d’étude en Asie : sensibilité et relations durables” et marque, plus largement, un intérêt pérenne pour les protocoles, outils et pratiques de la recherche en sciences sociales et humaines sur les aires asiatiques.

Cette séance vise notamment à donner des pistes concrètes de réflexion sur les modalités d’enquête dans des situations politiques dites autoritaires. Si ces questions se retrouvent dans d’autres contextes régionaux, elles se posent avec acuité en Asie face aux difficultés croissantes d’accès à certains terrains, voire aux ruptures de terrains. Sans prétendre y répondre de manière exhaustive, cette séance a vocation à initier un dialogue autour de ces problématiques, qui restent trop souvent cloisonnées disciplinairement et nationalement. Sous la forme de restitutions d’expériences d’enquêtes à différents stades, elle permettra de revenir collectivement sur les enjeux révélés par ces terrains asiatiques dont les modalités de fermeture sont en partie liées à des dynamiques répressives.

Organisatrices : Adélaïde Martin (adelaide.martin@irasec.com), Amandine Péronnet (peronnet.amandine@gmail.com)

Date et heure : mardi 25 octobre 2022, 10h-12h30

Lieu : En ligne (Zoom) sur inscription


Argumentaire

Terrains dangereux (Peritore 1990 ; Moussaoui 2001), minés (Albera 2001), difficiles (Boumaza et Campana 2007 ; Ayimpam et Bouju 2015), sensibles (Di Trani 2008), inaccessibles (Hagberg et Körling 2014) ou à risques (Batianga-Kinzi Sylvain 2014), enquêtes à distance (Clouet, Oudot et Noûs 2021 ; Bourrier et Kimber 2022) ou “sous tension” (Biyela 2020), droit à l’enquête menacé (Laurens et Neyrat 2010) et liberté scientifique entravée (Bono et Hibou 2020), etc. Les sciences sociales ne cessent de s’interroger sur les conditions de possibilité et d’impossibilité de l’enquête du terrain. Les obstacles rencontrés peuvent à la fois être communs à l’ensemble des aires géographiques mais aussi plus spécifiques du fait de situations d’instabilité, de répression et de conflit qui bouleversent le terrain et le rapport au terrain (Debout, Du Roy et Steuer 2015). Sans êtres propres aux contextes dits autoritaires, les dispositifs de contrôle des activités scientifiques, les restrictions de déplacements, la censure, voire les interrogatoires et les expulsions, peuvent y être fréquents, et l’autonomie scientifique très limitée. Comment “réinventer sa recherche” (Aldrin et al. 2022 ; Koch 2013) face à ces logiques ? Peut-on rester durablement au même endroit ou doit-on faire de l’ethnographie “en pointillés” (Hervouet 2019) ? Doit-on privilégier des sources non ethnographiques ? Certain·es chercheur·es proposent une liste des bonnes conduites à adopter lors d’une telle enquête (Morgenbesser et Weiss 2018), mais la répression, l’incertitude et l’arbitraire peuvent peser et être vécus bien différemment selon les domaines, objets et lieux de recherche et selon les statuts, le genre et les ressources des chercheur·es, appelant à restituer de manière réflexive les marges de manœuvre en contexte autoritaire. 

Les terrains asiatiques constituent des lieux privilégiés d’accommodements face à aux contraintes que le contexte ou le régime politiques peuvent faire peser sur l’enquêteur·rice et les enquêté·es. En Chine, la relation complexe du pouvoir au regard porté par l’extérieur sur le patrimoine du pays a généré pour les ethnologues « l’obligation d’une approche quasiment officieuse » (Baptandier 2010). D’autres doivent composer avec une surveillance ostensible (Richaud 2015). Les objets d’étude perçus comme sensibles par le gouvernement chinois, tels ceux liés à la question des minorités ethniques, sont particulièrement difficiles d’accès aux chercheur·es, et les obstacles liés au contrôle de l’information entravent aujourd’hui non seulement la recherche dans le pays mais aussi sa publication à l’étranger (Reyhan 2019). 

Le contexte nord-coréen, synonyme pour un œil extérieur de contrôle total des libertés individuelles, semble quant-à-lui incompatible a priori avec la pratique de l’enquête ethnographique. Pourtant, surmonter les défis liés à ce contexte et déployer des stratégies qui y sont spécifiques permettent d’y étudier la géographie (Gelézeau 2012), les pratiques cinématographiques et la topographie (Joinau 2012 ; 2014), l’art et les artistes (de Ceuster 2011 ; 2015), etc. et plus généralement de développer une réflexion critique sur la pratique même du terrain (Gelézeau et Joinau 2021).

Depuis le coup d’État de 2021, la situation au Myanmar soulève tout particulièrement des questionnements méthodologiques (non accès au terrain, réorientations des sujets de recherche), éthiques (situations de violence, protection des chercheur·es et des informateur·rices) et des problèmes institutionnels (refus de visa, demandes d’autorisation préalable auprès des organisations de tutelle).

Cette séance prend pour point de départ ces contextes autoritaires “fermés”, mais invite à la comparaison avec d’autres situations autoritaires en Asie (Le Meur 2014 ; Schoenberger et Beban 2018) et ailleurs, à partir des échanges avec le public. Elle se focalise sur l’expérience de chercheur·es étranger·es mais propose à la salle de partager les défis spécifiques posés aux chercheur·es locaux·les.

Les intervenant.e.s

Benjamin Joinau (Université Hongik), anthropologue, est basé en Corée du Sud depuis 1994. Il participe à de nombreux projets de recherche sur les deux Corées dans des domaines variés, tels que l’imaginaire et les représentations (cinéma), les pratiques de l’espace urbain, l’alimentation, etc.

Sabine Trebinjac (CNRS, LESC Université Paris Nanterre) est ethnologue, historienne et sociologue de la musique. Spécialiste de la Chine, elle s’intéresse aux relations entre politique d’État et musique, et en particulier au Xinjiang et aux Ouïghours depuis 1988.

Chloé Baills, doctorante à l’EPHE, se spécialise sur la transition politique et sur la mobilisation politique du “religieux” en Birmanie contemporaine.

Manon Prud’homme est doctorante à l’EHESS, et travaille sur les rénovations urbaines et le changement social en Corée du Nord à travers l’étude de cas de Pyongyang.


Bibliographie

Albera Dionigi, « Terrains minés », Ethnologie française, vol. 31, no. 1, 2001, p. 5-13. 

Ayimpam Sylvie et Bouju Jacky (dir.), « Enquêter en terrains difficiles : Objets tabous, lieux dangereux, sujets sensibles », Civilisations, 64, 2015. http://journals.openedition.org/civilisations/3800 

Aldrin Philippe, Fournier Pierre, Geisser Vincent, Mirman Yves (dir.), L’enquête en danger. Vers un nouveau régime de surveillance dans les sciences sociales, Paris, Armand Colin, 2022.

Baptandier Brigitte, « La Chine, vue d’un point de vue anthropologique », Études chinoises, 2010, p. 219-233.

Batianga-Kinzi Sylvain, « L’ethnographie au risque de l’agression : expérience de terrain à risque », Anthropologie & développement, no 40‑41, 2014, p. 87‑97, doi:10.4000/anthropodev.302.

Biyela Fred O., « Dans l’étau d’une enquête sous tension. La liberté du chercheur en contexte hiérarchique (Congo- Brazzaville) », Sociétés politiques comparées, n°52, 2020. 

Bono Irène et Hibou Béatrice, « Peut-on rester libre à l’heure du risque ? La liberté scientifique sur les terrains dits difficiles », Sociétés politiques comparées, n°52, 2020.

Boumaza Magali et Campana Aurélie, « Enquêter en milieu « difficile ». Introduction », Revue française de science politique, vol. 57, no 1, 2007, p. 5‑25, doi:10.3917/rfsp.571.0005.

Bourrier Mathilde et Kimber Leah (dir.), « Enquêter à distance : nouvel eldorado ? », Socio-anthropologie, n°45, 2022.

Clouet Hadrien, Oudot Julie et Noûs Camille, « Une dématérialisation contrainte : enquêter par temps de Covid-19 », Sociologies pratiques, vol. 43, no 2, 2021, p. 85‑96, doi:10.3917/sopr.043.0085.

De Ceuster Koen, « To Be an Artist in North Korea: Talent and Then Some More », in Rüdiger Frank (éd.), Exploring North Korean Arts, Nürnberg: Verlag für Moderne Kunst, 2011, p. 51-71. 

De Ceuster Koen, « Misconceptions about North Korean Art and Why it Matters », in Kim Hong-hee (éd.), The 70th Anniversary of Liberation Day NK Project, Seoul: Seoul Museum of Art, 2015, p. 138-142. 

Debout Lise, Du Roy Gaëtan et Steuer Clément, « Faire du terrain dans l’Égypte révolutionnaire », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, no 138, 2015, p. 47‑60, doi:10.4000/remmm.9198.

Di Trani Antonella, « Travailler dans des lieux sensibles. Quand l’ethnographie devient suspecte », in Alban Bensa (éd.), Les politiques de l’enquête, Paris, La Découverte, « Recherches », 2008, p. 245-260. doi : 10.3917/dec.fassi.2008.01.0245.

Gelézeau Valérie, Corée, Corées. Pour une géographie située de la division, Paris, Habilitation à diriger les recherches en géographie, INALCO, 2012.

Gelézeau Valérie et Joinau Benjamin (eds.), Faire du terrain en Corée du Nord. Écrire autrement les sciences sociales, Paris, Atelier des Cahiers, 2021.

Hagberg Sten et Körling Gabriella, « Inaccessible Fields: Doing Anthropology in the Malian Political Turmoil », Anthropologie & développement, Issue 40‑41, 2014, p. 143‑159, doi:10.4000/anthropodev.308.

Hervouet Ronan, « A Political Ethnography of Rural Communities under an Authoritarian Regime: The Case of Belarus », Bulletin of Sociological Methodology/Bulletin de Méthodologie Sociologique, vol. 141, nᵒ 1, 2019, p. 85‑112.

Joinau Benjamin, « Virtuous Women and Depraved Females: The Image of Women in North Korean Cinema », 7th World Congress of Korean Studies conference, Hawaii, Etats-Unis, 2014.

Joinau Benjamin, « La Flèche et le Soleil : topo-mythanalyse de Pyongyang », Croisements, 2, 2012.

Koch Natalie, « Introduction – Field methods in ‘closed contexts’: undertaking research in authoritarian states and places », Area, vol. 45, Issue 4, 2013, p. 390-395.

Laurens Sylvain, Neyrat Frédéric (dir.),  Enquêter : de quel droit  ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, Bellecombe‑ en‑Bauges, Le Croquant, 2010.

Le Meur Mikaëla, « Enquêter entre interdictions et non-dits au sein d’un programme de coopération bilatérale au Vietnam », Anthropologie & développement, no 40‑41, 2014, p. 47‑70, doi:10.4000/anthropodev.298.

Morgenbesser Lee, Weiss Meredith L., « Survive and Thrive: Field Research in Authoritarian Southeast Asia », Asian Studies Review, vol. 42, Issue 3, 2018, p. 1-19.

Moussaoui Abderrahmane, « Du danger et du terrain en Algérie », Ethnologie française, vol. 31, no. 1, 2001, p. 51-59. 

Peritore N. Patrick, « Reflections on Dangerous Fieldwork », The American Sociologist, vol. 21, Issue 4, 1990, p. 359-372.

Reyhan Dilnur, « Faire de la recherche sur les minorités en Chine : des contrôles intérieurs à la censure à l’étranger. Le cas d’études ouïghoures », in Mélanie Duclos (éd.), Liberté de la recherche. Conflits, pratiques, horizon, Paris, Éditions Kimé, 2019, p. 95-105. https://www.cairn.info/liberte-de-la-recherche–9782841749485-page-95.htm?contenu=article 

Richaud Lisa, « ‪Mise en scène de l’innocence et jeux d’attention‪. Autographie d’une enquête sous surveillance dans un parc public pékinois », Civilisations, vol. 64, no. 1, 2015, p. 23-34. Schoenberger Laura et Beban Alice, « “They Turn Us into Criminals”: Embodiments of Fear in Cambodian Land Grabbing », Annals of the American Association of Geographers, vol. 108, no 5, 2018, p. 1338‑1353, doi:10.1080/24694452.2017.1420462.

Pour aller plus loin

Baills Chloé, “The print media reform in post-junta Myanmar”, Books & Ideas, 2019. https://booksandideas.net/The-Print-Media-Reform-in-Post-Junta-Myanmar.html

Gelézeau Valérie et Joinau Benjamin, “Corée du Nord : faire de la recherche en terrain interdit”, Kôdô talks , 2021. https://www.kodotalks.com/post/ehess-x-cnrs-coree-du-nord-faire-de-la-recherche-en-terrain-interdit-valerie-gelezeau-benjamin-joinau

Prud’homme Manon, « Produire en terrain difficile : l’exemple de Pyongyang (Corée du Nord) », Le réseau des études sur la Corée, 2020. https://parisconsortium.hypotheses.org/32932.

Prud’homme Manon, Sauvadet Bryan, Radio Tangun. https://audioblog.arteradio.com/blog/150786/radio-tangun 

Trebinjac Sabine, « Chine et Ouïgours », L’Homme, 236, 2020, p. 191-204. https://journals.openedition.org/lhomme/38328



Citer ce billet
Jeunes Chercheur.e.s Asie (2022, 22 septembre). Séminaire : “Logiques autoritaires en Asie : enquêter en terrain fermé” Jeunes Chercheure·s Asie. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjwn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.