Séminaire : “Chine et nouvel ordre mondial : simple reclassement de puissances ou reconfiguration des règles du jeu ?”

Au cours de cette dernière décennie, de nombreux chercheur.es et journalistes ont affirmé et affirment encore que la puissance chinoise bouscule ou remet en cause « l’ordre mondial établi ». Ils et elles sous-
entendent l’idée selon laquelle la République Populaire de Chine dispose aujourd’hui de moyens suffisamment puissants, à la fois pour la propulser au premier rang des nations du monde, mais également pour lui permettre de s’y maintenir en proposant aux acteurs nationaux et internationaux un nouveau modèle de gouvernance mondiale. Cette séance du séminaire “Dynamiques contemporaines en Asie” aura pour objectif de s’interroger sur la signification conceptuelle de ces titres souvent sensationnalistes.

« Ordre mondial », « ordre ordo-libéral », « nouvel ordre mondial », « ordre international post-seconde guerre mondiale », … La multiplication de ces expressions dans la littérature journalistique et académique actuelle insinue qu’un ordonnancement systémique organise les relations internationales. En effet, l’ « ordre mondial » peut tout aussi bien se concevoir comme un ordre de puissances (un monde ordonné selon une hiérarchie des forces et dominé par un hégémon) que comme un ordre de normes (un monde ordonné selon certains principes déterminés – du moins souscrits – par ledit hégémon, et imposés à tous). Ainsi, la modification de l’ordre mondial amènerait nécessairement à une modification du classement des puissances et à une reconfiguration des principes qui sous-tendent ce classement (les règles du jeu). Nous pouvons alors nous demander si la remise en cause de l’ordre mondial signifie un simple reclassement des puissances entre les Etats-Unis et la Chine, ou si Pékin arrive aujourd’hui à proposer un nouvel ordre mondial organisé autour de nouvelles normes et de nouveaux principes.

L’objectif de ce séminaire de recherche sera, avant toute chose, de venir redéfinir ce que nous pourrions entendre et comprendre par « ordre mondial ». L’absence d’une telle définition de cette notion dans les écrits qui se préoccupent de l’analyse de la politique extérieure chinoise semble indiquer que son interprétation a été globalement acquise par tous. Pourtant, quelles sont les caractéristiques et les principes qui organisent l’ordre mondial actuel ? Ce ne sera qu’après cette clarification qu’il nous sera possible de nous questionner sur la possibilité d’un ordre mondial sinocentré. Quelles en seraient les valeurs prônées ? Se différencient-elles foncièrement d’un ordre américano-centré ?

Certain.es voient, dans la conception d’un ordre mondial sinocentré, la consécration de relations interconnectées basées sur une collaboration entre pouvoirs publics et acteurs économiques privés, ordonnées dans le temps long sans rentabilité à court terme, moins soumises au libéralisme individuel qu’à la cohésion communautaire. D’autres mettent l’accent sur des notions d’ordonnancement naturel, comme l’harmonie entre les peuples ou le tianxia, au détriment de la vision traditionnelle prônant l’affirmation des souverainetés étatiques et la limitation de la place de l’individu au profit des Etats-nations. De telles propositions ne peuvent cependant se comprendre sans une analyse préalable de ce que nous qualifions aujourd’hui d’ « ordre mondial contemporain ».

Quatre intervenant.es seront avec nous pour discuter de ces sujets :
• Antoine Bondaz, chargé de recherche à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS), et enseignant à Sciences Po Paris
• Valérie Niquet, maître de recherche à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS) et membre de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer
• Roromme Chantal, professeur adjoint à l’Ecole des hautes études publiques, Université de Moncton (Canada), et membre du Réseau d’Analyse Stratégique (RAS)
• Camille Brugier, chercheuse à l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM)

Date : 29 novembre 2021

Lieu : Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Enregistrement disponible sur Canal-U



Citer ce billet
Jeunes Chercheur.e.s Asie (2021, 29 novembre). Séminaire : “Chine et nouvel ordre mondial : simple reclassement de puissances ou reconfiguration des règles du jeu ?” Jeunes Chercheure·s Asie. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjwk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.