Le Phénix, réalité mystique et Péan

Catherine LUTZ (Université Nancy II)

«Nous n’entendons jamais quelque chose en tant que sens, mais seulement au sens de…»

Dès lors, «présenter une allégorie, un symbole, n’est rien d’autre que […] faire signe intuitivement en présentant une image. […] Chaque fois que sous l’effet d’une nécessité intime Platon veut dire quelque chose d’ultime et d’essentiel en philosophie, il parle allégoriquement et nous présente un symbole. […] Il y a dans toute philosophie véritable quelque chose contre quoi toute description et toute démonstration échouent. […] Mais cet indescriptible et cet indémontrable est ce qu’il y a de décisif, et y parvenir, tout ce à quoi tend le philosopher.» – Martin Heidegger, De l’essence de la vérité, Considérations introductives, p.35 –

L’allégorie dont fait état dans ces lignes le philosophe allemand Martin Heidegger (1889-1976), est «l’allégorie de la Caverne»; c’est une célèbre allégorie qui se situe au début du livre VII du texte du philosophe grec Platon qui traite de la justice et de l’individu dans Cité et que l’on connaît sous l’intitulé de La République.

C’est par ce récit que souvent, les élèves de la classe de Terminale de nos lycées abordent l’étude de la philosophie comme «cheminement à la rencontre de» en tant que «remontée vers la lumière» dont un autre nom est a-léthéia: ce qui n’est plus dissimulé, qui ne se tient plus en retrait mais s’échappe du silence et s’achemine vers de la parole.

Notre propre questionnement de la circulation des hommes et des idées dans l’espace asiatique étendu à l’espace géographique eurasiatique dans ses dimensions diachronique et synchronique a, sur ce modèle, consisté dans la présentation d’un récit allégorique, d’une anecdote et d’un extrait de récit de voyage.

Le récit allégorique a été emprunté au médecin et philosophe hermétiste allemand, Michel Maier (1569 – 1622).

L’anecdote, bien connue des philosophes, est empruntée au Platon du «Théétète ou de la Science» par le Heidegger du cours sur les Questions fondamentales de métaphysique.

Le récit de voyage est emprunté à Clitarque d’Alexandrie, auteur d’une Histoire d’Alexandre publiée vers 320 av. J.-C. et qui est la source concernant les phénix qui y apparaissent sous les dénominations d’orion et de catreus, à la fois de Strabon le géographe («L’ homme qui louche», 64 av. J.-C.~entre 21 et 25 après J.-C. in Géographie XV, 1, 69) et d’Élien le Sophiste (175-235), un historien romain de langue grecque, dans son De la nature des animaux 17, 22-23.

L’allégorie fait intervenir un questionnement sur la véracité de la tradition qui se rapporte au Phénix, en particulier en tant que «oiseau-médecine». Le questionneur est un voyageur dont la quête de l’oiseau-médecine s’est poursuivie sur les quatre continents.

Les quatre continents énumérés et qui apparaissent donc renvoyer à une partition du monde antérieure au XIXème, sont réputés être des symboles des «quatre éléments».

Ces derniers représentent l’hypothèse de certains philosophes grecs présocratiques selon laquelle tous les matériaux constituant le monde sensible seraient composés selon des proportions variables de ces quatre éléments que sont le Feu, l’Air, l’Eau et la Terre, éléments auxquels la philosophie chinoise des wuxing qui ne prend pas en compte l’Air, rajoute le Minerai et le Bois.

Les réponses sont apportées par la Sibylle d’Érythrées, ville d’Ionie en Asie mineure proche de l’actuelle ville d’Izmir.

Comme toutes les Sybilles dont la voix fossile parvenait au consultant du fond des âges, la Sybille érythréenne réputée avoir vécu au temps de la 1ère guerre légendaire de Troie, est une très vieille femme qui s’exprime en vers de façon sibylline, précisément. Elle lie de façon indissociable la réalité de l’oiseau et celle du philtre ou «Médecine», c’est-à-dire encore péan et, après une description très inspirée de l’Histoire des oiseaux de Pline l’Ancien (23-79 ap. J.-C.) qui l’emprunte lui-même à l’astrologue Marcus Manilius, en définit alors l’existence comme étant celle d’un Hiéroglyphe. D’où le titre de la communication. Manilius et Pline sont en théorie bien postérieurs à la Sybille, mais c’est dans l’allégorie que nous voyageons.

L’anecdote met en scène le mathématicien milésien Thalès, lui aussi originaire donc d’Ionie, et une jeune thrace. La Thrace est une région réputée par ses «magiciens» et dont la mythologie grecque dit que sont originaires Dionysos, Orphée ou encore Médée. Elle recouvrait un territoire qui se trouve de nos jours pour partie dans l’Union européenne. S’y profile une définition du philosophe.

Le récit de voyage rapporte via Elien des descriptions permettant l’identification à des espèces existantes. Il nous fait partager chez Strabon la magnificence des processions solennelles des souverains de l’Inde dans lesquelles défilent des oiseaux laissant entrevoir à la fois la figure du phénix et celle des Fenghuang. Et tout cela d’une façon qui permet le passage du récit imagé à l’image elle-même, signe dans lequel elle s’encrypte en tant que signifiant.

Ce récit, de même que l’allégorie et l’anecdote, a fait l’objet d’une illustration par un diaporama qui donne à voir, à entendre, quelque chose de l’histoire de l’Homme d’une façon qui n’appartient qu’à l’image et qui n’a rien perdu de son actualité. L’ensemble a cherché à faire voir comment le point de vue adopté qui est celui de la circulation des hommes et des idées dans un certain espace-temps, circulation qui est aussi une affaire d’emprunts successifs et mutuels ainsi que celle de leur oubli, permet de faire apparaître sous un tout autre jour des textes au demeurant très classiques.

Hou Renyou

Doctorant en sociologie, anthropologie et ethnologie, rattaché au Centre d'études chinoises-ASIEs (EA 4512) de l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO). ATER, DEA, section de Chinois Membre statutaire de l’IrAsia (UMR 7306).

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.