Le tourisme international au Japon, entre intégration asiatique et instrument de compétitivité

Mike PEREZ (Université Lyon 3 – IETT)

Ce texte présente une réflexion sur l’impact socioculturel des échanges touristiques entre le Japon et l’Asie Orientale, selon une dialectique duale : « rapprochement des peuples » / mise en concurrence.

Précisons ici que la construction identitaire au Japon s’est tout d’abord fondée sur des rétroactions successives (ouverture/ fermeture) avec la Chine puis l’Occident. Durant la Guerre froide, ces dynamiques débouchent sur une phase de maturation, l’identité japonaise étant alors appréhendée dans les discours politiques et académique à travers une vision essentialiste de la société. La fin de la Guerre froide redéfinit ensuite cette idée d’un peuple homogène, l’Archipel entrant dans une longue période de crise économique et social. Dans une perspective plus large, l’idée de « blocs régionaux d’ordre culturel et civilisationnel » refait surface (les pays d’Asie Orientale s’imposant peu à peu comme des puissances économiques émergentes), tandis que les flux culturels transnationaux d’ordre commercial croissent. Il convient dès lors d’interroger la notion de « proximité culturelle » entre le Japon et l’Asie Orientale à travers son volet migratoire : le tourisme international.

L’analyse débute par une observation des flux de touristes entrants et sortants du Japon. Si en 25 ans, le nombre de voyageurs japonais à l’étranger a quintuplé, celui des étrangers au Japon a lui décuplé. Ces faits s’expliquent par l’évolution des politiques touristiques au Japon entre 1960 et aujourd’hui. Etabli initialement selon la demande internationale, le système touristique japonais atteint une forme d’autosuffisance entre les années 1970 et 1990, les politiques privilégiant nettement les Japonais pour alimenter le marché domestique. A partir des années 1990, le gouvernement japonais accorde plus d’attention vis-à-vis des touristes étrangers, du fait d’un double contexte de crise économique prolongée et de « pressions externes » exercées notamment par les Etats-Unis contre le protectionnisme de Tôkyô. Outre la libéralisation des flux entrants, Tôkyô se lance durant les années 2000 dans une réforme des politiques en matière de tourisme, visant à mieux les coordonner tout en en faisant un axe fondamental de la décentralisation comme du développement économique. Dans cette nouvelle orientation, les Asiatiques occupent une place centrale, s’étant progressivement imposés comme les principaux partenaires économiques et commerciaux du Japon à partir des années 1990.

Au regard de ces éléments, deux perceptions antinomiques du tourisme international se confrontent. D’une part, il permettrait de « désenclaver » une identité japonaise pour mieux l’intégrer dans une dynamique régionale, sinon asiatique. En d’autres termes, la croissance et l’extension des échanges humains favoriseraient l’intercompréhension et la paix, sinon le sentiment de partager une même modernité chez les Asiatiques et les Japonais. D’autre part, le tourisme international apparait comme un vecteur de concurrence entre les pays asiatiques, perçus en tant que destinations touristiques. Pour étayer cette idée, l’observation de l’évolution des flux de touristes internationaux, mais aussi celle des

sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO rendent compte de la « course » dans laquelle se sont lancés les principaux pays touristiques d’Asie Orientale, notamment la Chine, la Corée du Sud et le Japon.

Cette analyse du cas japonais révèle ainsi plusieurs aspects du tourisme. Ce dernier repose sur l’idéalisation des lieux, des peuples et surtout des cultures, de même qu’il représente un vecteur crucial de mondialisation (échanges humains pacifistes, développement social et économique). Pourtant, il apparait également comme un facteur de différentiation, entre le centre et la périphérie au niveau territorial, entre le « nous » et les « autres » au niveau international, favorisant tantôt le régionalisme, tantôt le nationalisme, voire le séparatisme.

Hou Renyou

Doctorant en sociologie, anthropologie et ethnologie, rattaché au Centre d'études chinoises-ASIEs (EA 4512) de l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO). ATER, DEA, section de Chinois Membre statutaire de l’IrAsia (UMR 7306).

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.